Aukus, France : « L’affaire va peser sur l’avenir de l’OTAN »

« Il y a eu le mensonge, il y a eu la duplicité, il y a eu un grave abus de confiance »: le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré à la télévision le 18 septembre, à propos de la crise des sous-marins avec les USA, l’Australie et la Grande-Bretagne. Pour Le Drian, ce qui s’est passé « va peser sur l’avenir de l’OTAN ».
«Dans une véritable alliance, nous nous parlons, nous nous respectons. Ce n’était pas le cas », a ajouté le ministre. « Pour la première fois dans l’histoire entre les États-Unis et la France – a-t-il poursuivi – nous avons rappelé notre ambassadeur pour des consultations. C’est un acte politique lourd qui représente la gravité de la crise entre nos deux pays et avec l’Australie ».

« Il n’est pas nécessaire de rappeler notre ambassadeur au Royaume-Uni. Nous sommes bien conscients de l’opportunisme pérenne de la Grande-Bretagne – et dans ce cas, ils sont la roue de secours », a déclaré Le Drian.

Après l’Afghanistan, les Aukus. L’Union européenne, qui vient de lancer sa propre stratégie pour la zone indo-pacifique, n’a pas encore de position commune sur l’accord militaire entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie. L’annulation de la commande de 56 milliards d’euros pour le French Naval Group – l’entreprise qui tire ses origines de Richelieu, et possède d’importantes usines de production aux Pays-Bas, en Irlande et en Belgique – n’a pas seulement inquiété Paris. L’exclusion de la France, seul pays de l’UE à avoir une présence militaire permanente dans la zone et qui joue donc un rôle clé dans la stratégie de l’Union dans la zone, a été considérée comme une très grave honte. A tel point que Paris a rappelé ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie.

les tensions entre alliés ils sont désormais si forts qu’une réaction unie des Vingt-sept, divisés dans l’affrontement quotidien, mais très unis, même si lent, face aux défis communs, n’échouera pas. La visite à Boris Johnson de Mark Rutte, le premier ministre des Pays-Bas, le pays le plus proche de la mentalité britannique en termes de culture, a donc suscité un certain intérêt.

Coopération potentielle en matière de défense et de sécurité

Les Les temps de Londres, citant des sources diplomatiques, il a évoqué un éventuel accord de sécurité que Johnson et Rutte pourraient proposer à l’Union, mais la Commission a démenti. « Ce n’est pas vrai. Toute proposition de cadre de coopération sur les questions de politique étrangère, de sécurité ou de défense entre l’UE et la Grande-Bretagne devrait d’abord être discutée et définie avec les États membres. Ce n’est pas le cas, a déclaré un porte-parole, mais le démenti, plutôt que de nier les faits, révèle la volonté de la Commission de ne pas pouvoir accepter, car elle est hautement déraisonnable, une telle méthode. Temps Financier, selon laquelle les deux dirigeants auront un échange de vues informel sur une éventuelle coopération en matière de défense et de sécurité.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.