« Couvre-feu pas exclu » : voilà ce qui peut arriver en France

« il n’est pas exclu« la restauration de la couvre-feu en France, notamment dans les zones où se sont déclarées de nouvelles flambées de coronavirus : c’est ce qu’a annoncé le secrétaire d’État Clément Beaune, le BfmTv. Déjà la semaine dernière, le président français Emmanuel Macron avait spéculé sur la mise en œuvre de « mesures » restrictives localisées pour freiner les infections. « Il peut être adapté à ce que les préfets jugent nécessaire »expliqua Beaune.

Couvre-feu et « Freedom day », les deux faces de la médaille

Pour comprendre en quoi la situation est différente même à quelques centaines de kilomètres, juste de l’autre côté de la Manche, l’Angleterre « célèbre » le Freedom day, le premier jour sans restrictions depuis la première vague de la pandémie il y a plus d’un an. Malgré les cas en augmentation constante, la ligne Johnson est (pour le moment) tracée. Plus prudent et effrayé, cependant, le La France où le virus revient faire peur : 37 départements ont désormais dépassé le seuil d’alerte et, en France métropolitaine, le taux d’incidence est désormais proche de 300 cas pour 100 mille habitants dans les Pyrénées-Orientales, d’où le risque réel d’un retour au couvre-feu dans les zones les plus touchées par cette résurgence du virus. La semaine dernière, Emmanuel Macron évoquait un seuil d’incidence de 200 cas pour 100 mille associé à une augmentation de la pression hospitalière, à mettre en place »mesures de freinage« localisé ».Il correspond à ce que les préfets jugent nécessaire – explique Beaune – Des mesures restrictives adaptées aux territoires peuvent être adoptées en fonction de la gravité de la situation. Ceci est nécessaire pendant que la vaccination progresse”.

Où le virus frappe

La France a signalé plus de 12 500 nouveaux cas de coronavirus hier, le troisième jour où le nombre a dépassé les 10 000 en raison de la variante rapide Delta qui a entraîné une augmentation des nouvelles infections. L’explosion des contaminations concerne principalement les départements d’outre-mer, la région parisienne et le littoral, qui en cette période estivale accueillent de nombreux touristes : selon les dernières relation amoureuse de santé publique française, dans ces zones les taux d’incidence dépassent largement le seuil alerte. Une propagation du virus liée au variant Delta et à laquelle les autorités locales ont réagi en mettant en place de nouvelles restrictions. Les restaurants et les bars devront fermer à 23h jusqu’au 2 août au moins et il est à nouveau obligatoire de porter des masques dans les espaces publics extérieurs. La même obligation pourrait bientôt s’appliquer à de nouvelles villes très touristiques comme Nice, sur la Côte d’Azur, où le maire Christian Estrosi envisage le rétablissement de cette disposition.

Polémique autour du pass vert français

En attendant, la polémique sur le pass de vaccination pour accéder aux transports en commun et aux lieux ne s’arrête pas : dans un communiqué, les députés de « La France insoumise » s’opposent au projet de loi sur la santé. « Depuis la crise sanitaire, Emmanuel Macron prend des mesures qui violer libertés», dénoncent les parlementaires.Le monarque décide pour lui-même et s’attend à ce que sa majorité parlementaire applique les ordres présidentiels sans aucun doute. Il y a six semaines, le président a juré qu’il n’utiliserait jamais le laissez-passer général de santé – les députés continuent – L’unité du peuple français et la confiance sont essentielles pour la lutte contre l’épidémie. La société contrôlante détruit cette confiance, se divise et sera contre-productive« .

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.