Djorkaeff : « En France, ils détestent le PSG » | des sports

Youri Djorkaeff, dans l’équipe France-Afrique du Sud de la Coupe du monde 1998.Matthew Ashton – EMPICS (PA Images via Getty Images)

Youri Djorkaeff (Lyon, France, 53 ans) parle le même qu’il jouait au football. Il ne se cache pas, il essaie de s’amuser et met essentiellement les autres à l’aise. Il était un symbole du football français, partenaire de Zinedine Zidane lors des victoires en Coupe du monde 98 et de l’Euro 2000, et partenaire de Ronaldo à l’Inter. Fils du défenseur Jean, le milieu de terrain a été formé dans la carrière de Grenoble, il a joué pour le Racing de Strasbourg, Monaco et le PSG, avec qui il a remporté une Coupe des vainqueurs de coupe (1996). En plus de jouer dans le calcium, Djorkaeff a été en Premier (Bolton et Blackburn) et en Bundesliga (Kaiserslautern) avant de prendre sa retraite chez les New York Red Bulls.

Question. Le football se déplace-t-il vers le nord en France ?

Réponse. Un bon équilibre est trouvé. En France, ce qui est intéressant, c’est qu’il y a maintenant des équipes plus compétitives qu’il y a six ou sept ans. Et, bien sûr, que le PSG, avec les joueurs qu’il a recrutés, a rendu le football français attractif. Cela ne se produira pas seulement lorsque vous participerez à la Ligue des champions, mais chaque match de la ligue commencera à être intéressant.

P. Mais la passion du football est-elle toujours dans le sud ?

R. J’ai joué pour Monaco, le PSG et Strasbourg. La passion est partout. Les gens aiment le football partout en France. Peut-être pourrions-nous parler du fait que le football était moins intéressant. Mais c’est quelque chose que nous avons changé lors de la Coupe du monde 98. Ça a continué avec l’Euro 2000 et après la dernière Coupe du monde on peut dire que les gens sont fous de football en France.

Plus d’information

P. Plus que du rugby ?

R. Nous ne faisons jamais de rugby. Peut-être que le rugby a un peu perdu son esprit quand il est devenu pro. Et cela leur a fait perdre un peu de followers. Je ne sais pas… tout le monde aime le rugby en France.

P. Quelle est la différence entre le PSG et Lyon ?

R. Lyon a construit une équipe solide et possède un stade incroyable. Aujourd’hui, nous pouvons parler de deux styles différents concernant l’organisation de vos modèles. Celui de Lyon est construit à partir d’une solide académie ; celui du PSG, embauchant de grandes stars.

P. Comment était le PSG à votre époque ?

R. Nous avions une très bonne équipe. Nous avons gagné la Recopa, qui était le premier tournoi continental remporté par le PSG. Cette équipe avait six ou sept joueurs que nous étions dans l’équipe nationale. En d’autres termes, c’était la base de l’équipe qui a ensuite remporté la Coupe du monde. Une équipe créée à partir des Français, complétée par des joueurs étrangers tels que Raí et Dely Valdés.

P.Et le PSG au temps de son père ? Vous souvenez-vous de quelque chose de cette époque ?

R. Bien sûr que je m’en souviens. C’était le début du PSG. A cette époque le Parc des Princes a été construit. Mon père nous avait emmenés sur le terrain avant la célébration officielle. Mon frère et moi jouions sur l’herbe avec un ballon et ils ont pris une photo de nous qu’ils ont publiée le lendemain dans L’Équipe : « Les princes du Parc des Princes », titraient-ils. Cette photo que je porte toujours avec moi. C’est un stade très spécial pour moi. J’y étais enfant. Mon père a joué. J’ai joué. Mais il est aussi particulier en raison de l’ambiance que dégage ce terrain au cœur de la ville. Cela peut se sentir. Le PSG est un jeune club, oui, mais il a un très bon ADN. C’est un endroit idéal pour jouer au football.

P. Pourquoi?

R. Parce que quand tu joues au PSG, tu te bats contre le reste de la France. Les gens détestent le PSG. L’Espagne est partagée entre Madrid et Barcelone. En France, il y a des gens qui aiment Marseille. Mais ceux qui ne sont pas marseillais ne le détestent pas, ils s’en moquent. Idem pour Lyon. Mais avec le PSG, non. Et c’est unique.

