France : Indra va installer des radars dans trois bases militaires

Le ministère français de la Défense, par l’intermédiaire de la Direction générale de l’armement (DGA), a choisi le système de radar et de gestion du trafic aérien d’Indra, l’une des principales sociétés mondiales de technologie et de conseil, pour soutenir les opérations aériennes dans trois de ses bases avec un maximum efficacité et sécurité.

Le premier des systèmes d’Indra a été installé à la base aérienne du Luc-en-Provence, siège de l’École d’aviation légère de l’armée française (EALAT – École de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre).

Cet aérodrome sert également d’école de pilotage pour le NH90 et d’école de pilotage franco-allemande pour l’hélicoptère Tigre. En décembre 2019, la compagnie a finalisé le déploiement d’un radar PSR2 et d’un système automatisé de gestion du trafic aérien qui, depuis, assure la sécurité et accompagne les manœuvres des pilotes de chasse qui transitent par l’école.

Indra finalise aujourd’hui la mise en place de ces mêmes systèmes sur la base aérienne de DAX, dans les Landes, qui fait également partie de l’Ecole de Pilotage de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre et où la formation initiale est dispensée aux pilotes d’hélicoptère des trois armées et de la Gendarmerie.

D’autre part, la société installera dans les prochains mois un radar primaire PSR 2D sur la base aérienne avancée de Solenzara, en Corse, une enclave stratégique pour les opérations en Méditerranée.

Le déploiement de trois radars, avec la possibilité d’un quatrième radar (les radars primaires et secondaires d’Indra) sur ces bases fait partie du Système français de commandement et de contrôle des opérations aériennes, SCCOA.

Le radar PSR moderne et fiable

Le radar à semi-conducteurs en bande S PSR 2D/MSSR d’Indra intègre les dernières technologies numériques de pointe. Ajouté au système d’automatisation du trafic aérien de l’entreprise, il constitue l’un des systèmes les plus performants de détection, de surveillance, d’automatisation et de contrôle des bases aériennes militaires qui existent. Il est également conforme aux normes les plus élevées de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et d’Eurocontrol.

La solution d’Indra se distingue par sa capacité à fonctionner avec une précision maximale dans des situations de fort bruit (encombrement), d’interférences ou d’anomalies causées par les intempéries ou l’orographie escarpée, caractéristiques de certaines régions de France. Il fournit également des informations météorologiques extrêmement utiles pour les pilotes et les contrôleurs.

Dans le même temps, ils intègrent les techniques les plus avancées, développées par Indra, pour éliminer le bruit causé par les éoliennes dans les parcs éoliens, un problème de plus en plus courant qui pose un défi technique et opérationnel complexe aux aéroports.

Le détecteur de cible mobile (MTD) mis en œuvre dans ces systèmes est optimisé pour garantir que les contrôleurs peuvent détecter un avion dans les conditions les plus défavorables.

Outre les avions militaires, les sapeurs-pompiers et les organismes de protection civile français bénéficieront également de la technologie d’Indra, qui utilisent ponctuellement certaines de ces bases aériennes.

Systèmes de défense à la pointe de la technologie

Indra est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de radars militaires et civils et un fournisseur privilégié de l’OTAN. Votre famille de radars Lanza 3D Il est également prêt à détecter les chasseurs de cinquième génération équipés d’une technologie furtive.

Il est également l’un des trois coordinateurs nationaux du programme NGWS/FCAS, le plus grand projet de défense lancé en Europe à ce jour. Parallèlement, Indra est l’un des principaux fournisseurs de systèmes de trafic aérien civil au monde.

Siège d’Indra à Madrid

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.