Glaces, 100 marques retirées en France : des traces d’oxyde d’éthylène retrouvées

En France, plus de 100 marques de glaces ont été retirées, dans lesquelles ont été retrouvées des traces d’un produit dangereux considéré comme cancérigène, l’oxyde d’éthylène.

En cette période de canicule, les ventes de glaces augmentent dans La France. Malheureusement, cependant, les rapports faisant état d’un taux trop élevé de oxyde d’éthylène: C’est ainsi que l’alarme a été donnée dans toute l’Europe.

Coupes, biscuits, glaces en barquettes, bâtonnets, sorbets et parfaits, grandes et petites marques, ont été enregistrés sur 7 000 réclamations, pour un total d’environ 100 étapes des glaces retirées des rayons français : elles contiennent des taux d’oxyde d’éthylène, produit extrêmement dangereux, supérieurs aux normes en vigueur dans le pays. Celui-ci était utilisé pour « désinfecter les surfaces ou comme pesticide, mais il est interdit en Europe depuis 2011 car il est classé comme cancérigène», expliquait la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la lutte contre les fraudes (DGCCRF) en avril dernier.

Déjà l’année dernière, une alarme similaire avait été déclenchée concernant les graines de sésame d’Inde, toujours contaminée par cette substance. De nombreux produits ont été retirés non seulement en France, mais aussi en Italie, par précaution car ils sont potentiellement dangereux.

Cette fois ce n’est pas la faute du sésame, cependant, le coupable semble être là farine de caroube ouais la gomme de guar, utilisé pour améliorer la texture de crème glacée.

Dans un communiqué de presse publié par le gouvernement français, la longue liste des produits incriminés a été publiée, qui est mise à jour périodiquement. « Des investigations sont actuellement en cours en collaboration avec la Commission européenne pour identifier l’origine de cette contamination», précisent les autorités sur leur site internet. « Nous demandons aux importateurs et producteurs de Ingrédients européens renforcer la maîtrise de soi afin de s’assurer que les ingrédients et produits qu’ils commercialisent sont conformes à la réglementation européenne« .

Les soupçons portent principalement sur les ingrédients ou la matière première provenant toujoursInde, mais pour l’instant l’origine et la destination de ces produits sont encore contrôlées : beaucoup, en effet, dénoncent l’absence de mesures pour empêcher ces aliments contaminés d’atteindre le sol européen, comme le sénateur Les Républicains Laurent Duplomb. Dans un rapport d’information de février 2021, il dénonce des contrôles alimentaires insuffisants, exhortant les autorités à sortir de leur « naïveté », étant donné que seul un tiers des substances interdites au niveau européen passent par le contrôle de laboratoires officiels.

[Fonte: Ouest-France]

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.