couple indemnisé des dommages subis par les éoliennes

Un bruit comme celui d’une machine à laver fonctionnant 24h/24 accompagné de feux clignotants. Ainsi, un couple a décrit aux juges ce que cela signifie d’habiter à 700 mètres d’un parc d’éoliennes. Les turbines ont été installées en 2008, mais les problèmes de santé du couple ont commencé cinq ans plus tard, selon eux car la forêt entre leur propriété et la turbine la plus proche avait été défrichée, et a contraint le couple à s’éloigner de la zone. en 2015. Le tribunal français a reconnu que les deux hommes souffraient du « syndrome de la turbine » et lui a accordé une indemnité de 110 mille euros.

L’histoire de Christelle e Luc Fockaert, le couple belge résidant en France, a rouvert le débat sur la question de savoir si les problèmes de santé que la proximité des parcs éoliens pourrait engendrer ou non. Le couple a affirmé avoir souffert de plusieurs maux : maux de tête, insomnie, irrégularités cardiaques, dépression, vertiges et nausées pendant plus de deux ans. Les deux ont déclaré que lorsqu’ils vivaient à quelques centaines de mètres des turbines, ils ont entendu un bruit « comparable à une machine à laver qui fonctionne en continu », tandis que « les lumières blanches clignotantes » ont créé d’autres problèmes.

Au moment des faits, il a déclaré au Gardien, les médecins n’ont trouvé aucun problème de santé, mais un expert judiciaire a déclaré que le « syndrome de la turbine » avait déjà été identifié par la recherche scientifique. Cependant, la communauté scientifique a déclaré à plusieurs reprises que la maladie attribuée aux éoliennes est plus susceptible d’être causée par des avertissements sanitaires émis par des militants. Selon un Étude australienne publié il y a huit ans, il s’agit « d’un phénomène essentiellement sociologique » et que lui donner des noms tels que « syndrome de l’éolienne » ou « maladie vibro-acoustique » ne ferait qu’élargir sa diffusion.

D’autres études évaluées par des pairs en Europe, au Canada et aux États-Unis ont également réfuté le syndrome présumé qui à ce jour n’a pas été médicalement reconnu.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.