Age of Empires IV – critique. Super poisson sur le sans poisson

Le classique est de retour. Age of Empires IV offre presque la même expérience que les précédents épisodes de la série, ramenant les joueurs quelques années en arrière. Cela s’applique à pratiquement tous les éléments de la production – y compris, malheureusement, les graphiques.

Probablement tous ceux qui ont commencé ou poursuivi leur aventure avec les jeux vidéo dans les années 90 ont dû faire face à Âge des empires. Dans la première partie nous avons développé un ancien empire, dans la seconde nous avons exploré le Moyen Age, et dans la troisième nous avons conquis l’Amérique. Cela fait 16 ans depuis la sortie du dernier opus. C’est long et de vraies années-lumière pour le développement de jeux vidéo. Cela valait-il la peine d’attendre si longtemps la suite ?

Au début, il convient de mentionner que pour la création Age of Empires IV Ensemble Studios, qui a réalisé les trois précédents jeux, ne répond plus. Les auteurs de la dernière partie sont des développeurs de Relic Entertainment, associés, entre autres, à Une compagnie de héros je Aube de guerre. Les développeurs avaient carte blanche ; ils pourraient, par exemple, faire une révolution en préparant quelque chose de nouveau et de révolutionnaire pour les fans du genre. Après avoir passé quelques soirées agréables avec le titre, je suis soulagé de constater que rien de tel ne s’est produit. Relic a tout fait pour que le titre plaise aux fans du classique. Et c’était une décision raisonnable (parce qu’il en sortirait encore un peu de bataille royale – et pourquoi en avons-nous besoin ?).

Vieux, bon AoE

Quant à l’idée principale du jeu, cette Age of Empires IV il ne découvre pas l’Amérique, non seulement au sens littéral mais aussi au sens métaphorique. Le jeu danse probablement sur le chemin parcouru par ses prédécesseurs et n’entend pas s’en écarter. Nous rassemblons des ressources, équipons l’armée, érigeons des bâtiments et des murs et développons l’empire. Tout cela se passe au Moyen Âge, et plus précisément dans son énorme pièce, jusqu’à cinq siècles. Nous participons à des batailles clés, en commençant par l’âge des ténèbres et en terminant avec les graines de l’ère suivante.

Nous suivons l’évolution de huit civilisations : la Chine, l’Angleterre, la Russie, la Mongolie, le Sultanat de Delhi, l’Empire abbasside, la France et le Saint Empire romain germanique. A titre de comparaison, tel Âge des Empires II offert beaucoup plus, jusqu’à 35 factions. Néanmoins, les développeurs de Relic Entertainment le disent depuis longtemps : nous nous concentrons sur la qualité, pas sur la quantité. DANS Zone II les civilisations ne différaient pas radicalement les unes des autres, tandis que dans le cas des « quatre », il était garanti que chaque nation était unique et avait des mécanismes individuels.

Le titre propose quatre campagnes principalesdans lequel nous jouons au total 35 missions. Ces campagnes concernent l’invasion normande de l’Angleterre, la guerre de Cent Ans avec la participation de la résolue Miss Joanna, la montée de Moscou, et des événements de l’histoire des Mongols. Certaines missions peuvent prendre jusqu’à une heure, et d’autres moins, ce qui donne un total de plusieurs heures de jeu solide.

Tant de bonnes choses à propos d’Age of Empires IV

Le plaisir est vraiment génial – les duels sont très bien joués, et les gagner donne une énorme satisfaction. Mais le titre de Relic mérite un énorme plus. Récemment, nous avons malheureusement oublié ce qu’est un bon RTS classique – i Zone IV Il nous le rappelle, apparaissant comme un poisson complètement fantaisiste sur un poisson sans poisson.

Quelques innovations ont été ajoutées au jeu, comme la possibilité de cacher des unités dans des forêts ou de placer des archers sur des murs, d’où l’on peut désormais effectuer des attaques. De plus, nous avons aussi une valeur éducative, ce qui est quelque chose de très précieux, bien que pas toujours apprécié. Il vaut la peine de prêter attention aux cinématiques du jeuduquel vous pouvez apprendre beaucoup de choses. Ils sont soigneusement poussés entre les missions et effectués de manière non standard.

Il n’y avait aucun jeu à créer des films basés sur le moteur de jeu. Les auteurs ont décidé d’aller plus loin. Afin de montrer le plus fidèlement possible les événements du Moyen Âge, des hologrammes avec des branches ont été superposés aux photos de lieux réels. En conséquence, il semble que les esprits des guerriers hantent les endroits où ils sont morts. Je l’ai beaucoup aimé et le jeu a aussi un énorme plus.

Age of Empires IV – Techniquement médiéval ?

Pendant ce temps, les avantages de v Zone IV se terminent lentement. Le jeu est génial, mais il n’a pas réussi à éviter les lacunes. Ils concernent la couche technique. Tout d’abord, il s’agit de l’IA des troupes. Les individus que nous surveillons ne pèchent pas par raison; De plus, ils se comportent parfois comme s’ils étaient les héros d’une tragi-comédie historique – ou, par exemple, d’un jeu de stratégie pas très réussi. Par exemple, ils se retrouvent parfois coincés dans un endroit donné, malgré le fait qu’il s’agit théoriquement d’un espace ouvert, pas d’un escape game. Ou ils font semblant de ne pas voir la menace à proximité. Il y a beaucoup plus de bugs liés à l’IA ici.

