France : les socialistes acceptent une alliance de gauche contre Macron – Politique

Les socialistes français ont approuvé une coalition de gauche contre le président libéral réélu Emmanuel Macron pour les élections générales de juin. L’ancien Parti populaire sera en concurrence avec la gauche, les Verts et les communistes, comme l’a annoncé vendredi soir son président Olivier Faure à l’issue d’un vote au conseil du parti près de Paris. Auparavant, il y avait eu des négociations difficiles avec le parti de gauche LFI, qui est arrivé troisième à l’élection présidentielle avec Jean-Luc Mélenchon et est actuellement la plus grande force de gauche.

La fusion du camp de gauche fragmenté est historique et pourrait être dangereuse pour Macron. Parce qu’il a besoin d’une majorité à l’Assemblée nationale pour mettre en œuvre ses plans. Même s’il dispose actuellement d’une solide majorité avec d’autres partis du centre et que le président élu a toujours remporté la majorité au parlement depuis 2002, la frustration et la déception de Macron face à son premier mandat risquent de lui coûter des voix. Le camp de gauche espère lui-même gagner la majorité avec son alliance Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES).

Le vote à la majorité nécessite des fusions

La fusion est importante car les petits partis ont peu de chance de gagner des circonscriptions simplement à cause du système de vote majoritaire. Si l’alliance remportait la majorité parlementaire, Macron serait effectivement contraint de nommer un Premier ministre parmi ses rangs. Selon les accords passés entre les partis de gauche, ce devrait alors être Mélenchon.

L’accord a été controversé parmi les socialistes. Ils ont eu un résultat historiquement médiocre à l’élection présidentielle. Contrairement aux anciennes alliances de partis de gauche, ils ne jouent plus désormais le premier rôle et ont dû faire quelques concessions au parti de Mélenchon, LFI, bien plus à gauche. L’accord avec eux stipulait, par exemple, que vous pouviez violer certaines règles de l’Union européenne afin de mettre en œuvre votre politique.

Le parti Macron s’appellera « Renaissance » à l’avenir

Pendant ce temps, le parti de Macron s’est donné une nouvelle couche de peinture : il s’appellera à l’avenir Renaissance. C’est ce qu’a annoncé le président du parti précédemment connu sous le nom de La République en marche (LREM), Stanislas Guerini. Il s’agit de renouveler et d’élargir le parti. Le parti utilisait déjà le nom Renaissance, c’est-à-dire renaissance, pour sa liste aux élections européennes de 2019. Macron a fondé LREM en 2016.

Le parti de Macron a également annoncé qu’il participerait aux élections générales de juin avec d’autres partis du centre tels que le MoDem et Horizons en tant qu’alliance « Ensemble ».

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.