Biélorussie : Le risque réel de l’émergence de bases russes. Entretien avec Paweł Latuszka

  • Latushka dit qu’il y a un risque croissant d’établir des bases russes permanentes en Biélorussie
  • La seule chance pour la Biélorussie, selon l’interlocuteur d’Onet, est la position ferme de l’Occident, qui obligera Loukachenka à faire des concessions ou entraînera une nouvelle flambée de protestations sociales de masse.
  • De l’avis du chef de l’opposition biélorusse, le régime n’est plus en mesure de changer de cap politique à lui seul
  • Paweł Latuszka informe qu’il a rencontré – en Pologne – des menaces du régime de Minsk. Le degré de danger était tel qu’à un moment donné Latuszka dut quitter la Pologne. Ce qui précède soulève la question de la protection que la Pologne offre aux dirigeants de l’opposition biélorusse
  • Vous pouvez trouver plus d’histoires de ce type sur la page d’accueil d’Onet

Witold Jurasz, Onet : Alexandre Loukachenko, lors d’une réunion avec le procureur général de Russie le jeudi 28 octobre, a déclaré que la Pologne cherchait des excuses pour rapprocher ses forces armées de la Biélorussie et a déclaré que la Biélorussie et la Russie « ont quelque chose à faire la frontière » et a ajouté qu’il répondrait à l’intention de la Pologne d’agir « de manière brutale ». Devriez-vous vous inquiéter des propos d’Alexander Grigoriewicz, ou leur faire signe, reconnaissant qu’il ne s’agit que de propagande ?

Paweł Latuszka : Je pense que malheureusement vous ne pouvez pas agiter la main, même si bien sûr Loukachenka a un style d’expression très spécifique. Il n’y a pas si longtemps, les ministres de la défense de la Biélorussie et de la Russie se sont rencontrés à Moscou. Au cours de cette réunion, un accord a été signé, qui crée la base légale pour la création de centres de formation militaire russes en Biélorussie. Je pense que le risque d’établir des bases russes à Grodno et Baranavichy est bien réel.

La plupart des observateurs étaient d’avis que la crise à la frontière était, d’une part, la revanche de Loukachenka en Occident, et d’autre part, une tentative d’imposer des concessions à l’Union européenne, c’est-à-dire des pourparlers avec Minsk sans remplir la condition préalable, à savoir la libération des prisonniers. A Onet par exemple, lors des manœuvres de Zapad-2021, on a écrit qu’un troisième scénario est possibledans laquelle la crise migratoire est une sorte d’« opération prikriti », c’est-à-dire une opération visant à détourner l’attention du véritable objectif, qui serait de créer un prétexte au transfert permanent des troupes russes en Biélorussie. La seule question est, si c’est le cas, est-ce le plan de Poutine ou celui de Loukachenka ? Ou est-ce juste le bluff de Loukachenka ?

Je ne pense pas que ce soit du bluff. Certes, Loukachenka est payante pour entraîner la Russie dans un conflit avec l’Occident. Mais ce sont aussi des intérêts mutuels. Poutine utilise le dictateur comme un « idiot utile ».

Et la Russie doit-elle être entraînée dans un conflit avec l’Occident ?

Pour être précis, en impliquant Loukachenka dans ce conflit particulier avec l’Occident, il suppose que cela lui garantira la prolongation de son règne. D’un autre côté, il y a aussi une convergence d’intérêts, car si, grâce au soutien de Loukachenka, Moscou a pu le forcer à faire des concessions qu’il n’a pas acceptées, c’est aussi dans l’intérêt de Moscou.

Alors Moscou n’est plus une menace pour Loukachenka ?

Tout le monde est une menace pour lui. Tant la Russie que l’Occident et, surtout, leur propre peuple. Cependant, en ce qui concerne l’Occident, il faut tenir compte du fait que Loukachenko est un homme soviétique. Pour lui, l’OTAN a toujours été et sera toujours un ennemi. L’Union, à son tour, est celle avec laquelle, à son avis, vous pouvez jouer un jeu. La crise migratoire est une crise à la frontière orientale de l’OTAN, et seulement plus tard à la frontière orientale de l’Union européenne.

