G20 à Rome : Alberto Fernández n’a pas réussi à débloquer les négociations avec le FMI et ses alliés européens attendent un signal de Biden

Alberto Fernández salue Kristalina Georgieva avant d’entamer un nouveau cycle de négociations avec le FMI à l’ambassade d’Argentine en Italie

(Envoyé spécial à Rome). Au pays de Federico Fellini, Alberto Fernández et Kristalina Georgieva ont parfaitement exécuté leur scénario politique pour masquer les différences économiques encore insurmontables et maintenir l’illusion d’atteindre une fin heureuse sans crise politique ni défaut économique.

Autres acteurs principaux, Angela Merkel et son successeur Olaf Scholz et Le premier ministre français Emmanuel MacronIls ont également apporté leur contribution à la scène tournée à Rome.

Et les cinq protagonistes derrière, prenant sa place dans l’histoire qu’il raconte la négociation hasardeuse entre l’Argentine et le FMI, Ils attendront le coup décisif que Joseph Biden exécutera depuis la Maison Blanche.

Alberto Fernández et Georgieva sont des hommes d’affaires qualifiés et se déplacent comme des professionnels des échecs. Chacun sait ce que l’autre fera, et tous deux supposent que le meilleur résultat serait un match nul. Dans ce jeu, il n’y aura ni gagnants ni perdants, car entre le versement de 44.000 millions de dollars que le FMI a accordé à Mauricio Macri et la stabilité institutionnelle d’un pays que les Etats-Unis protègent toujours au conseil régional sont en jeu.

Dans ce contexte, le président argentin et le directeur général du Fonds monétaire international ont dit le leur sans s’écarter de la lettre déjà assumée et écrite.

« Bonne rencontre avec le président Alberto Fernández. Nous convenons que nos équipes doivent travailler ensemble et identifier des politiques fortes pour relever les défis économiques importants de l’Argentine au profit du peuple argentin », Georgieva a exprimé.

« Bonne rencontre avec la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, avancer dans des négociations qui nous permettent de quitter la place socialement et économiquement insoutenable où le gouvernement qui m’a précédé a quitté notre chère Argentine. Négocier fermement, c’est regagner la souveraineté », a conclu Alberto Fernández.

Le scénariste tacite derrière est implacable : oblige les deux protagonistes de l’histoire -Alberto Fernández et Georgieva- à utiliser des formulation: « Bonne rencontre avec… ».

Alberto Fernández et Joseph Biden lors de la réunion informelle qu'ils ont tenue lors de la première session du G20 à Rome
Alberto Fernández et Joseph Biden lors de la réunion informelle qu’ils ont tenue lors de la première session du G20 à Rome

Outre les poses photographiques et les textes sur Twitter, les divergences entre l’Argentine et le FMI persistent. Alberto Fernández cherche un accord de facilités étendues sans ajustement. Georgieva répond qu’il n’est pas possible de refinancer 44.000 millions de dollars sans un programme qui limite les marges d’émission, mettre fin aux différences de taux de change, autoriser la remise des bénéfices au siège, réduire les subventions, mettre fin aux gels et libérer les stocks pour l’exportation.

Les différences sont insolubles, bien que les deux négociateurs utilisent le même concept : programme durable pour payer la dette extérieure. Alberto Fernández et Georgieva défendent avec rigueur leurs propres différences, mais font preuve d’une attitude louable : ils n’éclairent pas la prairie, ils gardent les ponts institutionnels bas et ils misent sur le dialogue pour diriger une négociation qui est déjà en difficulté.

Le système de pouvoir international reconnaît qu’Alberto Fernández cherche une solution pacifique à un conflit qui n’a pas encore dégénéré en une catégorie dystopique. Le président demande au FMI de réduire les surtaxes qui s’appliquent à la dette contractée par Macri avec l’accord de Donald Trump et les efforts administratifs de Christine Lagarde. Ces surtaxes impliquent pour l’Argentine un paiement supplémentaire de 1 000 millions de dollars par an.

Le Fonds utilise des surtaxes pour maintenir sa bureaucratie complexe huilée. Et aucun État membre majeur – les États-Unis, l’Allemagne, la France et le Japon – ne veut baisser ses pourcentages. Quoi de plus, le commissaire de bord travaille comme une punition pour le pays qui le subit, car cela indique que vous avez pris plus de crédit au-delà de votre capacité de partenaire.

