Contre les plans des partenaires européens : Schulze ne croit pas au nucléaire « vert »

Contre les plans des partenaires de l’UE
Schulze ne croit pas au nucléaire « vert »

En Allemagne, il devrait bientôt appartenir au passé, ailleurs il fait partie intégrante de la politique énergétique : la France notamment envisage de recourir au nucléaire pour parvenir à la neutralité climatique. L’énergie nucléaire peut-elle être durable ? Le gouvernement fédéral dit non.

La ministre fédérale de l’Environnement, Svenja Schulze, s’oppose aux demandes des partenaires de l’UE de classer l’énergie nucléaire comme durable. « Nous ne voulons pas d’énergie nucléaire, nous ne la considérons pas durable, et nous ne voulons pas non plus que l’UE la soutienne », a déclaré le ministre par intérim dans les journaux du groupe de médias Funke.

La position allemande à ce sujet est claire et « nous ne sommes pas les seuls à le voir ainsi », a déclaré le social-démocrate Schulze. Il n’est d’ailleurs pas encore décidé que ce classement viendra, « même si la France est actuellement très virulente sur ses intérêts ».

Le nucléaire n’est pas une solution dans la lutte contre le changement climatique. « Construire des centrales nucléaires coûte beaucoup trop cher et prend beaucoup trop de temps pour protéger le climat », a déclaré le ministre. « Supposons que nous décidions de refaire du nucléaire. Vous trouvez une communauté qui veut une centrale nucléaire, vous demandez des permis, ouvrez un conflit social majeur et puis construisez – nous sommes là après 2045, jusqu’à ce que la chose soit terminée. Cela ne ça n’aide pas le climat.

Les investisseurs se tournent vers Bruxelles

La France, la Pologne et six autres pays d’Europe de l’Est exhortent la Commission européenne à reconnaître l’énergie nucléaire comme durable. Les partisans soutiennent que l’UE ne peut pas devenir climatiquement neutre d’ici 2050 sans l’énergie nucléaire.

Selon les informations des diplomates bruxellois, grâce à d’intenses négociations en coulisses, la France a désormais convaincu une majorité des États de l’UE que le nucléaire devrait faire partie de la soi-disant taxonomie. Il s’agit d’un texte juridique de la Commission européenne que les investisseurs du monde entier attendent avec impatience. Si l’autorité bruxelloise classait l’énergie nucléaire comme « durable » dans quelques semaines, cela reviendrait à recommander aux marchés financiers d’investir dans les installations nucléaires.

Schulze a déclaré qu’elle avait l’impression que l’un ou l’autre avait oublié pourquoi l’Allemagne se retirait du nucléaire : « Il y a eu deux accidents majeurs, Tchernobyl et Fukushima. Nous avons pris la décision consciente de ne plus le faire car l’un d’eux était peuplé pays comme l’Allemagne est trop dangereux. » Ce qu’il faut maintenant, c’est une « vraie percée » dans les énergies renouvelables.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.