Avortement : la décision de la Cour suprême américaine « aura des répercussions dans d’autres pays ». Et le Portugal « n’est pas à l’abri »

Les experts admettent que l’avortement pourrait revenir dans le débat public dans les pays aux gouvernements populistes et à prédominance religieuse, surfant sur l’expansion des mouvements d’extrême droite. Un militant qui a participé à la campagne pour la dépénalisation de l’avortement au Portugal prévient qu' »il n’y a pas de droits acquis »

La nouvelle que la Cour suprême s’apprête à revenir sur la décision historique de 1973 qui a approuvé le droit à l’avortement provoque l’indignation et les protestations aux États-Unis, les organisations liées aux droits reproductifs parlant d’un « recul » qui modifier profondément le mode de vie du pays.

Mais « la question de l’avortement n’a jamais été consensuelle » dans le pays, explique l’experte en affaires internationales Diana Soller à CNN Portugal. Le chercheur souligne que la société nord-américaine est de plus en plus polarisée et que, par conséquent, « ces débats plus fracturés ont tendance à émerger ». « Il y a toujours eu des groupes de différentes églises qui se sont opposés à la dépénalisation de l’avortement, certains radicaux, d’autres modérés. La question de l’avortement s’identifie non seulement à la droite radicale, mais aussi à la droite modérée », souligne-t-il.

Le politologue José Filipe Pinto commence par dire que les États de la ‘Bible Blet’ (« Bible Belt » en portugais) « n’ont jamais accepté la décision de 1973 », mais met en avant un autre facteur pour que l’avortement revienne à l’agenda médiatique : la croissance de -les mouvements de droite, qui ont gagné en visibilité avec la présidence de Donald Trump.

« Ces mouvements n’ont jamais disparu, ils disparaissaient et l’arrivée de Trump au pouvoir leur a donné de la visibilité. (…) En Amérique du Nord, il y a plus d’une douzaine de mouvements d’extrême droite actifs », dit-il.

Et cela ne se produit pas seulement aux États-Unis, mais aussi en Europe, prévient le politologue. « Les mouvements d’extrême droite se développent dans tous les pays d’Europe. Ce que nous avons, c’est une expansion des mouvements d’extrême droite négationnistes, étroitement liés au populisme culturel et identitaire. Ces mouvements puisent fortement à deux sources : le nationalisme et le catholicisme ou le christianisme », ajoute-t-il.

Le spécialiste donne le cas de la Pologne, qui est gouvernée par un parti lié au « populisme identitaire ou culturel, qui a une grande force parmi la population catholique, notamment la population rurale ». Ce pays majoritairement catholique a sévèrement restreint la loi sur l’avortement. Depuis l’année dernière, l’avortement n’est possible que dans trois situations : viol, inceste ou si la vie de la mère est en danger. Si une échographie révèle des malformations fœtales, la femme ne peut pas avorter.

En ce sens, José Filipe Pinto n’a aucun doute : « Si cette loi de 1973 est modifiée, elle aura des répercussions dans d’autres pays, d’abord dans les pays où le catholicisme est plus enraciné, puis d’autres suivront.

À son tour, Diana Soller prédit que ce type de débat se produira davantage dans les pays où « deux forces puissantes se rejoignent : l’Église catholique et les gouvernements nationalistes conservateurs ». « Dans des pays comme la Pologne, il est normal que ce type de débat se reproduise », dit-elle, ajoutant que cela vaut également pour le Brésil, où les évangéliques ont une grande influence.

Et au Portugal ? « Assez prendra sur des thèmes de fracturation »

Dans le scénario politique portugais actuel, avec une majorité socialiste absolue, on ne s’attend pas à ce que l’avortement revienne à l’agenda politique, encore moins à un recul en la matière. Cependant, José Filipe Pinto prévient que « le Portugal n’est pas à l’abri » du cadre international et estime que « tôt ou tard » la question reviendra dans le débat public, à travers le parti Chega d’André Ventura, qui, lors des dernières élections législatives, a renforcé les la représentation de un pour 12 députés.

« Nous avons un parti identitaire populiste qui monte et tôt ou tard, et je pense que plus tôt que tard, nous allons avoir la question de l’avortement. (…) Chega se concentrera sur des thèmes de fracture, qui divisent la société portugaise.

André Ventura a même déclaré que, malgré son opposition à l’avortement, il ne demanderait pas une révision de la loi. Pourtant, il y a deux ans, le parti Pró-Vida, connu pour ses positions fortes contre l’avortement, a fini par être intégré à Chega.

José Filipe Pinto considère que Chega « n’est pas un épiphénomène » et que « ces partis grandissent quand il y a des clivages dans la société ». « En ce moment, avec une majorité absolue, on commence à voir des manifestations d’autres partis. Quand on commence à avoir des manifestations et des grèves, cela interfère avec la vie quotidienne, avec la vie des populations », explique-t-il.

L’expert prédit que cela pourrait arriver au Portugal avec Chega, comme en Espagne avec le parti Vox, ou en France avec les forces politiques dirigées par Éric Zemmour et Marine Le Pen.

Diana Soller, en revanche, fait une autre analyse : « Il me semble qu’au Portugal la question [do aborto] est résolu. » Pourtant, elle n’écarte aucune possibilité : « Peut-être que non, peut-être que ça reviendra, on ne sait pas. »

« Il faut avoir la notion qu’il n’y a pas de droits acquis »

Il y a 15 ans que le Portugal disait « oui » au référendum sur la dépénalisation de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG). Jusqu’en 2007, l’avortement n’était autorisé que dans des situations exceptionnelles telles qu’un risque pour la vie de la femme ou une malformation du fœtus. Si l’avortement était à nouveau discuté, la psychiatre Ana Matos Pires « serait profondément triste et profondément en colère ». Ana Matos Pires a été l’une des voix les plus actives de la campagne pour la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse.

« C’était l’une des causes de ma vie, à la fois en tant que citoyenne et en tant que clinique », réitère-t-elle à CNN Portugal. « Le Service national de santé doit fournir des réponses multiples et a des obligations de santé publique. [o aborto] c’est une des nombreuses obligations de santé publique », ajoute-t-elle. Pour autant, le médecin reconnaît que « rien n’est sûr » et qu' »il n’y a pas de droits acquis ».

« Je pense qu’il faut avoir la notion qu’il n’y a pas de droits acquis. L’histoire nous a montré ça, qu’il y a recul », insiste-t-il.

Ana Matos Pires affirme qu’il y a déjà eu un revers « à un moment beaucoup moins compliqué du point de vue de la croissance de l’extrême droite », rappelant que le gouvernement PSD/CDS a approuvé l’introduction de taux modérés dans la loi IVG ( révoquée par les majorités parlementaires PS, BE, PCP et PEV à la prochaine législature).

En tout cas, il laisse une garantie : il serait de nouveau « en première ligne » pour qu’il n’y ait pas de « recul politique et de santé publique » au Portugal.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.