Dans le cas de l’Argentine, Macri a assumé une dette qui impliquait 189% de plus qu’il ne pouvait accepter. Trump et Lagarde connaissaient cette équation, Et c’est pourquoi le président ne se lasse pas de répéter que le FMI doit aussi payer pour la fête qui a commencé en 2018 lorsque l’économie nationale a explosé en raison de la sécheresse et de la méfiance de Wall Street.

Alberto Fernández et Emmanuel Macron lors de leur rencontre au G20 à Rome
Alberto Fernández et Emmanuel Macron lors de leur rencontre au G20 à Rome

Dans ce contexte, Le G20 à travers son communiqué final accordera au président un geste diplomatique pour son insistance à réduire les surtaxes. La notice –j’ai communiqué dans le jargon diplomatique – comprendra un paragraphe exhortant le FMI à réduire les pourcentages de surtaxes qui s’appliquent aux pays dont les crédits sont accordés au-delà de leurs capacités financières et économiques.

La reconnaissance a une valeur politique, mais elle n’est pas utile lors de la conclusion d’un accord avec le FMI. Les Etats-Unis et le Japon, indispensables pour garantir un prêt Extended Facilities en faveur du pays, ne s’entendent pas pour baisser les surtaxes. Et la France et l’Allemagne, qu’Alberto Fernández compte comme partenaires dans sa bataille, ont opté pour le silence ou un verba diplomatique sophistiqué.

C’est-à-dire : Merkel, son successeur Scholz et Macron ont soutenu le paragraphe reconnaissant la croisade présidentielle. Mais ils ont esquivé la fente lorsqu’on leur a demandé ou suggéré lors du sommet du G20 à Rome, s’ils votaient pour réduire les surtaxes au conseil d’administration du FMI.

-Au cours de la réunion avec le président, Merkel et Scholz ont anticipé comment ils voteraient sur les agents de bord lors d’une éventuelle réunion du conseil d’administration du FMI ? -, je demande Infobae au chancelier Santiago Cafiero.

-Ils ne nous ont pas dit comment ils voteraient-, répondit Cafiero.

-Et qu’en a dit Macron ? -, Infobae a insisté.

-Macron nous a dit qu’il soutiendrait la réduction des surtaxes imposées par le FMI aux pays débiteurs-le chancelier s’avança.

-Est-ce un soutien au G20 ou au conseil d’administration du FMI ?

-Le soutien est dans le G20. Ils n’avaient pas prévu ce qu’ils feraient à la réunion du conseil de décembre, Caféier fermé.

L’Argentine a des chances minimes d’obtenir la réduction des surtaxes.

Les pays les plus puissants du système international savent que le communiqué du G20 n’est pas imposable-les États sont souverains-, et qu’en fin de compte tout doit être résolu dans la négociation menée par Alberto Fernández et Kristalina Georgieva.

La clé de l’accord appartient à Biden. Le président des Etats-Unis sait que l’Argentine ne peut pas faire face aux prochaines échéances de capital -18 000 millions de dollars en 2022- et qu’Alberto Fernández est prêt à honorer les dettes auprès du FMI quel que soit son discours de campagne.

Biden est la clé, mais la Casa Rosada n’influence pas sa prise de décision. Georgieva a insisté hier à Rome pour que l’Argentine présente un programme durable. Et le Président, fermant la boucle, a confirmé que ce programme ne peut impliquer un plan d’ajustement. C’était un jeu à somme nulle. Cours et ressources.

Fellini aimait cette phrase de Giambattista Vico, qui a expliqué un jour que l’histoire ne progresse pas de manière linéaire -porté par le progrès-, mais sous forme de cycles répétitifs.

Dans quelques mois on saura si Alberto Fernández et Georgieva ont été engloutis par un nouveau cycle, ou ils avaient la capacité politique d’unir leurs forces pour empêcher l’Argentine d’une nouvelle crise économique.

CONTINUE DE LIRE:

Alberto Fernández s’est exprimé après la rencontre avec Kristalina Georgieva : « C’était une bonne rencontre pour faire avancer les négociations » avec le FMI
Mauricio Macri : « Si on gagnait les élections, avant le 10 décembre on aurait réglé la dette avec le Fonds »

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.