Analyste du PISM : il est difficile de parler d’une percée dans les relations franco-polonaises…

Il est difficile de parler d’une percée dans les relations franco-polonaises après la visite du président Andrzej Duda à Paris ; c’est un bon pas, mais nous devrons attendre les résultats concrets de la visite – estime l’analyste de l’Institut polonais des affaires internationales Łukasz Maślanka.

Mercredi, le président Andrzej Duda a effectué une visite de travail à Paris, au cours de laquelle il a rencontré le président français Emmanuel Macron. Les entretiens des dirigeants ont porté, entre autres, sur l’énergie, la politique de sécurité et la protection des frontières de l’Union, ainsi que les tensions entre la Pologne et les institutions de l’Union européenne. Dans une interview accordée à TVP Info, le président Duda a exprimé l’espoir que la conversation avec Emmanuel Macron, qu’il a qualifiée de « très honnête et ouverte », dessine « un très bel avenir pour la coopération franco-polonaise ».

Łukasz Maślanka, analyste pour la France à l’Institut polonais des affaires internationales (PISM), a souligné dans une interview au PAP que nous en savons très peu sur cette visite. « Il est difficile de parler d’une percée. Habituellement, après la visite du chef de l’État ou du chef du gouvernement à l’Elysée, un point de presse des deux dirigeants a lieu. Hier, il n’y a pas eu de tel point. Cela signifie que les pourparlers entre les deux présidents ont été difficiles », a-t-il souligné.

« C’est une bonne étape, dans le sens où il est bon que deux États importants de l’UE soient engagés dans un dialogue au plus haut niveau. C’est toujours une bonne nouvelle, car il y a toujours eu trop peu de ce dialogue en polonais. Les relations françaises et les relations politiques avec la France étaient souvent gelées ou bloquées. Cependant, nous devrons attendre les effets spécifiques de la visite « – a noté l’expert.

Selon lui, la contribution à la rencontre entre Duda et Macron était la prochaine présidence française du Conseil de l’UE. « Probablement en raison du différend sur l’État de droit et de la crise entre la Commission européenne et la Pologne, Macron s’est senti obligé d’établir un dialogue avec la Pologne » – a évalué Maślanka.

« La France est dans une position très confortable face au différend de la Pologne sur l’État de droit. La France a une position assez cohérente sur ce sujet, à savoir qu’elle soutient la Commission européenne dans le dialogue avec la Pologne et attend que les décisions Commission européenne » – a souligné Maślanka.

« Une question distincte concerne toutes les procédures, par exemple la suspension de l’adhésion à l’UE ou le lancement d’un nouveau mécanisme de conditionnalité. Dans ces procédures, l’unanimité est requise. Il me semble que le gouvernement polonais trouvera beaucoup plus facile de trouver d’autres partenaires qui seraient prêts à opposer leur veto de telles décisions. La France n’est pas un partenaire important ici », a-t-il noté.

L’analyste du PISM a souligné qu’il existe de graves divergences entre la Pologne et la France sur des questions stratégiques : concernant les relations avec les États-Unis ou l’avenir économique de l’Union européenne. « Dans une situation où la Pologne est marginalisée, solitaire et aux prises avec des problèmes résultant de ce qui est arrivé à la justice polonaise, la voix de la Pologne sur ces questions est moins audible et la France peut plus facilement imposer sa vision européenne » – a-t-il souligné.

Selon l’expert, un dialogue continu avec la partie française est nécessaire pour que les deux parties commencent à remarquer également les menaces qui pèsent sur les flancs est et sud de l’UE.

Maślanka a considéré comme une bonne nouvelle que la Pologne ait l’intention de s’impliquer dans la mission Takouba au Mali, dirigée par la France. « De cette manière, la Pologne montre qu’elle apprécie les menaces qui pèsent sur le flanc sud de l’UE et souhaite y participer à la résolution de la crise sécuritaire, à la lutte contre le djihadisme. Ici, cependant, nous devons clairement communiquer à la partie française que le fait que nous faire preuve de solidarité alliée ne signifie pas que nous rejoignons la vision de l’Union européenne promue par la France, à savoir le relâchement progressif des relations transatlantiques dans le domaine de la sécurité », a-t-il déclaré.

« Nous devons souligner que, en solidarité avec la France, nous avons une vision différente de la sécurité, nous soutenons une coopération étroite avec les États-Unis et pour la poursuite de l’OTAN en tant qu’alliance de sécurité collective, surtout contre la menace russe » – a ajouté l’expert .

« Nous sommes, à notre tour, en droit d’attendre une plus grande implication de la France sur le flanc oriental. La France dispose d’un certain contingent de troupes en Estonie, elle est parfois présente lors d’exercices en mer Noire et la Russie y réagit. Elle estime que son l’implication en Afrique est une réaction à la présence de la France. Dans la pensée des politiciens et analystes français, il n’y a toujours pas de lien entre la menace que la Russie fait peser sur la France en Afrique et la menace que la Russie fait peser sur l’UE dans notre région « – a souligné l’expert. Selon lui, un bon moyen de faire pression sur la Russie serait d’augmenter la présence de la France sur le flanc oriental.

Maślanka a souligné que la France n’est pas un pays qui critique la Pologne pour avoir scellé la frontière. « La France a également eu des problèmes pour protéger sa frontière contre l’afflux de migrants en provenance d’Italie – ici, il y a eu des conflits assez vifs avec l’Italie dans ce contexte. Si les associés de Macron critiquent la Pologne pour la façon dont la frontière avec la Biélorussie est protégée, c’est plutôt pour un usage interne Il est peu probable que la France soit le pays qui se dressera contre la Pologne pour les méthodes qu’elle utilise pour protéger la frontière avec la Biélorussie contre les migrations illégales », a-t-il déclaré.

S’agissant des relations bilatérales, Maślanka a souligné que la Pologne comptait sur la coopération avec la France dans le domaine de l’énergie nucléaire.

« Les Français nous proposent la construction de gros réacteurs pressurisés, dits européens. Cette technologie n’a pas fait ses preuves jusqu’à présent, toutes les constructions de ces centrales – en Finlande, en Chine ou en France – sont retardées de plusieurs ou plusieurs années, et les coûts d’investissement ont plusieurs fois augmenté En France même, les débats sont très vifs sur l’opportunité de continuer à investir dans le nucléaire ou de ne pas passer aux énergies entièrement renouvelables. Macron n’a pas encore décidé s’il fallait construire de nouveaux réacteurs en France même, et en même temps, les Français promeuvent très intensément l’exportation de ce type de technologie. C’est une assez grande incohérence « – a évalué Maślanka. (BOUILLIE)

auteur : Aleksandra Rebelińska

reb / ​​​​par /

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *