Facebook va payer la presse française pour son actualité

Facebook a annoncé ce jeudi avoir trouvé un accord avec certains journaux français, pour leur verser des « droits voisins ». Cette annonce intervient quelques mois seulement après que Google a annoncé un accord similaire.

Cet « accord de licence » prévoit que « Facebook obtient et rémunère des licences pour les droits voisins ». O géant de la technologie a déjà conclu des accords avec les journaux Le Monde, Le Figaro, Alliance de la Presse et Les Echos.

Cependant, le réseau social n’a pas divulgué de détails sur le montant de la rémunération, ni sur la méthode de calcul.

Les conditions auxquelles nous sommes parvenus permettront à Facebook d’appliquer la directive et la loi française, tout en générant des financements importants pour les éditeurs Apig, notamment les plus petits. » a expliqué Pierre Louette, président d’Apig et chef de la direction du Groupe Les Echos, dans un communiqué.

L’accord respecte la loi française de 2019, qui impose aux plateformes Internet de négocier de bonne foi avec les médias en contrepartie de l’utilisation de leurs contenus d’actualité dans leurs moteurs de recherche, protégés par des droits dits voisins.

Les droits voisins ouvrent la voie à la rémunération des auteurs pour les contenus de presse extraits d’articles, de photographies, de vidéos, d’infographies – présentés sur les pages de résultats des principales plateformes Internet.

En juillet, Google a été condamné à une amende de 500 millions d’euros pour avoir estimé qu’il n’y avait pas eu de « bonne foi » dans la négociation d’une compensation pour les médias pour l’utilisation de son contenu d’information.

Rédaction / CI

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.