Analyste : La France traverse une crise de la cinquantaine. Il veut utiliser le différend sur les sous-marins pour lui-même

Une rupture diplomatique sans précédent a été provoquée par la décision de l’Australie d’annuler un contrat géant de 100 milliards de dollars pour acheter des sous-marins français. Canberra a plutôt conclu un accord militaire avec les États-Unis et la Grande-Bretagne. Paris réagit avec irritation, qualifiant le comportement des Alliés de coup de poing dans le dos et parlant des conséquences au sein de l’OTAN.

Selon l’analyste Petr Boháček de l’Association pour les affaires internationales (AMO), Paris essaie désormais de tirer le meilleur parti du différend sur le plan diplomatique. « La France, en tant que puissance mondiale, traverse une crise de la quarantaine comme tous les autres pays postcoloniaux », explique-t-il, ajoutant que son importance dans la politique internationale diminue progressivement, comme en témoigne l’annulation de l’accord de fourniture de sous-marins. Préoccupée par l’influence croissante de la Chine dans le Pacifique, l’Australie achètera ces navires à propulsion nucléaire avec une technologie fournie par les États-Unis et le Royaume-Uni.

Le président français Emmanuel Macron a longtemps poussé l’Europe à être plus indépendante en termes de sécurité. « La crise des sous-marins a renforcé la légitimité de ses vœux », a déclaré le politologue français Dominique Moisi au quotidien américain New York Times. Selon lui, cependant, le différend diplomatique actuel a mis à nu la solitude de Macron dans cette affaire. « Nous avons raison, mais nous sommes seuls », souligne Moisi.

Dans le différend avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie, l’Allemagne a défendu Paris sur le territoire de l’Union européenne, mais une réaction commune plus significative des 27 n’est pas encore arrivée.

Selon le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, la crise diplomatique se reflétera dans son fonctionnement OTAN et la prise de décision par les institutions européennes. La France a déjà mentionné que le différend pourrait affecter la coopération commerciale Australie et l’UE, qui sont actuellement négociés par les deux parties. « La France et l’Europe voudront surtout profiter du fait qu’elles doivent être militairement indépendantes. Je pense que Paris voudra orienter l’énergie du conflit dans ce sens », dit Boháček.

Biden est le nouveau Trump

Si la France va perdre un contrat de près de 900 milliards de couronnes pour le groupe d’armement Naval Group en raison de la décision de Canberry, selon l’analyste Boháček, elle essaie de l’amener à devenir le leader de l’Europe en dénonçant les Etats-Unis. « Le problème avec l’Alliance de l’Atlantique Nord est sa forte asymétrie. La relation dans laquelle les États-Unis assument la plupart des coûts et disposent des capacités les plus armées n’a pas fonctionné depuis longtemps », a-t-il déclaré.

Selon Boháček, les démarches du nouveau président américain Joe Biden sont également décevantes pour les pays européens. Ils ont placé leurs espoirs dans le successeur de Donald Trump, qui a ouvertement remis en cause l’OTAN. « La renaissance des relations transatlantiques n’a pas lieu. Nous l’avons vu dans ce cas même lors du retrait des troupes d’Afghanistan », explique Boháček, ajoutant que la coopération dans l’alliance est pratiquement la même que pour Trump et Biden, il change juste de mots.

Benjamin Haddad du groupe de réflexion Atlantic Council a déclaré à Reuters que l’Europe avait récemment réalisé que certaines parties de la politique de Trump ne faisaient pas exception. « Ils ont signalé un départ plus profond des États-Unis de l’Europe », a-t-il déclaré. Mercredi, pour la première fois depuis la rupture, Macron et Biden ont appelé par téléphone et ont organisé un rendez-vous pour fin octobre. Le président français a également décidé de la mission de l’ambassadeur, qu’il a rappelé pour des consultations à Paris, de retour aux Etats-Unis.

Réaction à l’influence chinoise

L’Australie a annoncé l’annulation d’un contrat de fourniture de sous-marins français suite à un accord de sécurité avec les États-Unis et la Grande-Bretagne pour assurer la paix et la stabilité dans le Pacifique. L’influence de la Chine s’y développe progressivement. « Pékin est le principal rival pour tout l’Occident, mais aussi pour le Japon ou la Corée du Sud », explique Petr Boháček pourquoi les Etats ont adhéré à l’accord.

Chine il libère de plus en plus d’argent pour les armements et l’expansion de l’influence politique et économique, et la rupture diplomatique ouverte entre les Alliés, selon les observateurs, les rend heureux. « Les Chinois rient sans aucun doute du rivage. La perspective est heureuse que les Européens disparaissent militairement du Pacifique », a déclaré à Reuters François Heisbourg de l’Institut international d’études stratégiques de Londres.

Une armée européenne commune en complément de l’OTAN : avantages et inconvénients

Vidéo de l’armée européenne : Tomáš Polák

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.