Finn Springborn : La durabilité est un enjeu majeur pour nous, surfeurs

« Le surf est en soi un sport durable », explique le professionnel allemand du surf Finn Springborn. Cependant, le surf implique de nombreux déplacements. Il essaie donc de vivre de manière plus durable.

Là où d’autres s’enfuient rapidement, Finn Springborn (29 ans) se sent chez lui. Le natif de Flensburg est un professionnel du surf allemand et adore l’eau froide. L’athlète a fait de son passe-temps favori son métier : aujourd’hui, il réussit particulièrement bien en contest et en free surf. Grâce à son métier, le jeune homme de 29 ans a déjà beaucoup voyagé, ce qui pose bien sûr la question de la durabilité en matière de surf. Dans une interview accordée à l’agence de presse Spot on news, Springborn révèle ce qu’il ressent, à quoi ressemble sa vie quotidienne et où il veut vraiment surfer.

Vous avez grandi au bord de la mer Baltique et vivez actuellement au Danemark. En matière de surf, le seul choix était le surf en eau froide ?

Finn Springborn : Je suis né à Flensburg, j’y ai passé toute mon enfance. Malheureusement, il y a très peu de vagues sur la mer Baltique et je n’ai donc pas eu d’autre choix que d’aller en mer du Nord. Pendant mes années d’école, je suis souvent allé à Sylt et au Danemark, où j’ai intégré le conseil d’administration pour la première fois. Si vous souhaitez surfer ici toute l’année, vous n’avez d’autre choix que d’accepter les températures de l’eau pendant les mois froids. Peu m’importe que je surfe en short de surf ou que j’emporte une combinaison épaisse. Mais bien sûr, j’aime tout autant voyager dans des régions plus chaudes et j’ai la chance d’être si flexible que je peux être en déplacement la majeure partie de l’année.

Qu’est-ce qui vous fascine dans le surf ?

Springborn : Ce qui me fascine le plus, c’est qu’il faut se consacrer entièrement au sport. Bien sûr, vous pouvez planifier des voyages de surf, des voyages et toute la journée, mais le résultat final dépend toujours de la nature. Il faut s’adapter aux circonstances. C’est aussi un sport très diversifié. Cela présente l’avantage de ne jamais devenir ennuyeux. Le surf m’a beaucoup apporté jusqu’à présent et m’a offert certains des moments les plus heureux de ma vie, mais en même temps certaines de mes plus grandes défaites. Qu’il s’agisse d’une expérience positive ou négative, on finit toujours par apprendre quelque chose.

À quoi ressemble une journée type pour vous ?

Springborn : Cela dépend toujours de l’endroit où je me trouve en ce moment. Certains endroits ont des vagues constantes. Dans d’autres endroits, comme chez moi au Danemark, on ne peut jamais le dire avec certitude. Là, je dois faire plus attention aux prévisions météo, aux vagues et aux courants. Ma matinée commence donc par regarder avant tout les prévisions. Ce n’est qu’à ce moment-là que je décide si le surf en vaut la peine ou si je ne sortirai que l’après-midi.

Quelles sont les meilleures destinations de voyage pour les surfeurs en eaux froides et quelle zone de surf figure toujours sur votre bucket list ?

Springborn : Ici en Europe, surtout dans le nord, nous avons la chance de disposer d’un nombre incroyable de spots de surf en eaux froides. Jusqu’à présent, mes points forts sont l’Écosse, l’Irlande et, en tête de liste, l’Islande. Surfer dans les régions froides est une sensation complètement différente et en quelque sorte plus spéciale que sur les spots de surf classiques. Les îles Lofoten en Norvège sont définitivement sur ma bucket list. J’espère que nous y retournerons l’année prochaine.



Plus récemment, vous étiez en France et avez remporté le titre de « Champion d’Allemagne – Seniors ». L’image classique du soleil, des palmiers et de la plage vous manque-t-elle parfois en tant que surfeur ?

Springborn : Au train où se déroule ma vie actuellement, cela ne me manque pas du tout. Après un long hiver, je me dirige parfois vers des climats plus chauds. Mais il existe également de nombreuses régions plus chaudes, notamment en Europe. La France est définitivement un classique. Il n’y a guère de meilleur endroit pour surfer en Europe, surtout en septembre et octobre. Cette année, j’ai participé pour la première fois aux Seniors (U28) et j’ai pu emporter avec moi le titre de « Champion d’Allemagne Seniors » à Flensburg.

Le surf est régulièrement critiqué pour la quantité de déplacements qu’il nécessite. Quelle est votre opinion sur la question de la durabilité ?

Springborn : Le surf est en soi un sport durable. Le point crucial : le surf, c’est voyager, bien sûr, il faut d’abord trouver les vagues. C’est pourquoi j’essaie d’éviter autant de vols que possible et de parcourir la plupart des distances en Europe en voiture. À la maison, je peux parcourir jusqu’à 60 kilomètres en mode purement électrique avec mon hybride rechargeable, ce qui est tout à fait suffisant pour la plupart des itinéraires ici. Plus récemment, en tant qu’ambassadeur de la marque Kia, j’ai pu conduire le nouveau EV9 entièrement électrique. Avec son autonomie de plus de 500 kilomètres, j’ai pu parcourir de longues distances sans émissions. La durabilité est un enjeu majeur pour nous, surfeurs, car nous évoluons chaque jour dans la nature et en dépendons. Le moins que nous puissions faire est de redonner quelque chose à l’environnement afin que les générations suivantes puissent vivre les mêmes choses que nous. Le changement climatique est un problème majeur, en particulier en mer, car il a été prouvé qu’il a un impact sur les courants océaniques tels que le Gulf Stream.

La pollution des océans est également un problème majeur. Quelles expériences avez-vous eues avec le surf ?

Springborn : Nous constatons chaque jour les effets de la pollution des océans. Il ne reste pratiquement plus de plages ou de côtes sans déchets – la situation est particulièrement mauvaise en Indonésie. Il y a parfois des parcelles entières de déchets. En tant que surfeur, je dépends de la nature et c’est pourquoi il est d’autant plus important pour moi de la protéger au mieux. Je suis fier de travailler avec une marque comme Kia qui s’engage en faveur du développement durable. Il est important non seulement d’attirer l’attention sur le problème, mais aussi d’agir vous-même. Kia soutient l’organisation « The Ocean Cleanup », qui développe des technologies pour débarrasser les océans du monde des déchets plastiques.

Sans un long trajet jusqu’à la mer et une attente interminable pour le surf : le surf se déroule de plus en plus dans des piscines à vagues artificielles, que pensez-vous de cette évolution ?

Springborn : Les bonnes piscines à vagues offrent des conditions d’entraînement parfaites que l’on trouve rarement en mer car il n’y a pas deux vagues identiques. Les vagues artificielles ont définitivement leur droit d’exister. La question de savoir si ces mesures permettront à l’avenir de soulager une partie de la pression sur les océans est une autre question. Il y a certainement des gens qui préfèrent conduire au coin de la rue et essayer le surf plutôt que de parcourir de longues distances. Mais d’autres ne se lancent dans le surf qu’à cause des vagues artificielles. Personnellement, je trouve les vagues artificielles très amusantes, mais cela ne peut pas être comparé au surf dans l’océan. Faire l’expérience de la nature est tout simplement une sensation complètement différente.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *