ARA San Juan : chronique du drame et dénonciation de l’espionnage contre Mauricio Macri

Infographie montrant où la tragédie s’est produite

Le sous-marin ARA San Juan a implosé à 10h55 le 15 novembre 2017, après – selon l’hypothèse traitée par la Justice – une explosion dans l’un de ses bancs de batteries a laissé l’équipage dans l’incapacité de manœuvrer le navire pour le ramener à la surface. C’est l’information qui a émergé plus d’un an après ce jour dans le cadre de l’enquête, mais à cette époque seule la disparition du navire après des jours sans donner de signaux ni être enregistré par les radars.

Immédiatement, après que la nouvelle a été connue, le Naval Marine Traffic Command a publié le déploiement d’une opération de recherche et de sauvetage appelée SAR SUB pour le sous-marin « ARA San Juan » et ses 44 équipages. « Une panne de courant qui a généré un incendie dans le parc de batteries », telle est l’information qui a émergé dans un premier temps. Au cours des mois suivants, les membres de la famille de l’équipage ont constamment conduit la recherche de leurs proches.

En décembre de la même année, les proches du équipage rencontré des représentants des différents blocs au Congrès national pour exiger qu’une commission d’enquête soit constituée en dehors de celui qui fonctionnait déjà et qui a répondu à la marine argentine. Tous les fronts, y compris le parti au pouvoir, ont donné leur accord à la demande des familles, qui a été réalisée dans une grande émotion et une revendication unanime : « Que la recherche ne soit pas abandonnée ». Les proches avaient même déjà accepté la visite du président de la nation d’alors, Mauricio Macri.

Fin novembre 2017, Macri a rencontré pour la première fois les proches des membres de l'équipage (Archive / Nicolás Aboaf)
Fin novembre 2017, Macri a rencontré pour la première fois les proches des membres de l’équipage (Archive / Nicolás Aboaf)

Dès le début, une opération à grande échelle a été montée avec une collaboration internationale pour la recherche. La marine argentine a ajouté des avions et des navires nationaux et étrangers. Plusieurs pays ont commencé à collaborer avec des avions, des radars, des navires et d’autres navires équipés de technologies de pointe. L’aide est venue de États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, France, Chili, Pérou, Brésil, Uruguay, Colombie, Russie et Norvège.

En août 2018, le gouvernement a embauché la société américaine Océan Infini pour continuer les tâches de ratissage. La société a cédé le navire norvégien Constructeur de fonds marins, équipé de cinq sous-marins robotisés pouvant plonger à 6 000 mètres de profondeur, filmer et collecter des données en haute résolution.

En novembre 2020, entre-temps, on apprenait que la Marine connaissait l’emplacement du sous-marin coulé 20 jours après sa disparition. Le contre-amiral Enrique López Mazzeo, accusé dans l’affaire, a ensuite reconnu que depuis le 5 décembre 2017, le gouvernement de Mauricio Macri savait dans quelle position se trouvait l’épave avec ses 44 membres d’équipage. Il l’a fait devant la Chambre d’appel de Comodoro Rivadavia.

Mauricio Macri et son ministre de la Défense, Oscar Aguad (Adrián Escandar)
Mauricio Macri et son ministre de la Défense, Oscar Aguad (Adrián Escandar)

C’est la juge fédérale Marta Yañez qui a pris les rênes de l’enquête sur les éventuelles responsabilités du président de l’époque Mauricio Macri, de son ministre de la Défense Oscar Aguad, et aussi de l’ancien chef de la Marine dans le naufrage Marcelo Srur, entre autres.

L’apparition du sous-marin ARA San Juan

Un jour après un an de sa disparition, Le sous-marin ARA San Juan a été retrouvé à une profondeur de 907 mètres et à environ 500 kilomètres du golfe de San Jorge, à la hauteur de Comodoro Rivadavia. Ce samedi 17 novembre 2018, l’information a été confirmée à Infobae par les plus hautes autorités de la marine argentine. Le bateau a été retrouvé à 0h30.