Aussi de nouveaux graphismes Âge des empires ce n’est pas ce que vous attendez de la production d’Anno Domini 2021. Et ce n’est pas à propos des couleurs dont beaucoup de gens se sont plaints après que Relic Entertainment a montré ses premières images. Que les couleurs sont plus claires que dans les scènes précédentes ? Il a même l’air plus cool – et nous n’avons certainement pas affaire à une palette de couleurs appelée « espadrilles pour jeunes ». Absolument rien n’est « trop ​​brillant ». Et c’était bien pour les particuliers d’avoir des gobelets clairs, car la lisibilité est extrêmement importante dans leur cas. Néanmoins, j’ai quelques objections aux visuels – et ils concernent principalement textures et animations de qualité.

Éléphants unis

L’erreur qui se produit plus souvent que toujours dans les jeux appartenant au genre, à savoir interpénétration des individus. Les armées agissent comme si elles n’avaient pas déjeuné avant la bataille et étaient vides à l’intérieur. En conséquence, les individus aiment beaucoup se chevaucher et se connecter les uns aux autres. Si, par exemple, nous montons des éléphants, l’un peut coller sa tête à la « partie arrière » de l’autre, et ils continuent à marcher. Et même si c’est drôle, je préférerais que de tels bugs cessent enfin d’être standard dans RTS.

Généralement les animations ont l’air médiocres. Je l’ai mentionné dans l’annonce du jeu – c’était déjà assez visible sur les matériaux de pré-version et malheureusement cela n’a pas été corrigé. De plus, parfois ces animations sont présentes, et parfois elles ne le sont pas du tout – par exemple, dans les cours des immeubles, on peut observer des poulets complètement immobiles. Peut-être que ces girolles sont une sorte de version médiévale des gnomes décorant la basse-cour ?

Aussi le système de dégâts a l’air médiocre – les bâtiments qui s’effondrent sous la pression des unités attaquantes se comportent comme s’ils étaient en polystyrène et non en brique. Je n’ai pas non plus aimé la végétation : les arbres et les herbes ont l’air d’être pris à peu près à l’époque médiévale – et il ne s’agit pas vraiment de réalisme reflétant l’époque.

« Et les petits oiseaux font mélodie… »

Je sais que le réglage vidéo ne fait pas tout – surtout dans les jeux de ce type. Et pourtant, je serais en mesure de pointer au moins quelques titres stratégiques qui ont de meilleurs graphismes. Et je parle des productions qui sont sorties il y a quelques années. Heureusement, tout est parfait au niveau du son.

C’est super que les créateurs aient été tentés de p. un reflet du discours de la nation de cette époque. Nous entendons, par exemple, une langue décrite comme le moyen anglais – et c’est en fait ce discours, pas un mannequin ou un gargouillement. Une bombe pour moi. Cependant, l’information la plus importante sera probablement que il n’y a pas de version polonaise dans AoE IV. Mais je ne considère pas cela comme un moins. L’interface est claire et les descriptions utilisent un langage simple que personne ne devrait avoir beaucoup de mal à comprendre.

Combien d’or devriez-vous débourser?

Pour un billet pour le Moyen Âge nous allons actuellement payer sur Steam 214,99 PLN. Il existe également l’édition numérique de luxe disponible sur la plate-forme Valve, qui offre du contenu, une bande-son et des graphiques supplémentaires. Les créateurs veulent 289,99 PLN pour cette version plus riche.

C’est beaucoup pour un jeu PC, mais il y a aussi de bonnes nouvelles : Zone d’utilisation à partir du moment de sa première – c’est-à-dire dans deux jours – il ira à Pass de jeu Xbox. Ainsi, pour un mois d’accès au Moyen Âge, nous paierons 40 zlotys (ou 4 zlotys si quelqu’un est nouveau). La seule question est de savoir si les titres de la série font partie de ceux qui peuvent être joués pendant un mois. À mon avis, ce sont des productions sur lesquelles on peut revenir longtemps, découvrir de nouvelles nuances sur la civilisation et sa mécanique. Surtout, Relic Entertainment a des plans ajouter plus de nations et le développement de projets.

La légende revient – et c’est un retour réussi. Relic Entertainment a tout mis en œuvre pour que les fans de la série soient satisfaits. Nous avons quelques changements intéressants et de nouvelles fonctionnalités ici, mais finalement c’est vieux, bon Zone d’utilisation. En mettant l’accent sur le « vieux », malheureusement, car le cadre visuel – principalement les textures et les animations – sent bel et bien la souris. Mais le gameplay est passionnant et donne beaucoup de satisfaction. Il n’y a aucune contre-indication pour les fans de stratégies médiévales à passer cet automne.

Figurine Age of Empires IV

Age of Empires IV [PC]

Le roi est puissant, mais il a une barbe grise

Age of Empires IV est le retour réussi de la série et offre des heures de plaisir classique. L’impression générale est gâchée par des déficiences techniques, comme des petits esprits d’individus ou des poulets immobiles dans la cour.

Avantages

  • Retour aux sources, sans révolution inutile
  • C’est un super jeu à jouer
  • Les cinématiques sont impressionnantes
  • Reflet du discours de l’époque

Minusy

  • Graphismes – la qualité des animations et des textures
  • Les unités sont, pour le moins, vagues

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.