Cruel test pour les Verts : L’opération de la réserve nucléaire est à venir

Les Verts subissent actuellement un double stress test. Un test interne menace car le fonctionnement en réserve de deux centrales nucléaires dans le sud de l’Allemagne prévu par le ministre de l’Economie Robert Habeck (Verts) n’est pas bien accueilli par la base du parti partout. Extérieurement, le parti écologiste est sous pression car le partenaire de la coalition libérale fait pression pour que la durée de vie des centrales nucléaires restantes soit prolongée. L’opération de réserve prévue par Habeck n’est pas suffisante pour le FDP.

Le chef de faction du FDP, Christian Dürr, a déclaré au « Bild am Sonntag » que les entreprises de taille moyenne en particulier souffriraient si les trois centrales électriques restantes – Emsland en Basse-Saxe, Neckarwestheim 2 dans le Bade-Wurtemberg et Isar 2 en Bavière – se déconnectaient à la fin de l’année. « Par conséquent, nous devrions convenir d’une prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires jusqu’en 2024 et commander de nouvelles barres de combustible », a exigé Dürr.

Le chancelier Olaf Scholz (SPD) sait qu’une telle exigence est jugée irréalisable par les Verts. Dans l’intérêt de la paix de la coalition, il soutient donc le cours de Habeck dans l’opération de réserve prévue. Selon le plan du ministre de l’Économie, les centrales nucléaires Isar 2 et Neckarwestheim 2 devraient être disponibles comme réserves d’urgence en cas de goulots d’étranglement jusqu’à la mi-avril 2023. Toutefois, un fonctionnement après la date d’arrêt prévue précédemment à la fin de l’année ne devrait avoir lieu qu’en cas de pénurie d’électricité. C’est ainsi que Scholz l’a décrit dans son message vidéo du week-end : « Au début de l’année prochaine, nous aurons la possibilité d’utiliser les centrales nucléaires restantes du sud de l’Allemagne si cela est nécessaire ».

Nouripour et Lang promeuvent le parcours de Habeck

Au moins aussi difficiles pour les Verts que les disputes au sein de la coalition des feux tricolores sur la prolongation du mandat réclamée par le FDP sont les discussions internes au parti qui émergent avant la conférence du parti à la mi-octobre. Les chefs de parti Ricarda Lang et Omid Nouripour promeuvent déjà l’opération de la réserve nucléaire, qui doit être approuvée par le parti à Bonn.

Le soutien interne du parti pour le cours de Habeck vient également du président du Comité européen du Bundestag, Anton Hofreiter. « La décision est amère, mais malheureusement nécessaire comme réserve d’urgence pour un scénario extrême », a déclaré Hofreiter au Tagesspiegel. En Bavière notamment, le chef de la CSU Markus Söder et son parti ont « bloqué tout ce qui a trait à la sécurité énergétique et aux énergies renouvelables ces dernières années », a ajouté Hofreiter. « Mais il est clair que le nucléaire n’est pas la solution pour l’hiver qui vient, mais fait partie d’un train de mesures pour assurer l’approvisionnement », a-t-il poursuivi.

Selon un rapport du « Spiegel », les chefs du parti Lang et Nouripour veulent également s’assurer que des conditions strictes soient attachées à l’éventuelle exploitation en réserve des deux centrales nucléaires du sud de l’Allemagne. Selon une motion d’urgence de la direction du parti pour la conférence des délégués fédéraux à Bonn, la réserve nucléaire devrait désormais être utilisée au cours de l’hiver prochain « s’il est clairement à craindre que les conditions préalables à un scénario de crise soient réunies et qu’une situation critique continue de menacer même si d’autres mesures sont utilisées ». Il est dit dans la motion d’urgence que les délégués doivent voter dès le début de la conférence du parti de trois jours le 14 octobre.

La dirigeante des Verts Ricarda Lang soutient l’opération de réserve – mais sous des conditions strictes.
© dpa/Moritz Frankenberg

Lang et Nouripour annoncent à une base de parti partiellement sceptique avec les mots pour l’opération de réserve que la sortie du nucléaire ne sera pas ébranlée. « Il est crucial pour nous qu’aucun nouvel élément combustible ne soit acheté », écrit la direction du parti. Et : « La sortie du nucléaire demeure. De plus, il s’agit d’une solution « conditionnelle, limitée dans le temps et strictement contrôlée par l’autorité de tutelle nucléaire ».

Lang et Nouripour utilisent également la situation incertaine de l’approvisionnement en France comme argument pour le fonctionnement de la réserve. est actuellement plus de la moitié des 56 réacteurs nucléaires français sont hors service en raison de travaux de maintenance et de problèmes de corrosion. Il pourrait y avoir une pénurie du réseau électrique européen l’hiver prochain si le gouvernement de Paris ne réussit pas à redémarrer tous les réacteurs dans les prochains mois.

Déficits d’approvisionnement imminents en France

La nervosité du gouvernement français est d’autant plus grande. La ministre de l’Energie, Agnès Pannier-Runacher, a récemment confirmé que l’énergéticien EDF avait promis de remettre en service tous les réacteurs cet hiver. Cependant, des doutes subsistent quant aux réacteurs qui nécessitent actuellement des travaux de réparation en raison de problèmes de corrosion.

L’eurodéputée verte Jutta Paulus observe également la discussion sur le plan de réserve de Habeck d’un point de vue européen. Elle est l’une des signataires de l’une des motions à la conférence du parti à Bonn, dans laquelle l’opération d’étirement avec les éléments combustibles existants dans les deux centrales est clairement rejetée. Cependant, elle pense que le mode de réserve proposé par Habeck est le bon. « Si les centrales nucléaires en France ne peuvent pas être à nouveau connectées au réseau comme prévu et qu’il y a une pénurie d’électricité en conséquence, la solidarité européenne nous dicte d’aider nos voisins. Cependant, un fonctionnement régulier doit être exclu », a déclaré Paulus au Tagesspiegel.

Le débat intra-parti sur la réserve opérationnelle et l’éventuelle opération d’étirement arrive à un moment inopportun pour les Verts. Avant les élections régionales en Basse-Saxe du 9 octobre, l’éco-parti risque de mettre un frein à l’humeur compte tenu de l’orientation prise par la direction du parti. L’association d’État des Verts en Basse-Saxe représente davantage le spectre des partis de gauche, ce qui s’explique également par les différends de longue date concernant les projets de l’époque d’un dépôt nucléaire à Gorleben. Une éventuelle opération d’étirement est également considérée d’un œil critique par les Verts de Basse-Saxe.

D’autre part, une tendance nationale pointe dans une direction complètement différente, selon laquelle la compréhension du parcours de Habeck – et son rejet d’une prolongation de mandat – est en déclin. Selon un sondage réalisé par l’institut de recherche d’opinion Insa pour le compte de « Bild am Sonntag », 49% des personnes interrogées pensent que le ministre de l’Economie fait actuellement du mauvais travail. Début juin, seuls 26% étaient mécontents du travail de Habeck – une immense perte de popularité pour le vice-chancelier.

Vers la page d’accueil

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.