Dépistage mammographique « sur mesure » : la Cité de la Santé participe à l’étude MyPeBS

Turin, le 30 octobre 2021 – Le dépistage par mammographie personnalisée est né. La Città della Salute Torino participe, par le biais du Centre d’épidémiologie et de dépistage (CPO Piemonte) et du Centre de dépistage du sein, à l’essai clinique randomisé multicentrique MyPeBS (« My Personal Breast Cancer Screening »).

MyPeBS est un projet international qui a reçu un financement de la Commission européenne impliquant des programmes de dépistage de Belgique, de France, d’Israël, d’Italie, du Royaume-Uni et d’Espagne. Il est promu par Unicancer (Paris), un vaste réseau d’instituts de cancérologie français.

L’étude vise à évaluer l’efficacité d’un dépistage par mammographie en se basant sur l’estimation du risque individuel qu’a chaque femme de développer un cancer du sein. Nous proposerons donc un dépistage plus intensif dans les cas à haut risque et moins intensif pour les bas risques, augmentant les chances de diagnostic précoce chez les femmes à haut risque et réduisant le nombre d’investigations (et donc aussi d’éventuels effets négatifs) chez les femmes à faible risque. femmes. risque.

Cette approche sera comparée à l’approche standard actuellement proposée (intensité de dépistage égale pour toutes les femmes). En particulier, MyPeBS vise à vérifier que le dépistage personnalisé des risques :

  • n’est pas moins efficace que le dépistage standard pour réduire l’incidence des cancers de stade II ou supérieur ;
  • est également plus efficace que le dépistage standard en termes de réduction de l’incidence des cancers de stade II ou supérieur ;
  • est aussi ou plus rentable que le dépistage standard et mieux accepté par les femmes, ce qui se traduit par une augmentation de l’adhésion et de la couverture des groupes les plus défavorisés.

« Les femmes ne sont pas toutes les mêmes – commente l’investigatrice principale de Turin le Dr Livia Giordano, chef du service d’épidémiologie et de dépistage (CPO Piemonte) de la ville de la santé de Turin – Le risque pour chaque femme de contracter un cancer du sein varie selon à de nombreux facteurs, liés à la santé reproductive et hormonale, aux antécédents familiaux, à la densité mammographique et à la présence ou non de certains polymorphismes génétiques liés au risque de cancer du sein.C’est pourquoi la recherche s’oriente vers un dépistage plus « sur mesure » par rapport à le modèle « taille unique » qui se base uniquement sur l’âge pour inviter les femmes à se faire dépister ».

« Les progrès réalisés dans la connaissance de la biologie tumorale, dans les modèles statistiques d’évaluation des risques et dans les techniques d’imagerie, nous permettent aujourd’hui d’expérimenter l’extension à toutes les femmes de cette approche personnalisée qui n’est actuellement utilisée que chez les patientes à haut risque et qui peut permettre de établir l’intervalle et tous les tests supplémentaires les plus appropriés pour chaque femme », ajoute le Dr Alfonso Frigerio, responsable du dépistage mammaire de la Cité de la santé et du Centre régional de référence pour le dépistage par mammographie.

Après un entretien approfondi sur leurs antécédents de santé et de reproduction, les femmes qui acceptent de participer sont ensuite assignées au hasard à l’un des deux groupes d’étude :

  • le groupe expérimental, à qui il est demandé de laisser un échantillon de salive pour analyse ADN et qui recevra une estimation de son risque personnel de développer un cancer du sein ; cette estimation du risque sera utilisée pour moduler l’intervalle de dépistage le plus approprié pour chaque femme au cours des 4 prochaines années (durée de l’étude) ;
  • le groupe témoin, qui au cours des 4 années suivantes continuera à dépister selon la norme actuelle et sera suivi par les chercheurs via la plateforme en ligne de l’étude.

MyPeBS est le plus grand essai actuellement en cours sur la personnalisation du dépistage par mammographie et vise à recruter 85 000 femmes dans les pays participants, dont 5 000 seront inscrites à Turin dans le cadre du programme « Prévention Serena ».

À la fin de l’étude, le consortium de chercheurs MyPeBS produira des considérations importantes sur l’opportunité et la manière de mettre en œuvre un dépistage mammographique personnalisé en Europe.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.