Inquiétude des diplomates européens à Buenos Aires sur l’éventuelle location de logiciels russes pour contrôler les élections

Cristina Caamaño, inspectrice de l’AFI

Deux délégations de différents organismes publics se sont rendues à Moscou, la capitale de la Russie, le mois dernier. Au cours de la dernière semaine de septembre dernier, l’inspecteur de l’Agence fédérale de renseignement (AFI) Cristina Caamaño eu des réunions avec la direction des agences de renseignement du pays gouverné par Vladimir Poutine. Pendant ce temps, il y a deux semaines, le secrétaire aux relations étrangères et vice-chancelier virtuel Pablo Tettamanti rencontré son homologue russe Sergueï Riabkov.

Les deux visites ont attiré l’attention à la fois dans la communauté du renseignement et dans plusieurs ambassades de pays européens en Argentine qui ont mis en garde les acteurs politiques locaux contre la possibilité d’importer de Russie Logiciel destiné au traitement des données électorales pour les élections de 2023.

Les avertissements arrivés par la voie diplomatique à Buenos Aires ont été diffusés ce week-end lors d’une réunion entre les délégués européens. On s’inquiète – selon les sources – d’une éventuelle embauche d’entreprises liées au Kremlin pour la fourniture d’un support informatique en vue des prochaines élections présidentielles, car Ces derniers temps, les manœuvres menées depuis la Russie dans différents processus électoraux ont été récurrentes.

L’inquiétude exprimée par les diplomates étrangers à Buenos Aires est étayée par les événements révélés ces dernières années qui expliquent l’ingérence russe dans les campagnes clés en Europe. Par exemple, la France avait dénoncé en 2017 la cyber-ingérence de groupes liés à Moscou lors des élections de cette année-là.

De son côté, en juillet de l’année dernière, le parlement britannique a présenté un rapport de renseignement indiquant que des interférences informatiques avaient été détectées lors du référendum de 2016 au cours duquel le Brexit avait été décidé.

Plus loin dans le calendrier, vers la fin septembre, lors des dernières élections tenues en Allemagne, l’Union européenne avait mis en garde contre la possibilité que Moscou cherche à influencer les résultats. « Des pirates informatiques ont tenté de voler des données et d’accéder aux comptes personnels de responsables, politiciens, journalistes et militants, avait-il déclaré. Josep Borrell, Haut représentant de l’Union européenne pour les relations extérieures et la politique de sécurité, dans les jours précédant les élections au cours desquelles il a été décidé de remplacer Angela Merkel. Avait lié ces attaques avec le groupe de piratage Ghostwriter, qui, selon les autorités allemandes, est associé au service de renseignement militaire russe GRU.

Des experts en politique internationale ont dénoncé qu’avec l’intention de favoriser des dirigeants et des partis plus proches des intérêts de Moscou dans le monde, influencer les élections à travers leurs « armées » de pirates informatiques, robots et les trolls, en plus des logiciels destinés à manipuler les bases de données des électeurs.

Les avertissements sont arrivés à Buenos Aires pour les réunions de responsables argentins à Moscou, quelques jours après que 45 pays, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Canada, aient demandé à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), basé à La Haye pour la Russie pour répondre à l’attaque d’agent neurotoxique Novichok contre l’adversaire de Poutine, Alexeï Navalny, qui est détenu dans une prison à la périphérie de Moscou. Navalny a été empêché de participer aux dernières élections et reste en détention pour sa confrontation avec le Kremlin.

Tettamanti avait été ambassadeur d’Argentine à Moscou entre 2014 et 2016 et entretient de bonnes relations avec le gouvernement dirigé par Vladimir Poutine. Infobae essayé de consulter le vice-chancelier au sujet de son voyage en Russie par le biais de la presse du ministère des Affaires étrangères qui mène Santiago Caféiero, mais jusqu’à hier à 22, aucune réponse n’avait été reçue.

Hier après-midi, Infobae contacté des collaborateurs de Caamaño. Il leur a été demandé de connaître les raisons du déplacement du contrôleur de l’AFI à Moscou. De cette agence, ils ont déclaré qu’au cours de la dernière semaine de septembre, il y avait eu des réunions avec les autorités du Service fédéral de sécurité russe (FSB). Ils ont également affirmé que les réunions discutaient de questions inscrites à l’ordre du jour des agences de renseignement et que les réunions en face à face avaient repris après la pandémie de coronavirus. Ils ont également fait savoir qu’il y avait eu récemment des réunions similaires avec quatre pays d’Amérique latine et deux d’Europe occidentale. Le contenu des réunions est tenu secret.

Caamano s’était rendu à Moscou accompagné de deux agents de haut rang de l’AFI : l’un de la zone étrangère et l’autre de la zone de contre-espionnage. C’est lors de son séjour en Russie que Caamaño a appris l’incident au cours duquel trois agents de l’AFI ont été découverts alors qu’ils effectuaient des missions de surveillance sur un employé de l’ambassade d’Iran à Buenos Aires.

CONTINUE DE LIRE

L’Union européenne a mis en garde contre les cyberactivités russes
Ils ont identifié trois agents de l’AFI en suivant un employé de l’ambassade d’Iran

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.