En route pour l’élection présidentielle au Brésil – El Sol de México

En octobre 2022, l’élection présidentielle aura lieu au Brésil. Bien qu’il reste un an pour y parvenir, il est désormais intéressant d’observer l’horizon politique qui se dessine dans cette nation.

Selon différentes sources d’information, la situation que traverse le pays sud-américain pose un scénario électoral tendu pour l’année prochaine, du fait que la gouvernance n’y a pas connu ses meilleurs épisodes ces derniers mois.

Les désaccords entre le Pouvoir Exécutif et le Pouvoir Judiciaire et Législatif, dus au discrédit du vote électronique par le premier ; une enquête judiciaire en cours sur la diffusion, par le Président de la République, de fausses nouvelles à l’encontre de juges du Tribunal fédéral suprême (STF) ; un rapport du Sénat, qui prétend que le chef de l’exécutif est accusé de crimes contre l’humanité pour sa gestion de la pandémie, et une inflation qui dépasse huit pour cent par an, entre autres situations, ont généré, par exemple, cette partie de la traditionnelle La droite brésilienne, non ultra-conservatrice, prend ses distances avec le président et qu’il existe un désaccord social et politique dans une frange importante de la population.

Cela a conduit au renforcement politique de l’ancien président Lula da Silva comme candidat potentiel de la gauche à la première magistrature du pays et comme candidat à la tête de l’Exécutif, Jair Bolsonaro, lors d’un éventuel second tour électoral en 2022. Il devrait Rappelons que l’ancien président a recouvré ses droits politiques en mars dernier, lorsque le STF a annulé deux condamnations à son encontre pour corruption présumée, en plus d’établir que le juge Sergio Moro avait fait preuve de partialité en le jugeant et en le condamnant.

Dans ce contexte, une « troisième voie » brésilienne cherche à se positionner pour l’élection, et rassemblerait ceux qui ne voteraient pas pour l’un ou l’autre dirigeant. Certains des noms qui pourraient mener cette alternative sont Ciro Gomes, du Parti travailliste démocrate ; João Doria, candidat possible du Parti social-démocrate brésilien ; Henrique Mandetta, du parti des Démocrates, entre autres, qui, pourtant, en septembre 2021 n’a pas dépassé chacun plus de cinq pour cent des soutiens.

Ainsi, cette troisième voie établit que, pour vaincre le président Bolsonaro, il faut l’union des partis et groupes de gauche, de centre et de droite, comme cela s’est produit au Chili lors du plébiscite de 1988, au cours duquel le général Pinochet a été battu, et lors de l’élection de 1989, avec le triomphe de Patricio Aylwin, à travers cette coalition.

De même, il y a ceux qui soulignent que la gauche devrait forger une alliance de type Front large avec l’Uruguayen, car, bien que l’ancien président Lula mène les sondages avec une bonne marge, cela ne suffirait pas à vaincre l’actuel président.

Concernant le premier scénario, il convient de rappeler, d’une part, que l’union des différentes forces politiques au Chili a effectivement restauré la démocratie électorale et politique dans ce pays, mais n’a pas modifié le modèle économique néolibéral incarné dans l’actuelle Constitution de 1980. En revanche, l’union de différentes forces politiques pour vaincre un président, éviter sa réélection ou empêcher l’arrivée au pouvoir d’un candidat ou d’un candidat ultra-conservateur, favorise généralement la droite.

Ce fut le cas en France en 2002, avec l’arrivée au pouvoir de l’ancien président Chirac en battant Jean-Marie Le Pen, du défunt Front national, un parti d’extrême droite, ou, en 2017, avec l’arrivée du président Macron à le chef de l’État français, en battant la candidate d’alors Marine Le Pen, de l’actuel parti Groupe national, situé entre la droite et l’extrême droite. Les deux victoires sont survenues au deuxième tour.

Quant à l’alliance de la gauche, si elle se réalise, elle devrait s’organiser sur la base de principes et sur un programme qui priorise la question sociale pour chercher à réunir, dans un éventuel second tour, le plus grand nombre de consensus fondés sur le « » union des secteurs progressistes », comme l’ancien président Lula lui-même l’a bien défini.

ricardonreala@yahoo.com.mx

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.