Des chercheurs de Piracicaba et de France développent des ingrédients pour l’impression 3D alimentaire : le « repas du futur » | Piracicaba et région

Des chercheurs de l’école d’agriculture Luiz de Queiroz (Esalq/USP) de Piracicaba (SP) et de France travaillent au développement de nouveaux ingrédients pour l’impression 3D alimentaire.

O projeto é uma parceria entre o Grupo de Estudos em Engenharia de Processos (Ge²P), da Esalq / USP, e de grupos da Oniris (École nationale vétérinaire de l’alimentation et de l’alimentation de Nantes Atlantique) et Inrae (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement).

Le coordinateur de Ge²P, le professeur Pedro Esteves Duarte Augusto explique que la technologie d’impression 3D a été utilisée dans plusieurs domaines et peut permettre la création de « l’alimentation du futur ».

« Grâce à cette technologie, il est possible d’obtenir des aliments avec des caractéristiques spécifiques, telles que des formats, des saveurs, des couleurs et des compositions, qui peuvent être à la fois intéressantes et amusantes, utiles dans des situations telles que l’alimentation des enfants, des personnes âgées ou des infirmes, compte tenu de la nutrition spécifique et des caractéristiques de texture pour chaque besoin », explique l’enseignant.

Bianca Chieregato Maniglia, chercheuse qui a développé le projet en France avec des périodes au Brésil et en Italie — Photo : Archives personnelles

Le chercheur estime que l’impression de produits complexes prendra encore quelques décennies, mais révèle que cette technologie vous permet déjà d’imprimer des produits tels que des chocolats, des puddings et des pâtes, telles que des pâtes, en quelques minutes seulement.

L’objectif du projet, cependant, ne cherche pas à reproduire des aliments qui existent déjà aujourd’hui, y compris la composition complexe de fruits et de viandes, par exemple, qui ont des tissus avec différents types de cellules.

« On est encore loin de développer une machine qui imprime un burger prêt-à-manger. En revanche, si l’on pense à des aliments comme les sandwichs, certaines parties peuvent être imprimées, même si elles nécessitent d’autres procédés : la pâte à pain pourrait être imprimé sur le format souhaité par exemple, mais il faudrait quand même le mettre au four », exemplifie-t-il.

Mais le développement de nouveaux ingrédients est essentiel pour garantir la qualité du repas créé grâce à la méthode, explique Augusto.

La technologie permet l’impression 3d en quelques minutes, deuxième chercheur — Photo : Personal Archive

L’idée du projet est née en France, avec les chercheurs Alain Le-Bail d’Oniris et Patricia Le Bail, de l’Inrae, qui ont commencé l’étude de l’impression 3D d’aliments et cherché des partenaires pour le développement d’ingrédients.

Le groupe USP a une expérience dans le développement d’ingrédients aux performances différentes, notamment à base d’amidon, obtenu à partir de légumes tels que le maïs, le manioc, les pommes de terre, le riz, entre autres.

« Elles sont [ingredientes] largement utilisé dans diverses industries, principalement en raison des propriétés de formation de gel et d’absorption d’eau. Notre étude a modifié les amidons avec différentes technologies pour obtenir de meilleures performances pour l’impression 3D », détaille Bianca Chieregato Maniglia, chercheuse qui a développé le projet en France avec des périodes au Brésil et en Italie.

Prototype développé par des chercheurs pour étudier les propriétés des aliments — Photo : Archives personnelles

«En rassemblant l’expérience de toutes les personnes impliquées, nous avons pu obtenir des gels avec une meilleure qualité d’impression, résultant en des aliments avec une meilleure forme, définition et texture, tous des paramètres essentiels pour l’acceptabilité du produit», explique Bianca.

Les chercheurs soulignent que la composition de ces produits peut être adaptée aux besoins du client, ce qui constitue une étape importante vers la production d’aliments personnalisés.

Bien que d’autres études soient nécessaires pour explorer de nouveaux ingrédients et fonctionnalités, les chercheurs affirment que l’impression alimentaire 3D s’est développée très rapidement et qu’à court terme le consommateur sera en contact avec la technologie.

La recherche a été développée avec un projet financé par la région française des Pays de la Loire et au Brésil par la Fondation d’Appui à la Recherche de l’Etat de São Paulo (Fapesp), avec des subventions du Conseil National de Développement Scientifique et Technologique (CNPq) et (Coordination pour le perfectionnement du personnel de l’enseignement supérieur) Capes.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *