Gauche universitaire – 29/10/2021 – Demetrius Magnoli

Le conseil municipal de New York a retiré la statue de Thomas Jefferson de ses locaux, au motif que le principal auteur de la Déclaration d’indépendance était un propriétaire d’esclaves – comme, en fait, 5 des 7 « pères fondateurs ». L’interdiction découle de la pression du groupe de législateurs noirs et latinos, qui appartiennent au Parti démocrate. L’exil de Jefferson explique la force politique de Trump.

Le magazine The Economist (27 octobre) a publié un graphique construit par Gethin et al. qui synthétise l’évolution des modes de vote selon le niveau d’éducation des électeurs entre 1950 et 2010.

Dans 5 des 6 démocraties analysées (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, France et Nouvelle-Zélande), il existe une tendance historique implacable : le déplacement à gauche des plus éduqués et un déplacement symétrique des moins éduqués. Le Canada fait figure d’exception partielle à la règle, mais uniquement parce que sa gauche a toujours eu des assises solides dans la classe moyenne urbaine.

Dans le passé, entre les années 1950 et 1970, les partis de gauche et de centre-gauche contrôlaient principalement le vote de la population moins instruite, c’est-à-dire la classe ouvrière.

D’un autre côté, les partis de centre-droit et de droite ont largement gagné parmi les couches les plus instruites, c’est-à-dire la classe moyenne et l’élite. La tendance s’est inversée dans les années 1990 et continue de s’inverser en courbe abrupte : le diplôme universitaire est devenu le plus grand indicateur statistique du vote à gauche.

Marx se retourne sans relâche dans sa tombe. Actuellement, les partis de gauche représentent les classes moyennes urbaines, éduquées et cosmopolites, tandis que les partis de droite sont basés sur les travailleurs, la classe moyenne inférieure et les petites villes. Le phénomène se produit, quelque peu atténué, même au Royaume-Uni, où le Parti travailliste est le miroir des organisations syndicales.

Je soupçonne que la racine du renversement réside dans la réponse de la gauche à la chute du mur de Berlin. Face à l’avancée des politiques économiques libérales, les partis de gauche ont fui le champ de bataille central, se retranchant à ses marges, dans les agendas identitaires et de valeurs.

Aux États-Unis, les démocrates se sont redéfinis comme un parti des minorités et ont adopté des lignes directrices identitaires issues du milieu universitaire. En Europe, les sociaux-démocrates et leurs concurrents les plus à gauche se sont concentrés sur des questions telles que les droits des femmes, la communauté LGBT et les immigrés. Les courants populistes de droite ont saisi l’occasion historique, misant sur les doléances des « orphelins de la mondialisation ».

La gauche voit la politique à travers le prisme de ses nouveaux dogmes – et, dans cette étape, s’avère incapable de déchiffrer ses défaites.

Trump n’a pas gagné pour avoir chanté l’hymne « God, Guns, Gays » mais pour avoir trompé les blancs sans éducation avec la berceuse du nationalisme économique.

La droite nationaliste européenne ne se nourrit pas d’une prétendue haine atavique des étrangers, mais du faux rapport entre immigration et chômage. « C’est l’économie, idiot ! » : le populisme de droite a occupé des citadelles désertes, abandonnées par une gauche qui a décidé de s’enfermer dans un ghetto, dialoguant exclusivement au sein de bulles culturelles.

Le Brésil ne correspond pas au graphique des déplacements électoraux. Le PT a résisté aux intempéries car, contrairement au PSOL, il n’a adopté les consignes identitaires qu’en accessoire secondaire, utilisé les jours de fête.

Sous la houlette de Lula, il persiste dans le discours du Protecteur de l’Etat, s’en tenant aux standards du populisme économique. Le lulopetismo n’avouera jamais, mais il sait que la défaite de 2018 est due à la récession causée par le gouvernement Dilma, et non à la « guerre culturelle » primitive déclenchée par l’Olavo-Bolsonarismo.

Les démocrates ont exilé la statue de Jefferson. Le PT s’agenouille devant la statue de Vargas.

LIEN PRÉSENT : Vous avez aimé ce texte ? L’abonné peut libérer cinq hits gratuits de n’importe quel lien par jour. Cliquez simplement sur le F bleu ci-dessous.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.