Du PSG et City au rachat du Milan d’Investcorp : le football appartient désormais aux Arabes | Première page

Le drapeau que le Fonds Investcorp de Bahreïn – aux mains de son président Mohamed Al Ardhi – est en train de planter en Italie, c’est juste toina des nombreux que les Arabes ont semés dans le monde ces dernières années. Ils sont acheter le Soccer-Cakeun morceau à la fois, dépassant les oligarques russes (leur temps est écoulé) et les aventuriers chinois (jamais trop exposés) et surclassant de fait les grands groupes américains en termes de liquidité; mais en vérité, ils font quelque chose de plus : marquer avec du fer, du feu et des pétrodollars le système d’un monde qui est sorti exsangue des deux années de la pandémie et qui a besoin d’argent et d’investissements. C’est un processus qui a trouvé sa vitrine dans l’affectation (2010) de la Coupe du monde de novembre-décembre au Qatar.

Hé bien: avec l’achat de Milan, nous aurons également la première propriété arabe de notre ligue. D’autres viendront, vous pouvez en être sûr. Ailleurs, en Europe et dans le monde, on le sait bien, c’est déjà une coutume. Le PSG est arabe depuis plus d’une décennie : c’était en fait en 2011 quand Sheikh Nasser Al-Khelaifi, par l’intermédiaire de Qatar Sports Investments, acheté 70% du club et un an plus tard – évaluant l’ensemble de l’opération 170 millions d’euros – acheté le club pour de bon. Manchester City appartient à des Arabes en Angleterre (Abu Dhabi United Group, Emirats Arabes Unis) et le Newcastle (Fonds d’investissement public, Arabie saoudite); mais aussi Wigan, qui appartient à Talal Al-Hammad (Bahreïn) et Sheffield United (United World Group, Arabie Saoudite) : une véritable colonisation, avec une disponibilité monétaire qui marque une frontière et diversifie les achats. Dire: les maîtres de Sheffield sont les mêmes que Beerschot, Club belge de la Pro League et aussi de Châteauroux, club qui évolue en troisième série française.

Pour les escrocs arabes, le football est une forme de divertissement parmi tant d’autres, mais la plus populaire. Ils le traitent comme tel et l’ont compris depuis longtemps. Depuis – c’était en 2004 – Emirates Airlinesla compagnie aérienne phare de l’émirat arabe de Dubaï et détenue par le gouvernement, a commencé à parrainer Arsenal, avec un contrat de sponsoring d’une valeur de 100 millions de livres et la construction du stade (qui s’appelle en fait aujourd’hui Emirates Stadium).

En reliant les points, il s’avère que le City Football Group – filiale du fonds Abu Dhabi United Group (le même que la Ville, dont la figure de référence est le célèbre Cheikh Mansour) – possède Troyes en France (club très jeune, il a été créé en 1986, qui fait des allers-retours entre la Ligue 1 et la Ligue 2 depuis des années), en Espagne de Gérone (Segunda Division), en Belgique de Lommel (Pro League 1B, deuxième série)en Uruguay du Montevideo City Torqueacheté en 2017 et immédiatement porté dans l’élite uruguayenne, en Inde de Mumbai City Fc (première division) e au Sichuan FC en Chine. Europe, Asie, Amérique du Sud : ici le califat arabe, à vous le monde. D’habitude les dirigeants de ces grands groupes préfèrent rester dans l’ombre, l’exception est constituée par Turki Al-Sheikh, propriétaire d’Almeria, un club qui se bat dans la division espagnole Segunda pour tenter de monter en Liga. Turki Al-Sheikh, Saoudien de 40 ans, écrivain, chanteur, quelqu’un qui se définit comme un « showman », se fait toujours photographier portant le maillot officiel du club et lorsqu’il a acheté l’Almeria, il a annoncé qu’il voulait « faire venir Messi ici. cinq ans « . Il ne plaisantait pas.

Ensuite, il y a des entreprises qui évoluent sous le radar – ou du moins, à l’écart des projecteurs – mais qui planifient pour l’avenir. La Fondation Aspire Zone – une fondation du Qatar aux ressources de richesse quasi illimitées – compte depuis dix ans dans son portefeuille l’Eupen, une équipe belge de Pro League, et le Cultural Leonesa, un club espagnol qui évolue en Primera Division, la troisième série de la ligue espagnole. On pourrait penser qu’il en faudrait très peu à la propriété qatarie pour déverser une montagne d’argent sur ces deux clubs et les amener au sommet de leur pays en quelques années. S’ils ne l’ont pas encore fait, c’est uniquement parce que c’est ce que prévoit leur stratégie.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.