Carte avec les références de l'endroit où le sous-marin a été trouvé
Carte avec les références de l’endroit où le sous-marin a été trouvé

Lors d’une conférence de presse, les autorités de la Marine ont admis que Ils ont fouillé la zone pour toutes les marines qui ont participé au sauvetage à ce moment-là. Ils ont également assuré que c’était une zone très proche de l’endroit où l’implosion a été ressentie, appelé « bruit acoustique »; et qu’il y avait 90 % de chances de le localiser dans la zone où il se trouvait réellement.

Sur la faisabilité de relever les restes de l’ARA San Juan du fond de la mer, Oscar Aguad – à l’époque ministre de la Défense de la Nation – a admis ce jour-là que l’État ne disposait pas des éléments ni de la technologie pour secourir le restes du navire.

« Nous n’avons pas les moyens de secourir l’ARA San Juan, nous n’avions même pas les moyens de descendre dans les profondeurs de la mer et nous n’avons pas l’équipement pour extraire un navire de ces caractéristiques », a reconnu le fonctionnaire à l’époque.

Les premières images capturées par la société Ocean Infinity étaient très floues, mais elles ont permis de préciser certaines données pour comprendre ce qui est arrivé au sous-marin :

La coque résistante de l’ARA San Juan, c’est-à-dire la partie centrale, était à peine déformée. Les spécialistes pensent qu’il a franchi une profondeur de 400 mètres sans subir de modifications de sa structure principale.

Aucune perforation n’est trouvée dans la coque principale.

L’eau n’est entrée dans le sous-marin que lorsque les soudures de la coque principale avec d’autres pièces attachées, telles que la proue et la poupe, ont cédé.

Les structures attachées qui ont été soudées à la coque principale, telles que la proue, la poupe, le chaperio, l’hélice et le mât du gouvernail sont dispersées dans un petit rayon. On pense donc que le sous-marin a atteint le fond marin pratiquement intact. Dans les images, vous pouvez voir trois parties principales : la proue, la poupe et la coque principale.

Mauricio Macri a été président entre 2015 et 2019 (EFE / Juan Ignacio Roncoroni / Archive)
Mauricio Macri a été président entre 2015 et 2019 (EFE / Juan Ignacio Roncoroni / Archive)

La dénonciation de l’espionnage aux familles des victimes de l’ARA San Juan

Les Agence fédérale de renseignement (AFI) dénoncé fin septembre 2020 que le gouvernement Cambiemos a fait espionnage illégal sur les proches des membres d’équipage du sous-marin qui en 2018 a été retrouvé coulé dans l’océan Atlantique après un an de disparition.

Cristina Caamaño, qui depuis décembre 2019 occupe le poste de commissaire aux comptes de l’AFI par décision d’Alberto Fernández, a déposé une plainte devant la Justice qui touche divers anciens fonctionnaires, dont Macri ; qui était son chef du renseignement, Gustavo Arribas, et sa seconde, Silvia Majdalani.

Caamano précisa alors que l’accusation était présentée après avoir trouvé trois disques durs avec des documents prouvant que l’espionnage présumé, qui s’est déroulée, a-t-il affirmé, « en dehors de tout mandat judiciaire et en violation flagrante de la loi nationale sur le renseignement ».

« Nous ne parlions pas de terroristes ou de crime organisé, mais d’un groupe de proches qui tentaient de retrouver les proches qui étaient piégés dans le sous-marin ARA San Juan », a déclaré l’intervenant il y a près d’un an.

Macri, ce jeudi, ira témoigner devant le juge de Dolores Martín Bava seulement dans le cadre de l’enquête sur l’espionnage présumé de proches des membres d’équipage du sous-marin ARA San Juan.

CONTINUE DE LIRE:

Les papiers secrets de l’ARA San Juan : « Les raisons du naufrage »
Exclusif : ARA San Juan, les images du sous-marin que des proches ont vu
Les noms, visages et histoires des 44 membres d’équipage de l’ARA San Juan

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.