Le régime de Minsk a-t-il déjà dépassé ce point, au-delà duquel il n’y a plus de retour ?

Je pense que oui. L’ampleur de la terreur que le régime utilise est absolument sans précédent. La Biélorussie est devenue une principauté indépendante du KGB.

Je comprends que vous n’entendez pas le KGB au sens de renseignement étranger, qui – comme tout renseignement étranger – peut se permettre des subtilités, mais le KGB au sens de spécialiste en coups de poing.

Entre eux, ils disent souvent qu’ils sont la Gestapo (c’est-à-dire l’élite). À son tour, le GUPOPIK du ministère de l’Intérieur (Conseil de gestion de la lutte contre le crime organisé et la corruption) s’appelle « SS ».

Il n’y a plus de place pour des gens comme vous ?

Il n’y a pas. Loukachenko n’en avait pas besoin plus tôt et maintenant, il n’a certainement plus besoin de personnes ayant des points de vue ou des perspectives différents.

Le reste du texte sous la vidéo.

Pensez-vous que le président Loukachenko…

… l’ancien président, et bientôt l’ancien président Alexandre Loukachenko a été accusé …

… Alexandre Loukachenko est-il un homme capable de penser qu’il s’est retrouvé dans une situation désespérée ?

Toute réflexion n’est possible que si le leader a autour de lui des gens qui ont le courage de lui dire qu’ils ne sont pas d’accord avec lui. Quand il n’y a pas de telles personnes, la pente commence. Aujourd’hui, la situation est telle que même ses proches ont peur de lui. Loukachenka met tout en œuvre à tous égards.

J’essaye d’obtenir un entretien depuis longtemps…

… vous ne l’aurez pas …

… mais je n’ai pas encore dit avec qui …

… peu importe avec qui, car vous n’obtiendrez aucun entretien avec des représentants des autorités biélorusses.

Les autorités devraient se soucier de la logique de la conversation, car même si elles ne parviennent à convaincre personne en Pologne, elles peuvent toujours envoyer un signal à l’occasion d’une telle conversation.

Le problème, c’est qu’ils ne veulent envoyer aucun signal. Essaye de comprendre. Ils ne se soucient pas s’il y a un dialogue. Ils ont peur de la punition du dictateur, mais d’un autre côté, que peuvent-ils dire, comment peuvent-ils expliquer une telle ampleur de la répression ?

Pendant des années, j’ai soutenu qu’il était nécessaire de parler au régime. Quoi qu’il en soit, je pense que le fait que cela n’ait pas été fait et que, du fait des personnalités importantes du cercle du pouvoir, vous seul êtes passé du côté de l’opposition, est la cause de la défaite de la révolution biélorusse. Est-ce que j’avais tort ?

Non, tu avais raison. Il serait autrement étrange que moi, un ancien ministre, dise soudainement qu’il n’y avait pas besoin de parler. Autrefois, il fallait parler. Cependant, nous parlons d’une époque où Loukachenka – oui – a truqué les élections, mais toujours à plus de 50 pour cent. Il a obtenu des voix. Quoi d’autre y avait-il alors d’autre option que de parler ?

Mais c’était, est passé. Maintenant, je ne vois pas non plus beaucoup de sens à la conversation. Et je ne sais pas avec qui cette conversation aurait lieu, puisque Minsk ne veut pas parler.

Eh bien, je suis heureux que nous soyons d’accord sur l’évaluation de ce qui était et de ce qui est.

D’autre part, en Pologne en 1981 il y avait la loi martiale, en 1984 le P. Jerzy Popiełuszko, et en 1989 eut lieu la Table Ronde, qui ne tomba pas subitement du ciel, car les Américains s’étaient entretenus avec Jaruzelski quelques années plus tôt.

