Itamaraty tente d’empêcher l’influence du portefeuille à la COP26 – 11/09/2021

Après près de trois ans de déni, le gouvernement brésilien a choisi de céder sur les questions climatiques. Malgré les données manipulées et la désinformation même sur les engagements pris, le nouveau discours n’a eu lieu qu’après qu’une partie d’Itamaraty ait réussi à convaincre la poche du gouvernement que le maintien d’une posture intransigeante signifierait la perte de contrats, d’exportations et, finalement, de soutenir le secteur agricole.

Mais le processus a été marqué par des différends internes et des manœuvres entre les différents organes gouvernementaux. Dans le même temps, Itamaraty a gardé le contrôle des négociations, plaçant le ministère de l’Environnement dans une position plus discrète. Cela inclut même de neutraliser le chef de portefeuille, Joaquim Leite, des sujets plus techniques de la négociation.

Ces derniers jours, le gouvernement brésilien a multiplié les publicités lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, à Glasgow. Le pays se joindra à un effort pour réduire la déforestation et réduire les émissions de CO2 et de méthane. Ecologistes, députés de l’opposition et scientifiques préviennent que les promesses ne correspondent pas à la réalité de la politique environnementale du pays et que l’effort s’inscrit dans une opération de séduction pour éviter l’isolement diplomatique international.

Pourtant, les négociateurs révèlent que la manœuvre pour parvenir à une transformation du gouvernement, du moins dans le récit, a été travaillée dans les coulisses ces dernières semaines grâce à un processus peu orthodoxe. Le cœur de l’argument n’était pas de sauver la planète. Mais les exportations brésiliennes le sont.

Ce que les négociateurs ont tenté de montrer, c’est que, sans nouvelle posture, le pays commencerait à souffrir des barrières commerciales, de la non-ratification des accords de libre-échange et du risque de boycott par les chaînes de supermarchés. Les paquets en discussion en Europe évaluent encore la possibilité d’augmenter les tarifs pour les produits liés à la déforestation récente.

La logique présentée à l’aile la plus dure du pocketnarismo était claire : sans une nouvelle posture, les exportations agricoles en souffriront et, par conséquent, le gouvernement risque de perdre le soutien des éleveurs et des producteurs agricoles. L’impact en 2022, année électorale, pourrait être négatif.

La promesse interne est donc qu’une nouvelle posture du Brésil serait applaudie par les partenaires commerciaux et rouvrirait les portes. Les membres de la délégation brésilienne ont en effet révélé comment les récentes réunions avec le gouvernement allemand montrent que Berlin souhaite la ratification du traité commercial entre le Mercosur et l’UE, mais ont imploré les Brésiliens de faire des signaux positifs pour démanteler la résistance en Europe à un rapprochement avec le Brésil.

Selon les Allemands, il serait aujourd’hui « politiquement impossible » de parvenir à un accord avec le gouvernement Bolsonaro.

Dans une interview à UOL, la sénatrice Katia Abreu a admis que le Brésil a perdu entre cinq et dix ans en termes de gains avec les exportations vers l’Europe en raison de la position du gouvernement au cours des deux premières années, refusant d’adopter une politique environnementale plus constructive.

Délégation sous tension

Mais, reflet du gouvernement Bolsonaro, la délégation nationale à Glasgow a également été la cible de désaccords internes. Pour certains, l’atmosphère au sein de la délégation brésilienne reflète le ton conflictuel de Bolsonaro. Les négociateurs admettent que, parmi les membres du groupe qui représente le Brésil à Glasgow, la relation n’est pas toujours une relation de cohérence et de coordination. L’une des plaintes les plus fréquentes concerne la façon dont les décisions sont prises sans une large consultation, même pas au sein du gouvernement.

Si le gouvernement dispose à Itamaraty de techniciens reconnus internationalement et de négociateurs expérimentés, le reste de l’équipe n’agit pas toujours de la même manière. Dans de nombreux cas, les positions sont prises sur la base d’orientations politiques liées aux groupes les plus radicaux du gouvernement.

Un autre défi est l’expérience limitée du ministre de l’Environnement Joaquim Leite. A partir d’aujourd’hui, le processus de négociation à Glasgow devrait être dirigé par les ministres. Mais certains membres du gouvernement craignent un ministre brésilien « effrayé » et pressé par la réaction de l’aile nariste de poche.

Des diplomates expérimentés à Brasilia se souviennent encore que la réalité du Brésil à Glasgow est différente de ce qui s’est passé dans le pays à d’autres époques, lorsque les différents ministres brésiliens étaient également les négociateurs eux-mêmes.

En 2015, le gouvernement français qui accueillerait le sommet de Paris s’est rendu à Brasilia pour demander au Brésil d’assumer la présidence du groupe le plus complexe des négociations.

Le résultat a été la mise en place de la direction de la ministre de l’époque Isabela Teixeira, qui a assumé un rôle central dans le débat de l’ONU. Ses secrétaires, toutes titulaires d’un doctorat, ont fini par occuper des postes internationaux.

Les négociateurs qui travaillaient à l’époque rappellent à quel point la politique environnementale était considérée comme stratégique pour la politique étrangère nationale et, par conséquent, l’action conjointe d’Itamaraty et du ministère de l’Environnement était permanente.

Le Brésil perd le rôle principal

La position brésilienne de résistance à un accord ces dernières années empêchait encore le pays d’assumer une tâche qui revenait traditionnellement à Itamaraty : celle de créer des ponts pour négocier les points les plus sensibles du processus.

Ce lundi, dans un effort pour surmonter les impasses dans les négociations, le président de la Conférence, Alok Sharma, a nommé des ministres pour diriger les processus et rechercher le consensus.

Ce rôle incombera aux ministres de l’Espagne, du Costa Rica, des Maldives, du Danemark, de la Suisse, de la Jamaïque, de l’Égypte, de la Suède et d’autres. Le Brésil, qui pendant des années a servi d’interlocuteur, a été laissé de côté.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.