France et Grande-Bretagne : « Safe Zone » obligatoire à Kaboul

Au : 29/08/2021 15h02

Afin de pouvoir poursuivre les opérations humanitaires en Afghanistan, la France et la Grande-Bretagne souhaitent une zone onusienne « sûre » à Kaboul. Le patron de la CSU, Söder, considère en revanche que l’UE a une obligation.

La mission internationale d’évacuation en Afghanistan touche à sa fin, le retrait des troupes américaines est imminent. Afin de pouvoir poursuivre les opérations humanitaires dans le pays, la France et la Grande-Bretagne veulent faire pression auprès des Nations unies pour la création d’une « zone de sécurité » dans la capitale Kaboul. Le président français Emmanuel Macron l’a annoncé dans une interview au journal « Journal du Dimanche ». Cela pourrait créer un cadre onusien pour les urgences, clarifier les responsabilités et « permettre à la communauté internationale de maintenir la pression sur les talibans », a déclaré Macron.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU – la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Russie et la Chine – discuteront lundi de la situation en Afghanistan. La France a mis fin à ses vols d’évacuation vendredi et le Royaume-Uni samedi.

La proposition des talibans rencontre des réticences

Les talibans eux-mêmes ont également commenté l’avenir de la capitale afghane, en particulier l’avenir de l’aéroport : Selon cela, les islamistes veulent prendre en charge la sécurité – la Turquie, en revanche, devrait être responsable des opérations.

Une décision à laquelle Ankara a réagi avec prudence. La répartition des tâches proposée est difficile à mettre en œuvre, a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan, selon l’agence de presse Anadolu. « Disons que vous prenez la couverture », a déclaré Erdogan aux talibans. « Comment allons-nous expliquer au monde s’il y a un autre bain de sang là-bas ? Ce n’est pas une tâche facile. »

Söder appelle à une mission de l’UE

Le chef de la CSU, Markus Söder, considère que l’UE a l’obligation de permettre d’autres vols d’évacuation d’Afghanistan. Dans « Bild am Sonntag », il s’est prononcé en faveur d’une « zone de protection européenne » à l’aéroport de Kaboul et a appelé à des négociations immédiates. L’Europe doit enfin se coordonner militairement de manière cohérente. Cela nécessite un Conseil de sécurité européen et une puissante unité militaire pour protéger les citoyens allemands et européens en cas d’urgence.

« L’Europe est en marge des affaires mondiales et n’est pas en mesure d’offrir des garanties de protection, même pour ses propres citoyens à Kaboul. Sans les Américains, nous sommes impuissants. En Europe, nous parlons de plus d’indépendance, mais nous ne pouvons même pas garantir un aéroport. » Une nouvelle stratégie pour les opérations militaires est nécessaire.

Achèvement de la mission de la Bundeswehr en Afghanistan

Daniel Pokraka, ARD Berlin, émission quotidienne 20:00, 28.8.2021

Apparemment, seuls quelques travailleurs locaux se sont envolés

Selon les données américaines, plus de 112 000 personnes au total ont quitté l’Afghanistan via le pont aérien coordonné par les États-Unis. Selon un article de journal, seuls quelques anciens employés locaux ont été mis en sécurité avec les vols d’évacuation de la Bundeswehr. Le ministère fédéral de l’Intérieur a présenté cette semaine les premiers chiffres correspondants au Bundestag, entre autres, rapporte « Welt am Sonntag ». En conséquence, il n’y avait que 101 travailleurs locaux avec leurs familles parmi ceux qui ont été transportés par avion. Au total, ce groupe compte environ 500 personnes.

Compte tenu des évacuations confuses de Kaboul, cependant, on suppose que plusieurs travailleurs locaux peuvent encore se trouver dans d’autres pays européens. Le ministère fédéral de l’Intérieur a laissé une demande sans réponse, selon le journal. Selon le ministère fédéral des Affaires étrangères à Berlin, 5 300 personnes ont maintenant été mises en sécurité depuis Kaboul.

Baerbock : « Fiasco avec annonce »

Le gouvernement allemand a fait l’objet de critiques massives pour ne pas avoir expulsé des travailleurs locaux afghans et d’autres personnes à risque avant l’arrivée au pouvoir des talibans islamiques radicaux. « Retirer les troupes tête baissée a été un fiasco avec une annonce », a déclaré la présidente des Verts et candidate à la chancelière Annalena Baerbock aux journaux du groupe de médias Funke. Au lieu de sauver le personnel local des talibans, le gouvernement allemand se met la tête dans le sable de peur de parler de l’Afghanistan dans la campagne électorale. De mauvaises décisions du ministère des Affaires étrangères, du ministère du Développement, du ministère de l’Intérieur et de la Chancellerie ont conduit à cette catastrophe : « Même le vice-chancelier Olaf Scholz ne peut pas esquiver ici », a déclaré Baerbock.

Le gouvernement doit mettre en sécurité tous les Allemands, les travailleurs locaux et les personnes particulièrement vulnérables telles que les journalistes, les militantes des droits des femmes et les défenseurs des droits humains et leurs familles du pays.

Seehofer : resserrer les contrôles aux frontières

S’il y a désormais d’importants nouveaux mouvements de réfugiés en provenance d’Afghanistan, de Syrie et d’Irak, le ministre fédéral de l’Intérieur Horst Seehofer (CSU) souhaite renforcer les contrôles aux frontières. « Tout le monde qui veut venir dans notre pays n’est pas autorisé à entrer », a déclaré Seehofer de « Bild am Sonntag ».

Surveillez de très près les mouvements de réfugiés en provenance de ces pays. Les autorités de sécurité ont remarqué sept Afghans lors des contrôles après les vols d’évacuation de la Bundeswehr de Kaboul en Allemagne. Trois avaient falsifié des documents avec eux, et quatre autres étaient des criminels qui avaient déjà été expulsés vers l’Afghanistan.

Avatar

jukep
29 août 2021 • 16h38

15:40 RB

« Je fais partie de cette force qui veut toujours le bien et crée toujours le mal » ……. « ou aussi librement traduit par Goethe » oh Seigneur, qu’est-ce que je fais, les esprits que j’ai appelés je le ferai maintenant ne va plus « .

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.