Crise climatique : juillet n’a été qu’une seule fois plus chaud

Statut : 08/08/2022 15h46

Les nouvelles températures maximales sont depuis longtemps une triste réalité en raison de la crise climatique. Juillet 2022 ne fait pas exception : à l’échelle mondiale, ce fut l’un des trois mois de juillet les plus chauds jamais enregistrés.

Juillet, avec ses vagues de chaleur extrêmes, a été l’un des trois plus chauds jamais enregistrés dans le monde. Le mois n’a été que légèrement plus frais qu’en juillet 2019 et légèrement plus chaud qu’en juillet 2016, a déclaré le service européen Copernicus sur le changement climatique. La température moyenne dans le monde était de près de 0,4 degré au-dessus de la période 1991 à 2020, que le service utilise comme période de référence.

En outre, le mois de juillet a été nettement plus sec que la moyenne dans une grande partie de l’Europe, entraînant des sécheresses dans le sud-ouest et le sud-est. Il a également été plus sec que d’habitude en Amérique du Sud, en Asie centrale et en Australie.

Les conditions météorologiques extrêmes s’aggravent

« Les vagues de chaleur présentent un risque grave pour la santé, alors qu’en même temps elles peuvent amplifier l’intensité et la longévité de nombreux autres événements climatiques catastrophiques – tels que les incendies de forêt et les sécheresses », a déclaré la chercheuse principale de Copernicus, Freja Vamborg, selon un communiqué. Cela entraînerait des risques et des dommages énormes pour l’agriculture, la logistique et la production d’énergie.

La longue canicule, qui a d’abord provoqué des températures supérieures à 40 degrés au Portugal et en Espagne, mais aussi en France et en Grande-Bretagne, a entraîné plusieurs nouvelles températures maximales dans de nombreux endroits. Selon le service Copernicus, le sud-ouest de l’Europe a connu son mois de juillet le plus chaud depuis le début des enregistrements en termes de températures maximales.

La banquise antarctique au plus bas

L’étendue de la banquise en Antarctique était inférieure de sept pour cent à la moyenne en juillet – le niveau le plus bas depuis le début des relevés il y a 44 ans. Les enregistrements de Copernicus remontent à 1979. Le service du changement climatique utilise également des données provenant de stations au sol, de ballons, d’avions et de satellites remontant à 1950.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.