Intégration des enfants migrants en France

« J’habite à Paris maintenant, donc tout est possible », s’amuse le jeune Afghan. Comme chaque année, des milliers d’enfants sont venus seuls en France, seuls. Selon la loi, tous les enfants ont droit à une protection, quelle que soit leur origine. Cependant, il est difficile pour les jeunes migrants de convaincre les autorités qu’ils sont vraiment des enfants. En attendant, ils n’ont aucune protection et doivent compter sur eux-mêmes.

Murs collés avec des images colorées et des autocollants, groupe d’adultes souriants. Plusieurs garçons sont assis sur le canapé, regardant les téléphones. Plutôt qu’un centre médical et juridique, il ressemble au centre de jour MSF de Parisien académie de Pantin.

Entre 50 et 70 personnes s’y arrêtent chaque jour, dont la plupart ont un rendez-vous. Le centre emploie un avocat, un psychologue, des ambulanciers et des interprètes, car tous les enfants qui fuient à Paris ne parlent pas français.

Le centre pour enfants ressemble à une école, chaque mur est en quelque sorte peint ou décoré. | Photo : Dominika Perlinova

« C’est sur le papier La France très adapté aux enfants, car selon la loi ce sont d’abord des enfants puis des migrants », explique Matthieu Tardis de l’Institut français des relations internationales (IFRI). Dans la réalité pourtant, les mineurs isolés ne sont souvent pas dignes de confiance des autorités et ont du mal à le prouver. .

« La plupart des mineurs qui viennent seuls en France ont 16 ou 17 ans. Il est donc très difficile de dire s’ils ne sont plus majeurs », explique Ysé El Bouhali, qui travaille depuis plusieurs années auprès des migrants en tant que bénévole pour l’ONG Amnesty International.

Entretien et test osseux

Médecins Sans Frontières fait partie des associations d’aide aux enfants en qui les autorités ne font pas confiance. Détermination de l’âge parce que cela prend très peu de temps, les migrants doivent présenter des documents qu’ils n’ont souvent pas, parfois les autorités ne leur font pas confiance pour être authentiques, ils décrivent des organisations à but non lucratif.

Dans le cadre de la détermination de l’âge, il y a aussi un entretien, souvent sans interprète, au cours duquel l’enfant doit expliquer en quelques dizaines de minutes d’où il vient, où il est allé, s’il est allé à l’école, etc. Parfois, les autorités utilisent également des tests osseux, mais ceux-ci sont relativement imprécis et peuvent être confondus avec 18 mois.

Migrations en Europe

Lesbos, Grèce, mars 2020, réfugiés, migrants, camp, migration, Turquie

Photo : Reuters

Six ans après le pic de la crise des réfugiés, la migration reste un enjeu politique et social important, avec des réfugiés d’Afrique et du Moyen-Orient se dirigeant notamment vers l’Europe occidentale, et des États cherchant des moyens de l’intégrer dans la société. Deník Aktuálně.cz en coopération avec l’organisation Atlas du monde d’aujourd’hui a préparé une série de rapports et de graphiques consacrés à l’intégration des étrangers dans trois pays d’Europe occidentale.

Nous avons déjà publié :

« Il n’y a pas de méthode scientifique pour déterminer si quelqu’un est encore un enfant. Et c’est un gros problème », explique Mélanie Kerloch, psychologue en chef au centre pour enfants. « C’est un processus très insensible. Vous vous confiez à quelqu’un toute votre vie. Avec tout ce que vous avez rencontré de terrible, et ils finissent par dire que vous êtes un menteur », ajoute-t-il.

Dans le même temps, les enfants ne comprennent souvent pas exactement ce qu’il faut expliquer, et les différences culturelles peuvent également être un problème. « On vit dans une société qui écrit tout et a une idée bien précise du temps. Mais ce sont des enfants qui ne vont peut-être même pas à l’école et ne perçoivent pas le temps autant que nous », explique Nadia Sebtaoui, la directrice du centre. coordinateur de projet.

Les migrants peuvent faire appel de la décision des autorités et demander une audience devant un juge qui réexaminera leur âge. Cependant, cela prend plusieurs mois et pendant ce temps, ils n’ont aucune protection juridique. Bien que des organisations à but non lucratif offrent un refuge aux enfants, elles disposent d’un nombre limité de places. Les foyers pour adultes, en revanche, ne veulent pas les accepter car les migrants se disent mineurs. Ce n’est donc pas une exception que des enfants se retrouvent dans la rue.

Traumatisme secondaire

La grande majorité des mineurs migrants se dirigeant vers la France sont des adolescents, dont une faible proportion de filles, principalement originaires de Côte d’Ivoire, d’Afrique. Les filles ont souvent des expériences encore pires que les garçons. C’est une des raisons pour lesquelles ils se font aider en priorité dans les centres.

L’un d’eux est une jeune fille qui a quitté la Côte d’Ivoire à l’âge de 12 ans. Au Maroc, elle a travaillé pendant plus de deux ans comme esclave dans un ménage. Elle les nettoyait et les servait sans être payée pour cela. L’un des membres de la famille l’a également violée. Finalement, elle a fui vers le nord du pays et a tenté de se rendre en Espagne. Mais même là, elle a été violée alors qu’elle attendait dans les bois l’occasion de traverser la frontière. Quand elle est arrivée en Europe, elle est allée en France parce qu’elle parlait français. A Paris, cependant, ils ne pensaient pas qu’elle était mineure car elle n’avait aucun document avec elle.

En mauvais état, elle a été confiée aux soins de MSF, qui l’a envoyée à l’hôpital pour examen. « Elle est venue au centre et s’est tenue dans le hall, tenant un papier de l’hôpital à la main. Quand elle m’a vu, elle s’est juste effondrée au sol », a déclaré Sebtaoui. L’hôpital a dit à la jeune fille qu’elle était enceinte.

« Nous lui avons parlé, mais elle n’a rien remarqué du tout, elle était comme en transe. Elle revivait probablement ce qui lui était arrivé dans une forêt au nord du Maroc », a-t-il ajouté. Par conséquent, elle a immédiatement reçu une aide psychologique et psychiatrique, elle a subi un avortement et le centre l’a aidée à obtenir ses papiers. Elle attend une audience du tribunal depuis plusieurs mois maintenant, où elle confirmera qu’elle est toujours une enfant.

Nadia Sebtaouiová, coordinatrice du projet du centre de jour de Médecins Sans Frontières.

Nadia Sebtaouiová, coordinatrice du projet du centre de jour de Médecins Sans Frontières. | Photo : Dominika Perlinova

Le psychologue explique que l’incertitude dans laquelle se trouvent les enfants après leur arrivée au pays est énorme. Ils ne savent pas ce qui va leur arriver, s’ils pourront rester en France ou à quelles conditions. Ils n’ont nulle part où vivre et seuls certains obtiendront une forme de soutien.

« Beaucoup de mineurs en route vers l’Europe ont failli mourir plusieurs fois, ont subi des violences et la faim ou ont vu quelqu’un mourir, mais ils arrivent quand même ici dans un état relativement bon. du centre pour enfants Mélanie Kerlochová.

Le problème du financement

La plupart des enfants aidés par Médecins Sans Frontières se rétablissent et se préparent au procès finissent par réussir et sont autorisés à rester en France. Cependant, les experts conviennent qu’il existe d’énormes différences régionales dans le processus.

Alors que les migrants sont pris en charge par l’État en France, les enfants, y compris les enfants migrants non accompagnés, sont sous la responsabilité de services individuels. Ils déterminent l’âge selon d’autres règles. Ainsi, une région peut déclarer les enfants adultes, mais une autre reconnaîtra leur minorité.

Par ailleurs, le nombre d’enfants migrants à destination de la France est en augmentation. Il n’y a pratiquement pas de nombre exact de migrants demandant la reconnaissance des mineurs. Cependant, la France enregistre des données sur le nombre d’entre eux qui finiront par réussir avec l’application. Alors qu’en 2016, la France a adopté plus de huit mille enfants non accompagnés, un an plus tard, ils étaient deux fois plus nombreux.

Selon Matthieu Tardis de l’Institut français des relations internationales, le débat reprend dans le pays après de nombreuses années pour savoir si les mineurs migrants non accompagnés sont réellement en danger. Les départements veulent que l’État les dédommage pour s’occuper d’eux. Si un enfant réussit à postuler pour un mineur, il ou elle vit dans un orphelinat jusqu’à l’âge de 18 ans, fréquente l’école et est pris en charge.

Enfants adultes

D’après l’expérience des humanitaires, les enfants qui restent dans le pays apprennent généralement le français très rapidement, s’ils n’en ont pas parlé auparavant. Après de nombreuses années sur la route, ils gagnent en sécurité.

Cependant, pour rester en France après avoir atteint l’âge adulte, ils doivent demander une carte de séjour. Le moyen le plus simple pour l’obtenir est de passer par une formation professionnelle, qui consiste à choisir un métier manuel, à partir étudier et à se préparer aux examens afin qu’ils puissent commencer à gagner leur vie par eux-mêmes le plus tôt possible.

Les migrants deviennent ainsi mécaniciens, artisans, plombiers ou encore boulangers. Tardis se moque du fait que les croissants traditionnels français sont aujourd’hui principalement fabriqués par des étrangers. Les jeunes Français ne sont pas tellement intéressés par des emplois similaires.

« La plupart des apprentis réussissent très bien. Ils ont tendance à être populaires. Les migrants ont une expérience difficile, sont plus avancés et plus expérimentés », déclare Ysé El Bouhali, bénévole d’Amnesty International.

Selon elle, le principal problème réside dans les préjugés que certains employeurs ont à leur égard. S’ils les surmontent, alors pour la plupart leur intégration dans la société se passe déjà bien, dit Bouhali.

Abdoul Ha, directeur de l’Institut d’histoire de l’université d’Évry, affirme que les mineurs isolés appartiennent au groupe de migrants les plus habitués à vivre en France. C’est précisément parce que les autorités les intégreront rapidement dans la vie quotidienne grâce à l’école et au travail.

Le texte a été créé avec le soutien financier Fondation des variétés une Institut d’ethnologie de l’Académie des sciences de la République tchèque (Stratégie AV21 « Société en mouvement et politiques publiques »).

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.