Biden dit à la Française Macron que les États-Unis ont été « maladroits » dans l’accord auxiliaire australien

Le président américain Joe Biden, rencontrant son homologue français Emmanuel Macron à Rome, a reconnu que les États-Unis avaient été « maladroits » en annulant l’accord de la France de vendre des sous-marins nucléaires à l’Australie plus tôt cette année.

Il s’agissait de la première réunion des dirigeants américains et français pour tenter de rétablir les relations après un différend diplomatique sur le pacte de sécurité entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie conclu en septembre.

Macron a d’abord parlé en français pendant que Biden écoutait, affirmant que la réunion était « importante » et qu’elle était la clé pour « regarder vers l’avenir » alors que les deux pays sont confrontés à de nouveaux défis. Ils se sont serré la main à la fin des propos de Macron.

La réunion a eu lieu à la Villa Bonaparte, l’ambassade de France au Vatican, au cœur de Rome, et précède le sommet du Groupe des Vingt (G20) des dirigeants des plus grandes économies. Biden a rencontré le pape François plus tôt dans la journée.

Biden et Macron se sont serré la main et ont tapoté l’épaule avant de se rencontrer. Biden ne s’est pas officiellement excusé auprès de Macron, mais a reconnu que les États-Unis n’auraient pas dû surprendre leur plus vieil allié avec l’accord australien.

« Je pense que ce qui s’est passé utilise une expression anglaise, ce que nous avons fait était maladroit », a déclaré Biden, ajoutant que l’accord sur les sous-marins « n’avait pas été conclu avec beaucoup de pitié ».

« J’avais l’impression que la France était informée depuis longtemps », a-t-il ajouté.

Le président américain Joe Biden, à gauche, et le président français Emmanuel Macron se serrent la main lors d’une réunion à La Villa Bonaparte à Rome le 29 octobre, avant le sommet du G20 prévu ce week-end. [Evan Vucci/AP Photo]

Le contrat de sous-marins mené par les États-Unis avec l’Australie remplace un accord antérieur avec la France pour la fourniture de sous-marins diesel à l’Australie.

Les États-Unis ont fait valoir que la mesure, qui armerait l’allié du Pacifique de navires nucléaires de haute qualité, permettrait mieux à l’Australie de contenir l’invasion chinoise de la région.

Macron a déclaré que les deux alliés développeraient une « coopération plus forte » pour éviter que des malentendus similaires ne se reproduisent.

« Nous avons clairement indiqué ensemble ce que nous devions clarifier », a ajouté Macron, lorsque les médias lui ont demandé si les relations américano-françaises avaient été réparées.

« Ce qui compte vraiment maintenant, c’est ce que nous allons faire ensemble dans les prochaines semaines, les prochains mois et les prochaines années », a-t-il déclaré.

La France a accusé les États-Unis et l’Australie de « mentir » au sujet de l’accord sur les sous-marins, qui a coûté à la France environ 60 milliards de dollars de pertes de revenus lorsque l’Australie a annulé son achat de sous-marins français.

Pendant ce temps, la Première dame des États-Unis, Jill Biden, a accueilli Brigitte Macron pour une « réunion bilatérale » vendredi après-midi.

La première dame des États-Unis, Jill Biden, salue la première dame de France Brigitte Macron alors qu’elles quittent le bar Il Marchese après s’être rencontrées lors d’une visite à Rome pour le sommet du G20 [Flavio Lo Scalzo/Reuters]

La réunion a été revue par Jake Sullivan de l’Agence de sécurité nationale américaine, affirmant que les deux dirigeants « couvriraient virtuellement les problèmes de front de mer auxquels l’alliance américano-française est confrontée », notamment la lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient, en Chine et les questions commerciales et économiques.

« Nous sommes satisfaits de la large implication que nous avons eue avec la France ces dernières semaines », a déclaré Sullivan aux journalistes voyageant avec le président.

Macron a remercié Biden pour « des décisions très pratiques et très concrètes » ces dernières semaines pour aider l’armée française dans la région du Sahel en Afrique.

La France compte environ 5 100 soldats stationnés au Tchad et au Mali menant des opérations militaires de coalition contre des groupes liés à al-Qaïda et à l’EI au Sahel.

Macron a annoncé en juillet que la France prévoyait de mettre fin à l’opération Sahel en 2022 et de réduire ses forces dans la région à entre 2 500 et 3 000 soldats.

Le président français recherchait davantage de renseignements américains et de coopération militaire pour les opérations françaises au Sahel.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.