Espace réservé pour Vingaard : Geschke hésite à porter le maillot de montagne – Sport News on Ice Hockey, Winter Sports and more

Pendant neuf jours, Simon Geschke a ravi les fans de cyclisme avec son combat pour le maillot de montagne du tour. Et même s’il ne le gagnera pas, il doit encore se rendre à Paris avec.

Simon Geschke voulait changer de vêtements. Alors que le cycliste roulait dans le village de Castelnau-Magnoac vendredi matin pour s’inscrire à l’étape 19 du Tour de France, il ne se sentait pas à sa place dans sa tenue.

« Maintenant, je suis le gars qui porte le maillot mais qui ne mène pas le classement », a déclaré le Berlinois. Geschke a porté pendant neuf jours ce fameux maillot à pois rouges sur fond blanc en tant que leader du classement de la montagne. Ce furent neuf jours merveilleux pour Geschke, durant lesquels il rêvait parfois d’atteindre Paris avec ce maillot.

Geschke seulement deuxième au classement de la montagne

Il le fera maintenant, si tout se passe normalement. Cependant, d’une manière assez macabre pour le joueur de 36 ans. Car Geschke n’est que deuxième au classement de la montagne, à huit points du Danois Jonas Vingaard, qui ne se rattrape plus. Il n’est autorisé à conduire que sous le soi-disant maillot à pois car Vingaard est le leader du classement général sous le maillot jaune. « Si j’avais le choix, je commencerais avec mon maillot normal. Maintenant, je dois porter le maillot à Paris », a déclaré le professionnel Cofidis.

La merveilleuse aventure itinérante de Geschke s’est pratiquement terminée au Col d’Aubisque. La montée mythique dans les Pyrénées jeudi était la première de la dernière étape de montagne. Et Geschke savait : c’est la ligne d’arrivée. Être le premier là-bas et récolter 20 points aurait été un exploit historique. Geschke a été le premier Allemand à remporter le classement de montagne du tour. Mais malgré d’immenses efforts, Geschke n’a pas pu marquer de points sur l’Aubisque. Vingegaard l’a finalement dépassé avec sa victoire d’étape à Hautacam.

Geschke : « Je suis fier de mes coéquipiers »

Enfin, Geschke n’avait ni les jambes ni l’équipe après neuf journées éprouvantes. En tant que porteur de maillot, il existe diverses obligations supplémentaires pour un professionnel. Chaque jour sur le podium, signatures de maillots, contrôles antidopage, nombreuses interviews. Quelque chose comme ça est stressant, surtout lors d’une tournée de trois semaines. De plus, l’équipe de Geschke a été réduite à seulement cinq pilotes en raison de trois abandons. Vous ne pouvez pas fermer chaque trou, vous ne pouvez pas suivre chaque attaque.

lire aussi

Tour de France

Combat géant: Pogacar remporte le sprint contre Vingaard

Les sentiments du Berlinois à propos de la perte du maillot étaient donc mitigés. « Je suis content que ce soit fini, mais aussi triste que cela n’ait pas suffi. Je suis fier de mes coéquipiers et de ma deuxième place – et bien sûr submergé par le soutien de l’Allemagne », a déclaré Geschke. Vous ne pouvez pas vous en vouloir.

Publicité pour le cyclisme

Au contraire. Après son premier voyage plutôt accidentel dans le maillot de montagne, Geschke a promu le cyclisme avec son style de combat acharné et sacrificiel – en Allemagne et en France. Depuis que Geschke est sur la route pour l’équipe Cofidis, chroniquement infructueuse sur le circuit et qui attend depuis 14 ans une victoire d’étape dans la plus grande course cycliste du monde, le cœur des Français a naturellement volé vers lui. « Allez Simon » ou « Bravo Simon » lui était encore crié par les supporters sur le bord de la route alors qu’il était déjà tabassé et refoulé de la station de ski d’Hautacam au bus dans la vallée.

Les supérieurs de Geschke étaient également satisfaits. « Si nous voyons Jonas Vingaard remporter le maillot de la montagne, nous n’avons rien à regretter », a déclaré le directeur sportif Bingen Fernandez. Une deuxième place derrière le vainqueur du classement général est tout de même très honorable.

Geschke appréciera certainement le voyage à Paris dans des vêtements étrangers. C’est peut-être même la dernière fois que le vétéran se rendra à vélo dans la capitale française. Son contrat avec Cofidis expire à la fin de l’année prochaine. Et dans ce qui pourrait être sa dernière année en tant que professionnel, Geschke aimerait à nouveau courir le Giro d’Italia et ainsi renoncer au tour.

© dpa-infocom, dpa:220722-99-119472/3

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *