Cellnex perd 145 millions d’euros en raison de sa politique d’achats intense

L’opérateur bondit de 53% jusqu’en septembre à 1760 millions de chiffre d’affaires et prévoit de respecter les prévisions en fin d’année

Cellnex est toujours dans le rouge pour son intense politique d’achat des derniers mois. L’opérateur neutre augmente ses pertes de près de 70 % sur les neuf premiers mois de l’année jusqu’à 145 millions d’euros. La société a facturé 1 760 millions d’euros sur la période, soit 53 % de plus qu’entre janvier et septembre 2020 en raison de la consolidation des acquisitions d’actifs des 21 derniers mois. Services d’infrastructure pour opérateurs de télécommunications mobiles contribué au revenu de la 86%, avec 1 519 millions d’euros (69 % de plus).

Le PDG de Cellnex, Tobias Martinez, a souligné que ces neuf mois ont été marqués par la clôture des opérations annoncées en 2020 et en 2021, ainsi que par les nouveaux accords conclus. Au 2021 Cellnex ha opérations de croissance annoncées en France (Réunion), Pays-Bas (sites DT) et la pologne (Polkomtel Infrastruktura) avec un investissement associé de 9 000 millions d’euros, ainsi que les élargissement de la coopération avec MEO au Portugal par l’acquisition de 223 sites et 464 DAS et Small Cells qui ont été séparés de la division tour de l’opérateur mobile portugais.

Nouvelles connexes

Martínez a également souligné l’augmentation de capital de 7 000 millions d’euros réalisée par la société en avril. « Le soutien déterminé de notre actionnaires et cela devrait nous permettre de continuer saisir de nouvelles opportunités croissance », a souligné Martínez dans le communiqué. Le PDG de la société a également souligné que la croissance organique de la points de présence sur les sites c’était 6,5% par rapport à 2020, y compris l’effet de déploiement de nouveaux sites dans la période. « Une dynamique qui se reflète dans la amélioration des indicateurs clés chiffre d’affaires, ebitda et cash-flow récurrent. Tout cela nous permet confirmer les perspectives pour toute l’année de la revue que nous avons annoncée à la fin du premier semestre, avec des revenus qui dépasseront les 2.500 millions et un ebitda supérieur à 1.900 millions », a-t-il ajouté.

L’ebitda ajusté de la société a augmenté à 1 334 millions (+ 59 %), tandis que le cash-flow libre et récurrent à effet de levier a atteint 660 millions (+ 52 %). Les investissements totaux réalisé au cours des neuf premiers mois de l’année, il a atteint c. 8,3 milliards d’euros, principalement destiné aux investissements liés à la génération de nouveaux revenus –l’incorporation de nouveaux actifs et la continuité dans l’intégration et le déploiement de nouvelles infrastructures–, ainsi qu’à l’amélioration de l’efficacité et du maintien de la capacité installée.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.