Du rêve: la sélection du DHB échoue en quarts de finale de la Coupe du monde

handball
:
Du rêve: la sélection du DHB échoue en quarts de finale de la Coupe du monde

Le rêve de handball allemand d’une médaille en Coupe du monde s’est terminé par un quart de finale long et captivant contre la France. Là encore, la sélection DHB est proche. Mais au final ça ne suffit pas.

L’entraîneur national Alfred Gislason a regardé dans le vide, les bras croisés. Alors que les joueurs de handball allemands étaient au moins prudemment high-five, l’entraîneur avait besoin d’un moment pour lui après la fin du rêve de la Coupe du monde.

Après la défaite de 28:35 (16:16) en quart de finale contre la France, championne olympique, la jeune équipe allemande ne se bat plus que pour les places cinq à huit.

« En deuxième mi-temps, pour être honnête, on s’essouffle en attaque », a déclaré Gislason sur ZDF. « Je ne suis pas du tout d’avis qu’on ait abandonné, au contraire : on a continué, mais on a juste mal lancé. » Le capitaine Johannes Golla a également été déçu. « Tout d’abord, le résultat est trop élevé. C’était un gros combat de notre part », a déclaré le coureur de cercle, qui a finalement également considéré l’exploitation des chances comme une lacune majeure. « Nous n’utilisons pas les chances gratuites comme vous devez le faire si vous voulez atteindre une demi-finale. . »

Golla est le meilleur lanceur avec six buts

La sélection DHB doit continuer à attendre le premier métal précieux à un championnat du monde depuis le triomphe de l’or il y a 16 ans. Car finalement ce qui s’est passé contre les Français, c’est exactement ce qui ne devait pas arriver contre une telle équipe : trop d’erreurs. Malgré la défaite, le parcours de la jeune équipe en Coupe du monde, dont Golla a été le meilleur buteur avec six buts, se poursuit vendredi à Stockholm avec le duel face aux champions d’Afrique, l’Egypte.

Il était clair à l’avance que l’équipe allemande n’entrait dans ce match contre la France qu’en tant qu’outsider. La France est championne du monde record, championne olympique et avait déjà remporté tous les matchs de cette Coupe du monde. Les rôles ont été clairement distribués devant environ 5 500 spectateurs à Gdansk. Seulement : Vous n’aviez pas vu ça sur le terrain au début. Car la sélection DHB a réalisé un excellent début de match.

Wolff était fort dans le but dès le début

Cela était en partie dû au fait qu’Andreas Wolff a montré une solide performance dans les buts dès le début. Le joueur de 31 ans avait excellé lors des matchs précédents du tournoi en Pologne et en Suède et a confirmé sa forme exceptionnelle contre la France. Wolff a paré un certain nombre de lancers de l’adversaire, ce qui était à la base du jeu allemand.

A la 16e minute, la sélection du DHB menait même de quatre buts (11-7) – et l’entraîneur français Guillaume Gille prenait le premier break. Qu’il s’agisse de Dika Mem, de Nedim Remili ou de la vieille star Nikola Karabatic : Gille compte un certain nombre de handballeurs exceptionnels dans son équipe. Ce dont les Français sont capables en défense et en attaque, ils l’ont aussi montré contre les Allemands. Mais ils s’y sont opposés.

Du moins pour longtemps. Ce n’est que dans la phase finale que l’équipe DHB s’est autorisée une phase de faiblesse plus longue, que la France a exploitée sans pitié. Peu de temps après le premier temps mort français, des erreurs techniques avaient déjà façonné pour la première fois le jeu allemand : en l’espace de trois minutes environ, le champion olympique égalisait l’avance allemande initialement nette.

Duel palpitant à grande vitesse

Au début, un duel passionnant s’est développé à un rythme fou. Les deux équipes ont attaqué et elles l’ont fait sans perdre de temps. Quand l’Allemagne n’était pas à l’offensive, les Français l’étaient. Ça faisait des allers-retours. Et c’est resté serré.

« Un match absolument racé avec un rythme énorme et un cœur énorme des deux côtés », a déclaré le directeur sportif du DHB Axel Kromer à la pause. « C’est définitivement une bonne chose d’avoir encore toutes les chances de gagner contre le champion olympique à la mi-temps. »

C’était encore une fois incroyable de voir comment Juri Knorr, à peine âgé de 22 ans, a agi. Le benjamin de l’équipe d’Allemagne a aussi dirigé les attaques de la sélection DHB face à cet adversaire de classe mondiale. De plus, il a converti presque chacun de ses lancers. Knorr en attaque et Wolff dans les buts : ce duo avait déjà porté la sélection DHB tout au long du tournoi avec leurs belles performances.

Mais cette fois, ce n’était pas assez. Parce que dans la phase finale exactement ce qui s’est passé vers la fin de la seconde mi-temps s’est produit : trop d’erreurs techniques. Et l’équipe du haut du monde en a profité sans pitié.

© dpa-infocom, dpa:230125-99-358207/4

Voici la galerie photos : Du rêve: la sélection du DHB échoue en quarts de finale de la Coupe du monde

(dpa)

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *