7 anciens terroristes rouges arrêtés à Paris, trois autres sont en fuite et recherchés – Chronique

Sept anciens terroristes italiens réfugiés en France ont été arrêtés à Paris à la demande de l’Italie, tandis que trois autres sont en fuite et recherchés. Les dix sont accusés d’actes de terrorisme remontant aux années 1970 et 1980. Je suis en attente d’être présenté au juge pour la communication de la demande d’extradition par l’Italie. D’après ce que l’ANSA apprend de sources d’enquête françaises, les personnes arrêtées sont Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella et Sergio Tornaghi, tous les Brigades rouges; par Giorgio Pietrostefani de Le combat continue et Narciso Manenti dei Noyaux armés contre le pouvoir territorial.

je trois en fuite il s’agit de Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura.

L’opération, selon ce que l’on apprend de sources italiennes, a été menée par la Lutte antiterroriste de la Police nationale française (SDAT) en collaboration avec le Service de coopération internationale de Criminalpol et avec la Lutte antiterroriste de la Police italienne et avec l’expert pour la sécurité de la police italienne dans la capitale française.

La question des anciens réfugiés terroristes italiens au-delà des Alpes a été débloquée avec la rencontre à distance du 8 avril entre les ministres de la justice des deux pays. Celle des années de plomb est toujours une plaie ouverte, l’Italie ne peut plus attendre, a déclaré le ministre Marta Cartabia, soulignant qu’il est urgent de donner suite immédiatement à la demande de traduire en justice d’anciens terroristes, avant que la prescription pour certains ne prenne effet. Un besoin compris par Eric Dupond-Moretti, qui pour la première fois pour son pays avait admis la nécessité d' »agir vite ». La date encerclée sur le calendrier est le 10 mai, date à laquelle la prescription est déclenchée pour l’ancien brigadier Maurizio Di Marzio, qui fait partie des trois anciens terroristes en fuite. Pour toutes les personnes arrêtées aujourd’hui, le cours de la prescription s’arrête.

Les années du plomb – icon photography

« Le gouvernement exprime satisfaction de la décision de la France d’engager les procédures judiciaires, demandées par la partie italienne, contre les responsables de crimes très graves de terrorisme, qui ont laissé une plaie ouverte. Le souvenir de ces actes barbares – dit le premier ministre Mario Draghi – est vivant dans la conscience des Italiens « . » En mon nom et au nom du gouvernement, je renouvelle ma participation à la douleur des membres de la famille au souvenir émouvant du sacrifice des victimes ».

Réactions politiques aux arrestations

‘Les ombres rouges‘ : c’est ainsi que le dossier concernant les anciens terroristes italiens arrêtés ce matin en France a été appelé par les autorités françaises et italiennes. Sur les 7 arrêtés, quatre sont condamnés à perpétuité: Capelli, Petrella, Tornaghi et Manenti. Pour Alimonti et Calvitti, la peine à purger est respectivement de 11 ans, 6 mois et 9 jours et de 18 ans, 7 mois et 25 jours. Pietrostefani doit purger une peine de 14 ans, 2 mois et 11 jours.

L’Elysée, à propos de l’arrestation des ex-Brigades rouges italiennes, a précisé que la décision du président Emmanuel Macron « colle bien dans la logique de la ‘doctrine Mitterrand’ d’accorder l’asile aux anciennes Brigades rouges, à l’exception des responsables de crimes de sang’« . La compilation de la liste de 10 noms (7 arrêtés et 3 en fuite) est le résultat « d’un important travail préparatoire bilatéral, qui a duré plusieurs mois – souligne l’Elysée – qui a conduit à la prise en compte des crimes les plus graves ». .

« Le président Emmanuel Macron – a dit l’Elysée – il voulait résoudre ce problème, comme l’Italie le demandait depuis des années. La France, également frappée par le terrorisme, comprend le besoin absolu de justice des victimes ». Par ailleurs, cette décision – poursuit l’Elysée – « s’inscrit dans la logique de l’impérieuse nécessité de construire une Europe de la justice, dans laquelle la confiance réciproque est au centre. « .

Irène Terrel, défenseur historique des anciens terroristes Italiens en France, il a dénoncé ce matin une « trahison sans nom de la France« . » Je suis indigné – a déclaré Terrel après l’arrestation de 7 ex-Brigades rouges – et je n’ai pas de mots pour décrire cette opération qui ressemble à une petite rafle ».

« Les arrestations d’aujourd’hui à Paris de personnes âgées, dans certains cas gravement malades comme Giorgio Pietrostefani, près d’un demi-siècle après les faits pour lesquels ils ont été condamnés sont l’effet du droit à la vengeance ». Il le déclare Sergio Segio, ancien membre de Front Line qui a purgé 22 ans de prison pour les crimes commis dans les « années de plomb » et depuis des années avec le groupe Abele engagé dans le secteur social. Une soi-disant période des ‘Années de plomb’ qui n’est pas entrée dans l’histoire, dit Segio si elle continue d’être traitée comme une actualité, chassant un petit groupe de personnes âgées aux quatre coins du monde, et pendant des décennies, bien que laborieusement intégrés, pour qu’on ‘s’en sorte' ». Protagonistes d' »une période sombre et sanglante pour laquelle les blessures personnelles de ceux qui ont été directement ou indirectement touchés exigent respect et considération, mais qui ne doivent et ne peuvent se transformer en vengeance, comme c’est le cas ».

« Les arrestations des ex-Brigades rouges en France ne sont pas seulement une satisfaction pour nous les proches des victimes, mais pour l’ensemble de notre pays. C’est une justice qu’il fallait assurer depuis longtemps ». Alors Adriano Sabbadin, fils du boucher Lino Sabbadin, tué en 1979 à Santa Maria di Sala (Venise) par le Pac, commente l’opération menée par l’antiterrorisme à Paris. « Nos morts ne sont pas entrés en prescription » – ajoute-t-il – et je suis désolé que Luigi Bergamin – qui a participé au meurtre de Sabbadin. – a réussi à s’échapper, mais je suis convaincu qu’il peut être capturé. Ceux – ci ne doivent pas être considérés comme d’ anciens terroristes  » .

« Aujourd’hui, un principe fondamental a été rétabli : il ne doit pas y avoir de zones libres pour ceux qui ont tué. La justice a enfin été respectée. Mais je ne peux pas ressentir la satisfaction de voir une personne âgée et malade en prison après si longtemps #annidipiombo ». Alors dans un tweet Mario Calabresi.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.