France: manifestations contre le réservoir d’eau dans les Deux-Sèvres – politique

Le bilan du week-end est impressionnant : plusieurs milliers de manifestants, plus d’un millier de policiers, plusieurs dizaines de blessés. Pas mal d’effervescence pour la commune de 350 habitants de Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres, alors même que la manifestation qui y était prévue contre la construction d’une retenue d’eau avait en réalité été interdite par les autorités.

Le réservoir de Sainte-Soline fait partie d’un projet de 16 étangs que les agriculteurs utiliseront pour irriguer leurs champs lorsque les pluies ne se matérialisent pas – et ils le font souvent dans la région sèche. Les bassins sont des cratères ouverts recouverts de plastique et seront remplis jusqu’à 650 000 mètres cubes d’eau. Le coût du projet, en fait décidé de longue date, est estimé à 60 millions d’euros, dont l’essentiel est à financer sur de l’argent public.

Les agriculteurs qui ont uni leurs forces derrière le projet déclarent qu’ils doivent retirer 70 % d’eau souterraine en moins en été. A cet effet, l’eau doit être pompée dans les piscines en hiver. Les critiques se plaignent que l’eau est déjà rare même pendant les mois d’hiver et craignent que l’agriculture ne s’approprie l’eau dans la région sèche.

Par crainte d’émeutes violentes, les autorités avaient en effet interdit la manifestation de plusieurs organisations écologistes et syndicales prévue samedi. Néanmoins, selon les organisateurs, environ 7 000 personnes sont venues, selon les autorités environ 4 000. La préfecture de police a répondu par un déploiement de plus de 1 500 agents. Les manifestants ont tout de même réussi à se rendre sur le chantier. La police a fait usage de gaz lacrymogène et, selon les autorités, les militants ont utilisé, entre autres, des cocktails Molotov et des projectiles.

Les manifestations rappellent de mauvais souvenirs au gouvernement

Selon le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin, 61 policiers ont été blessés dans les émeutes. « Une grande partie de cette manifestation a été extrêmement violente », a déclaré Darmanin, comparant l’approche des militants à « l’écoterrorisme ». Le collectif « Bassines, non merci ! » (« Bassin d’eau, non merci ! »), qui avait largement organisé les manifestations, a dénombré une cinquantaine de blessés de la part des participants. « L’Etat a choisi de protéger les biens des individus tout en mettant en danger les militants », a déclaré le porte-parole du collectif Julien Le Guet. la chaîne de télévision BFM.

Les militants reçoivent le soutien de l’opposition de gauche. Les députés européens de l’extrême gauche La France Insoumise et les Verts français étaient présents aux manifestations ce week-end. L’ancien candidat vert à la présidentielle Yannick Jadot a cependant reçu un accueil modérément enthousiaste, avec des militants sifflant son discours et badigeonnant sa voiture du mot « Bazille »https://news.google.com/__i/rss/rd/articles / »WENN Si jamais on se concentre uniquement sur les différences, on n’a rien gagné », a déclaré Jadot par la suite dans une interview télévisée.

Le ministre de l’Intérieur Darmanin a annoncé ce week-end que plus de 1 000 agents resteraient en place pour empêcher les militants d’occuper définitivement la zone. Les manifestations réveillent apparemment de mauvais souvenirs au sein du gouvernement français : dans la commune de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, habitants et écologistes protestaient depuis près de dix ans contre la construction d’un aéroport, notamment en campant en permanence sur une partie du chantier. Région . En 2018, le gouvernement français a finalement abandonné le projet d’aéroport.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *