« À force de tirer et de crier, nous avons tous commencé à jouer ensemble » : l’histoire du compositeur italien en plein coup d’État au Soudan

« Coup d’État en Soudan. Ils viennent d’arrêter le Premier ministre. Je suis en sécurité. Khartoum il est isolé. Les communications manquent. L’évolution du jour est attendue » : c’est le message télégraphique posté sur les réseaux sociaux, lundi matin, par Franco Éco, compositeur de musique et producteur de disques italien, venu dans la capitale du pays africain pour participer à la Festival international de musique de Sama, l’une des plus importantes du continent, organisée avec le soutien d’institutions culturelles de classe mondiale, dont Conseil britannique, Institut Goethe, institut français, mais aussi l’Agence espagnole de coopération et l’Ambassade d’Italie. Eco est au Soudan avec son émission Concert de Dante, un voyage sur les suggestions musicales de Comédie divine. Maintenant, il est coincé à l’hôtel et attend des nouvelles de son rapatriement. Le réveil, dit-il, a été « traumatique ». « J’ai été réveillé par mon agent de voyages qui m’a informé du coup d’État ».

La première réaction ?
J’ai tout de suite écrit un message sur Facebook pour rassurer mes amis et mes proches. Et je l’ai fait juste à temps car, comme la nouvelle n’avait pas encore été divulguée aux médias, peu de temps après qu’ils aient communication bloquée.

Pourquoi était-il encore au Soudan ?
Emanuele et Asia, les acteurs de mon spectacle, étaient rentrés en Italie dimanche soir. moi, curieux de savoir explorer le désert et en profiter pour approfondir une recherche de ethnomusicologie, rassemblant peut-être les traditions des Bédouins, j’avais décidé de m’arrêter quelques jours pour profiter de courtes vacances.

Et plutôt?
Et à la place, le lundi matin, coincé à l’hôtel, je me suis retrouvé jouer avec les autres artistes invités du festival, sénégalais, ougandais, éthiopiens, français, allemands, libanais, tous ensemble pour exorciser la peur, tandis que des coups de feu et des cris extérieurs se faisaient entendre.

Quelles nouvelles recevez-vous ?
Pas bon pour le moment. Les comités de résistance et les forces démocratiques, pour le jeudi 28, ont appelé un marche de protestation (le million) pour la libération du Premier ministre Hamdok et d’autres responsables civils. Des troubles plus graves sont à prévoir, je pense qu’il y aura encore un peu d’attente avant de rentrer en Italie.

Que dit l’ambassade d’Italie ?
Je suis constamment en contact avec eux et avec le ministère des Affaires étrangères, ils ne m’ont jamais abandonné, mais ils ne peuvent toujours pas me donner la certitude de mon retour en Italie. Entre autres, dans mon groupe, je suis le seul Italien, mais il y a d’autres Européens à rapatrier. La situation évolue, au moment où l’aéroport est fermé et c’est déjà une bonne chose que nous ayons réactivé la communication Internet, bien que lente et par intermittence.

Quel air respirez-vous dans les rues ?
L’impression est qu’une nouvelle guerre civile a éclaté. Les rues sont habitées, il y a de nombreux postes de contrôle. En fait, même avant le coup d’État, les routes à proximité des agences gouvernementales étaient bloquées. Cet épilogue était prévisible : il y a environ un mois, il y a eu une autre tentative de coup d’État ratée, organisée par des sections de l’armée fidèles à l’ancien régime.

Alors, quand il est parti pour le Soudan, saviez-vous contre quoi il était confronté ?
Quand j’ai été appelé par l’ambassade pour venir ici au Soudan, je connaissais très bien les risques que j’encourais, mais j’ai quand même commencé, animé par le désir de diffuser la culture. Pour confirmer que j’ai fait le bon choix, ce sont les gars qui, samedi et dimanche, ont assisté à mon spectacle et à ma masterclass et, même s’ils ne savaient pas Dante et le Divin Comédie, sont restés enchanté. J’ai vu en eux une grande envie de se confronter culturellement et de s’émanciper. Nous avions commencé à prononcer un discours sur la diplomatie et la coopération culturelle ; c’est absurde comment, en quelques heures seulement, tout s’est effondré.

Espérez-vous pouvoir reprendre cette idée de collaboration ?
Bien sûr, je suis aussi très occupé devant diplomatie culturelle, couvrant le rôle d’ambassadeur du cinéma italien, ces dernières années, j’ai été à Kiev, Les Angèle, Manille. Ce qui s’est passé m’a donné une confirmation supplémentaire de la nécessité de diffuser la culture dans certaines parties du monde. Je dirais que c’est le plus grand outil de la diplomatie et que nous, Italiens, qui avons un grand héritage culturel, devrions apprendre à l’utiliser encore plus, notamment pour contribuer à l’émancipation de ces peuples.

Alors repartirez-vous au Soudan ?
Je n’ai aucun doute. Aussi parce que ce n’était pas ma première fois en Afrique : j’occupais le poste de conseiller Attaché culturel dans le corps diplomatique de l’ambassade de Bénin, à cette occasion j’étais dans la savane. Maintenant, dans la capitale soudanaise, je me croyais en sécurité et pourtant la vie nous surprend toujours.

Dans l’espoir de pouvoir retourner en Italie le plus tôt possible, qu’emporterez-vous avec vous ?
J’apporterai certainement avec moi le vif enthousiasme de ces gars qui ont organisé et participé au Festival de Sama. Maintenant, cependant, j’ai hâte de retourner en Italie. Je me sens comme un otage de ce gouvernement. C’est comme si vous subissiez une sorte de confinement. À l’extérieur de l’hôtel, cependant, il n’y a pas de virus, mais la fusillade.

***

Dans l’image ci-dessus: Franco Eco lors de la masterclass, quelques heures avant le coup d’état.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.