Borne visite Scholz : l’Allemagne et la France se rapprochent à nouveau

Borne visite Scholz
L’Allemagne et la France se rapprochent à nouveau

Lors de son voyage inaugural à Berlin, la Première ministre française Borne tente de relancer les relations franco-allemandes en difficulté. Elle souligne l’amitié entre les deux pays. Cependant, il n’y a pas d’avancée majeure sur les points controversés.

D’un voyage initial reporté à un bilan relationnel, la Première ministre française Élisabeth Borne a tout mis en œuvre lors de son déplacement à Berlin pour relancer les relations franco-allemandes. Vendredi, elle a rencontré le chancelier Olaf Scholz. Des positions divergentes sur des questions clés et un manque de communication avaient bloqué l’axe franco-allemand, qui s’est précisé avec le report d’un Conseil des ministres conjoint fin octobre.

Après leur rencontre, les hommes du SPD Scholz et Borne ont mis l’accent avant tout sur l’unité. « Il est clair que plus les temps sont difficiles, plus le partenariat franco-allemand est important », a déclaré la chancelière. « Les relations franco-allemandes sont extraordinairement étroites et riches. » Le chef du gouvernement parisien a souligné que l’amitié entre les deux pays était cruciale. Dans la situation critique dans laquelle se trouve l’Europe, la force des relations entre les deux pays est plus importante que jamais.

A Borne, la chancelière a rencontré un Premier ministre initialement sous-estimé et qui a depuis gagné le respect. Lorsque Borne a pris ses fonctions en mai, des doutes subsistaient encore quant à sa capacité à rester longtemps à la tête du gouvernement. Depuis 30 ans et pour la deuxième fois, l’ex-ministre du Travail est une femme au plus haut poste, éclipsé en France par le puissant président. Après six mois, cependant, il est clair que le joueur de 61 ans n’a pas seulement les rênes fermement en main. Pour le président Emmanuel Macron, au cours de son deuxième mandat difficile sur le plan intérieur, elle est également devenue la femme en première ligne.

Malgré tout cela, l’ex-socialiste, qui est considérée comme une technocrate, apparaît calme et terre-à-terre au monde extérieur et donne peu d’informations sur ses plans ou sa stratégie. Borne, qui s’est tourné vers les Français dans un cardigan aux allures d’économie d’énergie, est l’antithèse complète de Macron, soucieux de l’impact extérieur et de l’apparence. L’ingénieure ne fait pas d’histoires sur elle-même, dégage peu de charisme.

Déclaration de solidarité dans le secteur de l’énergie

Il n’y a pas eu d’avancée majeure à Berlin sur des questions litigieuses telles que la politique énergétique, la défense ou une réponse unifiée au protectionnisme américain – et cela n’était pas non plus attendu dans l’immédiat, comme cela avait été annoncé à l’avance à Paris. Scholz et Borne ont signé une déclaration de solidarité dans le secteur de l’énergie. Dans l’accord sur l’énergie négocié par le ministre de l’Economie Robert Habeck des Verts et la ministre française de l’Energie Agnès Pannier-Runacher, l’Allemagne s’est engagée à fournir de l’électricité à la France. La France, à son tour, approvisionne l’Allemagne en gaz.

Maintenant que la discorde est éliminée et que la chimie est rétablie, les questions bilatérales et européennes pourraient être abordées plus sereinement par la France et l’Allemagne, et la proximité est indispensable pour cela, a-t-elle déclaré à l’Élysée. Avec tout cela, le temps est également un peu court – le 22 janvier de l’année prochaine, le 60e anniversaire du traité de l’Élysée, qui a jeté les bases de l’amitié entre les deux pays, doit être célébré.

Beaucoup de déplacements diplomatiques ont eu lieu cette semaine pour travailler sur les questions de plafonnement des prix de l’énergie, de boucliers de protection de la défense aérienne, de la mise en réseau des approvisionnements en électricité et en gaz ou encore d’une politique industrielle commune. La ministre française de la Culture Rima Abdul Malak a été attirée à Berlin, tandis que le ministre des Finances Christian Lindner du FDP, la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock et le ministre de l’Economie Robert Habeck (tous deux Verts) étaient invités à Paris. Ce qui était remarquable et ce qui est inhabituel, c’est que les deux poids lourds verts du gouvernement fédéral et Lindner ont chacun été reçus par le président Macron – peut-être en plus de maintenir les relations et la stratégie.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *