Dans les salles avec de nouveaux films italiens et français : d’Ozon à Fellini, en passant par Fulci

L’Italie et la France début juin 2021 s’affrontent en salles à travers quelques films de l’un ou l’autre pays. Nous verrons les transalpines à partir du 10 juin avec Domaine ’85, réadaptation du roman pour adolescents Danse sur ma tombe, par Aidan Chambers, de retour dans une nouvelle édition Rizzoli vingt ans après sa première sortie. François Ozon ramène l’histoire estivale de ces deux garçons sur les côtes blanches de Normandie.

Le juke-box qui pour nous était Festivalbar, la mère, Valeria Bruni Tedeschi, d’un charismatique Benjamin Voisin il s’occupe de l’amitié, née avec le juste plus jeune et inexpérimenté Félix Lefebvre. Deux jeunes comédiens qui pourraient facilement interpréter les hypothétiques biopics respectivement de Sandy Marton et River Phoenix, vu les similitudes, ici au contraire ils nous prennent par la main pour nous entraîner dans une histoire de formation sentimentale à garder à côté Appelle moi par ton nom. Deux garçons, une amitié intime née sur un voilier, la direction d’Ozon semble respirer lorsqu’elle parle de jeunesse, et même s’il est couvert de sel et d’amour douloureux, son cinéma dans la version la plus légère et la plus légère propose élégant et nostalgique divertissement entre conquêtes, échauffourées et miroitements de plage.

La comédie enivrante se déroule également à travers les Alpes Les parfums de Madame Walberg. Aussi à partir du 10 juin en salles, il est distribué en Italie par Satine Film et voit du nez Emmanuelle Devos traiter avec Grégory Montel, ici chauffeur un peu brouillon et à l’odeur du divorce. L’élément le plus élégant et le plus heureusement original de ce travail serait un spoil, donc je n’écrirai pas ça. Oh oui, vous vous demandez peut-être ce qu’est un « nez ». Une sorte de sommelier olfactif, un expert en parfums qui sait aussi inventer des parfums. Ainsi, cette professionnelle hautaine aux arômes sous le nez croisera ses histoires avec celles de son chauffeur en un velouté film de route avec toutes les bonnes cartes pour envoyer à la fois un public féminin et un public plus mature dans la soupe de jujube. Les protagonistes tireront l’angularité de leurs pôles opposés respectifs, mais sauront-ils trouver quelque chose en commun ?

Passons maintenant au coffre, où le 2 juin il est arrivé au cinéma Tout pour Uma. Étrange cas, par le charme de pastiche et des personnages, rappelant une Amélie bucolique pour enfants, sur les traces de certains gangs surréalistes signés Wes Anderson. Premier travail de l’actrice et metteur en scène Susy Laude, voit la famille Ferliga, tous hommes et enfants un peu hébétés, se retrouver en difficulté financière à cause de la mauvaise gestion du vignoble familial. Ce sera une princesse autrichienne appelée Uma qui changera leur destin menacé par le méchant Dino Abbrescia, ou tous pousseront-ils et mûriront-ils comme leurs raisins ? Un peu naïf dans la mise en scène si on le regarde rigidement avec des yeux d’adulte, il est une histoire toute simple pour les enfants. En Italie, très peu sont fabriqués.

Non sans imperfections mais pleine de bons sentiments, étonnamment, elle pourrait s’avérer dans quelques années un petit culte du coeur pour ses petits spectateurs qui sont désormais au début des primaires. Pas du Parti démocrate, mais de l’école primaire. Il y a des incursions chantées et dansées, des sketchs et des bêtises des histriones Pietro Sermonti e Lillo Petrolo, le méchant moqueur et maladroit Abbrescia, en fait, et la vieille famille (pas) sage Antonio Catane. Les petites ambitions d’une comédie musicale font place à des moments comme un musicien presque comme Rai Gulp. Et les deux enfants protagonistes sont vraiment bons dans leur naturel : Gabriele Ansanelli e Valerio Bartocci.

Avec Fellinopolis il s’agit d’une véritable opération d’archéologie du film qui ouvre le monde le plus suspendu d’une fable, le monde en soi de Federico Fellini. Le directeur Silvia Giulietti parties de mariée de spécial son Et le navire s’en va, Gingembre et Fred e La cité des femmes tourné sur le plateau par Ferruccio Castronuovo et le témoignages inédits par Lina Wertmuller, Nicola Piovani, Dante Ferretti, le costumier Maurizio Millenotti et la secrétaire d’édition historique Norma Giacchero.

Il utilise des animations de collage comme ponctuation graphique faite de mille caractères et accessoires qui caractérisent l’unicité du monde Fellini… Ah, cette fois vous vous demanderez ce qu’est un « spécial ». Eh bien, dans les années 70, il y avait de longs backstages d’environ une heure. Pour les films d’aujourd’hui, nous les avons relégués dans des cages appelées contenu vidéo domestique supplémentaire et clips en ligne, mais à l’époque les spéciaux étaient sur Rai Uno. Et ils les regardaient tous en même temps. La redécouverte de ces matériaux, à la fois montés et tournés à des kilomètres, est extrêmement précieuse et nous en dit long sur le savoir-faire de la réalisation cinématographique de ces années-là.

Il y a des myriades d’images merveilleuses. je prends avec Marcello Mastroianni submergé par les manifestantes, les suggestions de Fellini à ses figurants bien-aimés, les récits aventureux de Piovani sur les trajets en voiture entre Cinecittà et Piazza del Popolo qu’il a donnés à « Federico », comme tout le monde l’appelait affectueusement. Enchanter du début à la fin ce film. Et puis des navires reconstitués en toboggans infinis grandeur nature et cette mer scintillante recréée et animée mécaniquement dans le mythique Studio 5 de Cinecittà par des dizaines de techniciens à tourner les manivelles pour simuler le ressac. Après le Rome Film Fest 2020 et lors d’une tournée des festivals à travers le monde, il débarque dans les salles italiennes le 10 juin. Incontournable non seulement pour les amoureux de Fellini et de Mastroianni, mais pour tous ceux qui aiment la poésie du cinéma et du cinéma.

Par Fellini Lucio Fulci il a dit qu’il était un menteur, le confrontant de manière ludique dès la bande-annonce pour Pourparlers Fulci, documentaire de Antonietta De Lillo au cinéma à partir du 3 juin. Maître du cinéma de genre et passé d’acteur avec Steno, Totò et Orson Welles, le réalisateur glisse sur les souvenirs d’Hitchcock, Franco et Ciccio, Florinda Bolkan, Tonino Delli Colli dans son interview fluviale tournée au milieu des années 90. Assis dans son fauteuil roulant, il raconte des anecdotes, nomme tout le monde franc et plonge dans des dissertations sur les genres, l’horreur in primis, où il extrait des concepts de purisme cinématographique à partir de son auto-définition « pêle-mêle d’incohérences ». Concurrence avec Dario Argento e Marco Bellocchio, qu’il a vu plein de névrose et incapable d’en profiter comme il l’a fait sur un voilier, fait sourire et regarder le cinéma d’auteur à travers des dynamiques ironiques, parfois paradoxales.

Génie et témérité, d’un côté il a étudié avec quelle truculence pour tuer un personnage, mais ensuite il s’est nourri des grands classiques de la littérature et de la philosophie, reste le phare incontesté d’un cinéma qui ne réussit plus ne même pas penser praticable, et c’est peut-être précisément pour cette raison qu’elle devient un mythe, une chimère du passé. Le documentaire de De Lillo tout visage et toute voix choisit de ne pas s’occuper du spectateur en greffant des images facilitantes de la filmographie vaste et changeante de Fulci, mais ne fait que mélanger discours de rivière qui le rendent aussi cérébral, hypnotique et narratif que les meilleures conférences universitaires sur le cinéma et les souvenirs.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.