Belgique – France. Les médias français heureux après avoir gagné à Turin. Ligue des Nations

La réunion de Turin a été extrêmement excitante. Jusqu’à la pause, les Belges menaient 2-0 après des buts de Carrasco et Lukaku. C’est alors, comme Kylian Mbappe l’a déclaré aux journalistes après le match, que « beaucoup de mots forts ont été prononcés dans le vestiaire ».

– Nous étions déprimés, mais nous n’avons pas baissé les bras pendant la pause. Nous sommes sortis en deuxième mi-temps avec de grandes ambitions. Nous sommes partis immédiatement avec une forte pression. Nous étions meilleurs, nous avons créé des opportunités. Cela nous a donné de l’espoir. J’adore jouer des matchs comme ça. Ce sont des matchs à haute pression, tout le monde les regarde, tout le monde veut y jouer – a déclaré la star du PSG.

La presse française a été efficace – à la 63e minute, Karim Benzema a marqué le premier but des Bleus, 6 minutes plus tard, Mbappe a égalisé. La fin du jeu est une véritable montagne russe. À la 87e minute, Lukaku a marqué un but pour les Belges, mais après l’analyse du VAR, il a été annulé en raison d’un hors-jeu. Quelques instants plus tard, Paul Pogba a touché la barre transversale, et finalement le but vainqueur des Français a été inscrit par Theo Hernandez, qui a montré une superbe frappe de loin sur le but de Thibaut Courtois.

« Double furieux » – c’est le titre du célèbre quotidien français « L’Equipe » après cette rencontre.

« Du but non reconnu de Lukaku au but de Theo Hernandez qui a assuré la victoire, les Bleus sont passés par tous les états émotionnels. (…) Si la Ligue des Nations cherche toujours des supporters en France, ce grand match était la publicité parfaite. pour la compétition encore nouvelle. Tout dans ce match. C’était fou » – décrit « L’Equipe ».

France 24 rappelle que le personnage principal de la rencontre, Théo Hernandez, est apparu lors de la rencontre avec son frère, Lucas. C’est le premier cas de ce genre dans l’équipe de France depuis 1974.

« Les Français ont fait leur chemin de Waterloo à Solférino, écrit Le Monde. Ceux-ci font allusion à la défaite de Napoléon à Waterloo en 1815 et à la bataille de Solférino, la plus grande victoire de la bataille de France contre l’Autriche en 1859.

« Les champions du monde sont de retour ! Après de nombreux hauts et bas, ils n’ont pas baissé les bras. Ils ont tout laissé dans les vestiaires et sont revenus plus forts » – écrit à son tour « Le Parisien ».

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.