Et s’il y avait un black-out ? Le kit de base : légumes en bocal, couvertures, bougies, piles…

gonzalo de las heras

Une nutritionniste et une experte en survie nous guident sur les produits à acheter

Marta Fdez.  Vallejo

Le dernier signal d’avertissement a été lancé la semaine dernière par le gouvernement allemand. Vous avez créé un site Web dédié à une hypothétique panne majeure, comprenant une brochure contenant des conseils et des avertissements. Cette mesure intervient après que le ministère autrichien de la Défense a également alerté ses citoyens d’une éventuelle coupure d’approvisionnement qui « n’affectera pas seulement le pays, mais l’ensemble de l’Europe » et a lancé une campagne d’information avec de la publicité dans les médias et la diffusion de milliers d’affiches. distribué dans tout le pays sous le titre ‘Que faire quand tout s’arrête’. Les affiches sont accompagnées d’un petit guide avec des conseils pratiques sur le matériel à avoir chez soi pour se préparer : carburant, bougies, piles, confitures ou eau potable. La Suisse a également lancé des slogans similaires.

L’Espagne dispose d’un protocole de crise prêt à faire face à une panne d’électricité majeure dans tout le pays, un plan qui reste toujours activé. Le dispositif implique des entreprises d’approvisionnement et de distribution, des forces de sécurité et des organismes officiels. L’opérateur Red Eléctrica Española, compte tenu des alertes qui ont surgi dans d’autres pays européens, a publié il y a quelques jours un communiqué dans lequel il a souligné qu' »il n’y a pas d’indications objectives » qui suggèrent qu’une panne d’électricité se produira dans tout le pays.

Ce ne serait pas loin de la première panne d’électricité à grande échelle de l’histoire récente. Entre le 7 mars et le 31 décembre 2019, plus de 30 millions de personnes ont été touchées par une panne majeure en Colombie et au Venezuela. En Suède, en 1983, quatre millions et demi de personnes ont été privées d’électricité pendant près de trois mois. Et en France, en 1999, plus de trois millions de personnes se sont retrouvées sans électricité en pleine période de Noël.

Cela ne fait pas de mal d’être proactif. Une experte en nutrition, Beatriz Robles, et un spécialiste de la survie, Carlos Martínez, nous aident à remplir le garde-manger et à compléter un kit en cas de panne de courant et d’alimentation. En tout cas, c’est un fonds de garde-manger qui ne fait pas mal face à tout incident.

La première chose à faire, disent-ils, c’est de ne pas se précipiter pour acheter sans mesure car on produirait un effet de pénurie similaire à celui qui s’est produit pendant la pandémie. Règle numéro deux : essayer de faire une liste avec des besoins spécifiques et acheter des produits sains, c’est-à-dire éviter la tendance à acheter ce qui peut être plus facile et plus agréable : paquets de chips, biscuits, bonbons, saucisses…

Beatriz Robles conseille que ce bouillon de garde-manger la reine soit « la légumineuse et les légumes cuits », de préférence dans un bocal en verre : lentilles, pois chiches, haricots, ragoût, gousses… Noix, « grillées ou naturelles mais toujours sans sel », sont également indispensables. Compte tenu de la difficulté de conserver des fruits frais pendant un certain temps, une bonne option est déshydratée, mais sans sucre ajouté : prunes, pêches, figues, raisins secs », détaille cette diplômée en Nutrition et Diététique Humaines et diplômée en Sciences et Technologie de la nourriture. Des conserves de poisson à l’huile d’olive et pauvres en sel compléteraient cet achat prévoyant.

Carlos Martínez, de la Boreal Survival School, souligne que les villes d’aujourd’hui sont « totalement dépendantes de l’électricité, non seulement pour les besoins des ménages, mais que tout type d’entreprise en dépend. En cas de panne majeure, nous devons être prêts pour au moins deux semaines d’autosuffisance. ‘

L’expert souligne que l’eau est « absolument indispensable » et que s’il n’y a pas d’électricité « les stations d’épuration ou les pompes à eau qui alimentent les habitations ne fonctionneraient pas ». Vous devez calculer deux ou trois litres par personne plus celui qui va être utilisé pour le nettoyage, les toilettes et la cuisine. Il met également en évidence que les ordinateurs portables et mobiles ne pourraient pas être rechargés en situation de coupure d’approvisionnement, il faudrait donc disposer de batteries externes, en plus des piles, bougies, briquets… « Les bougies sont indispensables pour un éclairage économique et durable. « .

Combattre le froid serait un autre défi dans ce scénario hypothétique d’une longue panne d’électricité, il serait donc bon de s’assurer « d’assez de sacs de couchage et de couvertures ». « Les guichets automatiques ne fonctionneront pas donc il est important d’avoir de l’argent liquide », conseille Carlos Martínez, qui recommande que des dispositions soient prises « pour un minimum de quinze jours ».

Les quincailleries manquent de cuisinières à gaz

La peur du black-out commence à épuiser certains produits pour faire face à une panne de courant. Les premiers ont été les réchauds à gaz ; ils ne sont plus dans la grande majorité des quincailleries. « Au cours de cette dernière semaine, nous avons vendu tout ce qui nous restait et il n’y a plus de stock », a expliqué vendredi une quincaillerie de Bilbao. À Madrid et à Barcelone, il est également impossible d’acquérir ces appareils. « Il se passe la même chose qu’avec le papier toilette au début de la pandémie. »

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.