P. Messi fera-t-il changer ce sentiment?

R. Des joueurs comme Messi ont une dimension mondiale. C’est vrai que Mbappé, Neymar ou Marquinhos étaient déjà là, mais Léo est numéro un mondial. Je pense que ça peut changer le look. Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que je n’ai jamais entendu personne dire du mal de Messi. C’est un joueur que tout le monde aime voir jouer et que tout le monde lui souhaite de réussir. C’est incroyable qu’un footballeur génère ça.

P. Comment s’est passée votre rencontre avec Messi ?

R. J’ai parlé avec Carles Puyol parce que je voulais rencontrer Léo. Je travaille en tant que PDG de la Fondation FIFA et je voulais en savoir plus sur sa fondation et ses programmes. J’ai pensé que ça allait être une discussion sur le stade pendant quelques minutes, mais il m’a plutôt invité chez lui. Et il m’a fait un expresso.

P. Le café était-il bien fait ?

R. Oui. C’était un très bon expresso. Je lui ai dit : « Je vais prendre une photo pour montrer à mon fils que Messi m’a fait un expresso. » Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui vous invitent chez eux. Il m’a présenté sa femme et ses enfants. Je me souviens parfait car c’était un mercredi de Ligue des Champions. Nous sommes restés deux heures et je lui ai dit : « Léo, tu dois y aller. Vous avez un match ». Ce fut une grande conversation sur la vie et le football.

P.Vous souvenez-vous de quelque chose en particulier ?

R. Il s’inquiétait pour les gens en Argentine. Mais il ne se souciait pas seulement de son pays. Je m’interrogeais sur les programmes que nous avions pour les enfants. Cela m’a surpris. Il a un grand coeur. Ce n’est pas seulement un grand joueur, c’est une personne engagée et forte. Tout le monde veut être avec lui et tout le monde lui demande des choses. La vie n’est pas seulement qui vous êtes, mais aussi ce que vous faites.

P. Est-ce plutôt Zidane ou Ronaldo ?

R. C’est unique. Je connais Zizou et Ronaldo, mais la beauté de ces trois personnes est la façon dont ils traitent les gens. S’ils peuvent vous aider, ils vous aident.

P. Et comment les joueurs ?

R. Le Phénomène est le Phénomène. Quand il est arrivé à l’Inter, il a changé la façon dont les buteurs ont joué. Dans l’histoire, il y a peu de footballeurs qui ont changé leur façon de jouer. Maradona était l’un d’entre eux. Ronaldo l’a fait aussi, mais dans une autre position. Et maintenant Messi le fait. J’ai eu l’opportunité de jouer avec Zizou et Ronaldo et ils ont tous les deux compris que pour gagner il fallait avoir une équipe solide. Et ils ont tout fait pour que tout le monde autour d’eux comprenne que c’était l’important. La connexion est la chose importante. Maintenant, j’espère pouvoir jouer avec Messi. Je vais organiser un match à la Fondation juste pour jouer avec lui [se ríe].

P. Pensez-vous que Messi, Mbappé et Neymar feront passer les intérêts de l’équipe avant eux ?

R. Je ne suis pas si concerné par ce qu’ils font. L’important c’est le reste. Messi, Mbappé et Neymar vont très bien jouer ensemble. Et nous allons en profiter. La clé est au centre du terrain. La clé sera de savoir si l’équipe va appuyer haut ou si elle va défendre dans le champ opposé. Et c’est une question de tactique de l’entraîneur. Ils ont besoin de quelqu’un qui comprend les besoins des trois premiers.

P. Qu’est-ce que ça veut dire?

A. Quelqu’un pour rejoindre l’équipe. Ils peuvent être Di María ou Verratti. Un joueur qui fait le lien avec les trois attaquants. Quelqu’un qui ne pense pas à jouer avec eux trois, mais qui pense à ce qu’il peut faire de mieux pour l’équipe quand il a le ballon. Ce joueur sera la pièce maîtresse du PSG.

Vous pouvez suivre EL PAÍS DEPORTES dans Facebook et Twitter, ou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.