Il a créé « le petit Nick » : le dessinateur et caricaturiste Sempé est mort

Il a créé le « petit Nick »
Le dessinateur et caricaturiste Sempé est mort

Jean-Jacques Sempé illustre des contes depuis plus de 60 ans. Son plus connu est « Little Nick », qu’il a conçu avec l’auteur d' »Astérix » René Goscinny. La série sur l’enfance en France dans les années 1950 devient un succès planétaire. Maintenant, Sempé est mort – peu de temps avant son 90e anniversaire.

L’artiste français Jean-Jacques Sempé est mort. Sempé est décédé « paisiblement » jeudi soir à l’âge de 89 ans dans son lieu de villégiature, « entouré de sa femme et d’amis proches », a indiqué le biographe et ami de Sempé, Marc Lecarpentier.

Sempé s’est fait connaître internationalement notamment pour ses illustrations dans la série « Little Nick », sur une enfance en France dans les années 1950. Le personnage du petit garçon a été inventé par Sempé et l’auteur « Astérix » René Goscinny. Le premier article paraît le 29 mars 1959 dans le journal régional « Sud-Ouest Dimanche ». En six ans, plus de 200 épisodes ont été publiés sur Nick, son ami toujours affamé Otto, le nerd à lunettes Adalbert et Franz qui était prêt à être battu. Ils sont ensuite apparus sous forme de livres et ont été traduits en 30 langues.

Sempé était l’un des dessinateurs et caricaturistes les plus importants de France. Une carrière dont n’importe qui d’autre serait terriblement fier. Ce n’est pas le cas de Sempé, considéré comme timide et modeste. Il essaie de créer des dessins humoristiques depuis 60 ans. Malheureusement, il n’a pas encore atteint l’objectif, a déclaré l’artiste, qui aurait eu 90 ans la semaine prochaine, dans une interview. C’est pourquoi le Français, avec les œuvres duquel plusieurs générations ont grandi, a continué inlassablement à raconter et à illustrer.

Ce n’est que fin 2020 qu’il publie un nouveau livre illustré, « Garder le cap ». Il s’y présente comme un observateur incomparable de notre temps. Il a choisi ce titre parce que chacun doit avoir un objectif – qu’il soit boulanger ou chercheur, a-t-il poursuivi dans une interview au journal régional « L’Alsace ». Le sien était clair : il voulait faire rire et sourire les gens avec des histoires sur nos petites et grandes erreurs.

Le style de Sempé était indubitable. Gai ou mélancolique, en couleur ou en noir et blanc, avec ou sans légende : ses illustrations rendent visible le quotidien avec beaucoup de poésie. Sous son regard doux et moqueur, couples bourgeois, cadres supérieurs et petites gens démasquent leurs interrogations existentielles ancrées dans la banalité du quotidien. Les petites personnes dans des canyons de rue surdimensionnés font partie de ses motifs préférés. Ils semblent donc souvent perdus.

« Observateur compatissant de la comédie humaine »

Face à ses protagonistes, Sempé s’est toujours montré indulgent. Il les a dessinés avec une ligne amoureusement ironique. Les montrer dans des situations ridicules n’est pas amusant pour lui, comme il l’a dit un jour. Il était donc aussi décrit comme un « observateur miséricordieux des comédies humaines ».

Sempé est né à Pessac près de Bordeaux en 1932. Son enfance est plutôt oppressante. Des problèmes d’argent constants et une mère qui se disputait avec son beau-père, qui était épicier et rentrait souvent ivre à la maison. Les jours d’école étaient tout aussi sombres. Il a été expulsé de l’école pour avoir été méchant. A 18 ans il part pour Paris, où il se débrouille plus ou moins comme livreur de vins à vélo ou comme garçon de bureau, avant de se tourner vers le dessin pour gagner sa vie en 1950 – d’abord comme caricaturiste pour divers médias comme  » Paris Match » et le magazine américain « The New Yorker ».

En 1954, il rencontre René Goscinny. La rencontre avec l’auteur de bande dessinée et co-inventeur de l’indomptable Gaulois Astérix, mort en 1977, a été déterminante. Ensemble, ils créent « Little Nick », avec qui Sempé s’est rendu immortel.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *