Différend sur un sous-marin: une entreprise française veut envoyer une facture à l’Australie pour une entreprise qui a échoué – politique

Dans le différend sous-marin âprement disputé entre la France, les États-Unis et l’Australie, le groupe naval français a l’intention de soumettre une « proposition détaillée et calculée » à l’État australien pour les frais d’annulation de la livraison convenue de sous-marins.

Le patron de l’entreprise, Pierre Eric Pommellet, a déclaré au journal français Le Figaro que l’Australie recevrait une facture « dans quelques semaines ». « L’Australie a annulé le contrat par commodité, ce qui signifie que nous ne sommes pas en faute », a-t-il déclaré.

« Il s’agit d’un cas prévu au contrat et qui nécessite le paiement de nos frais déjà engagés et à engager », a déclaré Pommellet au journal. Ceux-ci comprenaient, par exemple, les coûts de « démobilisation de l’infrastructure et de l’informatique » et de « relocalisation des employés ». Pommellet a réitéré : « Nous ferons valoir nos droits.

[Wenn Sie aktuelle Nachrichten aus Berlin, Deutschland und der Welt live auf Ihr Handy haben wollen, empfehlen wir Ihnen unsere App, die Sie hier für Apple- und Android-Geräte herunterladen können.]

Alors que le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron tentent de se rapprocher, le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré que Macron lui avait jusqu’à présent fait froid dans le dos.

Il a tenté de passer un coup de fil à Macron, mais cela « n’a pas encore eu lieu », a déclaré Morrison lors d’une visite à Washington mercredi soir. « Nous allons faire preuve de patience, nous comprenons votre déception », a-t-il déclaré, faisant référence à l’accord de sous-marin effondré entre les deux pays.

Biden et Macron tentent de se détendre

Pendant ce temps, les présidents Biden et Macron ont convenu lors d’un appel téléphonique de « consultations plus approfondies » entre leurs gouvernements, comme l’ont annoncé la Maison Blanche et l’Elysée dans un communiqué conjoint.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.