Eh bien, Loukachenko n’est pas à la place de Jaruzelski, car à côté de lui se trouvait le PZPR et ses autorités. Le contexte international est également différent – à cette époque – il existait d’abord en 1981, et en 1989 l’URSS et l’ensemble du système des États communistes se sont effondrés.

Alors, quelle est la prochaine étape ?

L’Occident doit être dur. Agir en position de force. Loukachenka se sent vainqueur car il a réussi à apaiser les manifestations et aujourd’hui les gens ne descendent plus en masse dans la rue, car il est menacé d’emprisonnement, mais au fond ils le détestent. Loukachenko se sent également gagnant en matière de politique étrangère, car il a réussi à créer une crise migratoire dans l’UE. Seule la position ferme de l’Occident – ne pas reconnaître son autorité, le reconnaître ainsi que ses associés comme des criminels et des sanctions sévères incitera les Biélorusses à descendre à nouveau dans la rue ou à créer les conditions pour des pourparlers entre l’Union européenne et Loukachenka. Pendant ce temps, l’Occident semble être le côté le plus faible.

Mais cela est lié à la crainte que si la Biélorussie est trop réprimée avec des sanctions sévères, elle finira par tomber dans les bras de la Russie.

J’entends cet argument tout le temps de la part des principaux politiciens européens. Mais cela signifie que vous jouez comme le veut Poutine, que vous avez peur de la Russie. Cette situation est un test non seulement pour les Biélorusses, mais aussi un appel à l’UE, un test de son efficacité sur le continent européen.

En 2010, j’ai dit à une opposante, notre amie commune, qui m’a dit que dans un an ou deux elle retournerait en Biélorussie, afin qu’en dehors des activités de l’opposition, elle s’occupe aussi de sa propre vie, aille au gymnase, au cinéma, à une fête, et pas seulement à Loukachenka. du matin au soir, car il peut passer plusieurs ou plusieurs dizaines d’années en exil. Le Seigneur a 48 ans. Ne craignez-vous pas de pouvoir retourner en Biélorussie après soixante-dix ans ?

Loukachenka ne durera pas si longtemps. L’économie ne survivra pas et le peuple ne survivra pas et ne la renversera pas. Et s’il réussit, la moitié de la Biélorussie émigrera, donc je pourrai trouver une épouse biélorusse en exil (rires).

Il faudrait que ce soit une femme courageuse. Des informations ont émergé selon lesquelles vous êtes confronté à des menaces.

Oui, en fait. J’ai toujours des contacts confidentiels avec des personnes de confiance au sein des autorités de Minsk et j’ai reçu des informations fiables selon lesquelles un plan a été élaboré au sein du GRU pour liquider les principaux opposants. De plus, le régime a déjà conclu un accord avec des groupes criminels biélorusses pour intimider les militants de l’opposition. Malheureusement, je n’exclus pas que la coopération puisse aller plus loin.

Des détails?

Je les ai remis aux autorités polonaises compétentes. Veuillez m’excuser si je ne peux répondre que de cette façon. Je peux seulement dire d’une manière générale qu’il y a eu des incidents graves ces derniers temps. Par exemple, il y a quelque temps, un homme masqué s’est approché de moi et m’a demandé si j’avais peur que quelqu’un me plante un couteau dans le dos. Il y a eu un moment où les menaces sont devenues si intenses que j’ai dû quitter la Pologne.

Si vous deviez quitter la Pologne à cause des menaces, vous n’aviez aucune protection. Voulez-vous dire que l’État polonais ne vous a pas protégé ?

Nous sommes ici en tant qu’invités de l’opposition biélorusse. Nous apprécions l’aide de la Pologne. Le sentiment de sécurité est important non seulement pour moi, mais aussi pour de nombreux autres Biélorusses qui ont dû quitter le pays de leur plein gré. Je crois que nous pouvons nous sentir en sécurité en Pologne.

Nous sommes heureux que vous soyez avec nous. Abonnez-vous à la newsletter Onet pour recevoir le contenu le plus précieux de notre part.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.