Différend entre l’Algérie et la France – politique

Au moins sur l’un des fronts sur lesquels l’Algérie est actuellement en conflit, la situation pourrait quelque peu se calmer. Pas dans l’immédiat, bien sûr, mais à l’avenir si une solution négociée ou au moins un rapprochement peut être trouvée. Jeudi, le secrétaire général de l’ONU António Guterres a nommé Staffan de Mistura nouvel envoyé spécial pour le conflit du Sahara occidental, poste vacant depuis que l’ancien président allemand Horst Köhler l’a démissionné en 2019 pour des raisons de santé.

De Mistura est un négociateur chevronné, mais dans son précédent poste de représentant de l’ONU en Syrie, il ne pouvait que regarder un conflit chaud s’intensifier. Et pourtant, il y a des espoirs que le diplomate puisse mettre en branle quelque chose dans le conflit du Sahara occidental qui a conduit à une guerre froide entre l’Algérie et le Maroc depuis le milieu des années 1970 : à cette époque, le royaume occupait l’ancienne zone coloniale espagnole sur sa partie méridionale. frontière, la république Depuis lors, l’Algérie a accueilli le mouvement indépendantiste sahraoui du Polisario. À ce jour, les voisins rivaux se guettent, s’engagent dans la course aux armements et dans les querelles diplomatiques – Alger a réagi aux exercices militaires du Maroc fin août en bloquant son espace aérien pour les avions du pays voisin.

Mais même si De Mistura réussit à relancer d’emblée « surtout les pourparlers en table ronde », comme l’espère le Foreign Office à Berlin, le ciel de l’Afrique du Nord continuera à ressembler à un gigantesque rond-point. comme les commentateurs ont plaisanté sur Twitter: Non seulement les engins marocains qui veulent aller vers l’est doivent actuellement éviter la grande masse continentale de l’Algérie, mais aussi certains avions qui veulent aller du nord au sud font un détour : En réponse aux déclarations du président français Emmanuel Macron, Alger dispose d’engins militaires la puissance coloniale a retiré le droit de survol en début de semaine. Les vols de ravitaillement des quelque 5 000 soldats français stationnés dans la zone sahélienne pour lutter contre le terrorisme prennent désormais beaucoup plus de temps.

Macron critique vivement le « système politico-militaire » de l’Algérie

Les phrases de Paris, qui ont tant éveillé les dirigeants d’Alger, liaient les blessures mal cicatrisées du passé aux fautes du présent. Fin septembre, Macron était l’invité d’un groupe de travail de jeunes sur la guerre d’Algérie, et les citations ne tardèrent pas. Le monde lire. En un mot, le président a accusé le « système politico-militaire » algérien de ne pas avoir fait ses devoirs et d’utiliser encore le colonialisme pour excuser son propre échec. « La nation algérienne vit d’un souvenir depuis 1962 qui dit : la France est le problème », aurait déclaré Macron.

Les propos de Macron contiennent certainement des vérités inconfortables pour Alger, le gouvernement du président Abdelmajid Tebboune, entré en fonction en 2019, n’a jusqu’à présent présenté aucune idée de la manière dont il pourrait apaiser la situation politique intérieure troublée. Le mouvement de contestation Hirak, qui a mobilisé des centaines de milliers de manifestants semaine après semaine en 2019 et 2020, est toujours actif car, après le départ du président permanent Abdelaziz Bouteflika, les personnes au sommet de l’Etat ont été échangées, mais le système opaque de les clans militaires restent, les services secrets et les magnats industriels règnent. D’autres déclarations de Macron, selon Alger, interrogent la nation algérienne dans son ensemble, par exemple lorsqu’il a affirmé que les Ottomans avaient colonisé le pays bien avant les Français.

La presse algérienne a parlé d’une « crise sans précédent », le gouvernement de « déclarations irresponsables » et a limogé son ambassadeur à Paris. Le fait que Macron ait envoyé des tons plus conciliants au sud peu de temps après a contribué tout aussi peu à la détente que ses efforts pour se réconcilier avec la guerre d’Algérie, du moins à certains égards. Au-delà des débats sur le passé, il y a un problème actuel qui pèse sur les relations : la France a annoncé qu’elle réduirait de moitié le nombre de visas pour les candidats des États du Maghreb parce qu’ils n’ont pas suffisamment coopéré au retrait des citoyens rejetés.

Cela pourrait aider Macron à faire preuve de force face à ses concurrents de droite dans la campagne électorale imminente – l’annonce ne résout certainement pas un autre problème : jamais auparavant autant d’Algériens n’avaient tenté de fuir par la route de la Méditerranée que cette année.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.