« Je suis Peter Pan, mais aussi Oncle Fester, Hulk, Sherlock Holmes et Wonder Woman »

Notre ombre essaie toujours de nous garder les pieds sur terre. Même celui de Arturo Brachetti. L’éternel Peter Pan pourra-t-il à nouveau voler avec l’imagination ? Brachetti revient au théâtre avec «Solo» : une reprise du spectacle qui l’a rendu célèbre dans le monde entier. Quatre saisons réussies, presque 400 répliques épuisées, « Solo » reprend son chemin et commence par une avant-première à Asti, après une semaine de répétitions au Théâtre Alfieri. « C’est maintenant un cheval de bataille de ma vie, l’un des deux plus beaux spectacles que j’ai jamais fait – dit Brachetti – C’est un spectacle dans sa cinquième année de vie et désormais international, avec des saisons dans toute l’Europe, présenté à Paris et en France, en Suisse, Belgique et Angleterre. 90 minutes de divertissement, une balade sans entracte, avec des surprises toutes les 30 secondes, voire moins ».

Le protagoniste est le transformisme, cet art qui a rendu Brachetti célèbre dans le monde entier et qui règne ici en maître avec plus de 60 personnages, dont beaucoup créés spécialement pour ce spectacle, qui apparaîtront sur scène à un rythme rapide. «  » Solo  » – Brachetti anticipe – commence par dix minutes de rafales de transformations, je joue tous les personnages de la série télévisée, Hulk, Batman, la Dame en jaune, la Maison de papier, Star Wars, Uncle Fester, Sherlock Holmes, Ghostbusters , Wonder Woman… Après ce « plan » ça ralentit et le public se met à suivre l’histoire ». Cela devient ainsi un voyage dans l’histoire artistique de Brachetti qui ouvre les portes de sa maison faite de souvenirs et de fantasmes : « L’histoire tourne autour d’une maison de poupée – poursuit-il – en entrant avec une caméra, je découvre des thèmes, pièce après pièce ». Une maison secrète, sans présent, passé et futur, dans laquelle les rêves et les désirs sont préservés. le Peter Pan en moi, le garçon de 14 ans dans le corps d’un homme de 64 ans, trouve son ombre ». Interprété par Kevin Michael Moore, l’ombre essaie de l’amener sur terre : « Il m’écrit des phrases sur des cartes comme  » le vieillissement est obligatoire, la maturation est un choix  » – poursuit Brachetti – Au final je fais la paix avec mon ombre, avec ma part rationnelle ».

Une histoire qui a commencé étant enfant, lorsqu’il cherchait des mots tels que marionnettes, théâtre, costumes et marionnettes dans l’encyclopédie. «En y repensant – se souvient Brachetti – le destin semble vraiment avoir été dessiné quelque part». Puis, au séminaire, la rencontre avec le Mage Sales « qui faisait la magie » et ses mots : « Ce n’est pas important d’avoir une vocation religieuse. Il est important d’avoir une vocation. Si le vôtre est de faire sourire, de faire rêver, poursuivez-le ». Et c’est exactement comme ça que ça s’est passé. « Ces mots sont attachés à mon oreille – dit-il – tout ce que je fais dans la vie de tous les jours est pour cette vocation: je m’entraîne à la salle de gym pour me montrer, je fais un régime pour pouvoir entrer dans le costume de Wonder Woman, je ne fume pas , je ne bois pas et quand je monte en scooter je fais extrêmement attention à ne pas me blesser et risquer de ne pas monter sur scène. Tout ça pour cette « mission » qui est la mienne, et ça ne me pèse pas. Au contraire » .

Depuis ses débuts à Paris en ’79 (« choisi parce que j’étais le seul à faire les transformations à grande vitesse »), aujourd’hui Brachetti est célèbre et applaudi dans le monde entier. En France, il est Chevalier des Arts et des Lettres et Prix Molière du meilleur acteur de théâtre, Commendatore en Italie (avec un décret motu proprio du Président Napolitano), ainsi que dans le Guinness World Records : moins de 2 secondes pour changer, mais il est également inséré dans les records en tant qu' »artiste de changement rapide » le plus actif avec plus de 250 000 changements effectués jusqu’à présent dans sa carrière. Avec de nombreuses récompenses (du prix Charlot à la Mandrake d’Or pour l’ensemble de sa carrière, l’Oscar des illusionnistes), Brachetti a des statues de cire dans le monde entier, de Paris à Prague : elles changent toutes de costume toutes les 30 secondes soit plus de 1000 fois par jour. Il serait vraiment trop long de raconter son parcours artistique à partir des années 80 : une carrière jalonnée de débuts internationaux, de collaborations, de succès théâtraux, comédies musicales, incursions télévisées, prose, sit-com, grande variété, en passant par ce rôle de Puck dans « A Midsummer Night’s Dream » : c’était le début des années 90 et Puck lui-même lui a légué la touffe. Les fans de bandes dessinées le retrouvent sous la forme d’Arthur Brachetto qui se transforme en SuperBrack dans deux histoires de Mickey Mouse (2.759 et 3091), ainsi que d’être volé par Cattivik dans l’histoire « L’apparence tue ». Aujourd’hui le jour tant attendu de mon retour au théâtre : « Une grande envie de rentrer, et pas pour de l’argent, on m’a aussi dit que je toucherai bientôt ma pension. J’ai besoin d’adrénaline, de défis, de projets, de tournées et de voyages. C’est le sens de la vie ». Et il invite : « Je t’attends, avec 60 personnages, dans le lieu le plus magique du monde : le théâtre ».

Théâtre Alfieri d’Asti
Samedi 6 novembre à 21h, dimanche 7 à 17h
Billets : 0141 / 399.057

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.