José-Augusto França, l’historien qui « ne se lassait jamais d’écrire et de vivre » est décédé

Vous avez accès gratuitement à tous les articles d’Observer en étant notre abonné.

L’historien José-Augusto França, l’une des grandes figures de la culture portugaise et pionnier de l’histoire de l’art, est décédé ce samedi après-midi à Jarzé (France) à l’âge de 98 ans. Les causes du décès n’étaient pas connues dans l’immédiat. L’information a été confirmée à l’Observateur par un ami de la famille, à qui la fille de José-Augusto França a transmis la nouvelle.

L’auteur de Amadeo de Souza-Cardoso, les Portugais de force il était hospitalisé depuis plusieurs années dans une résidence de soins à Jarzé, près d’Angers, après avoir subi un accident vasculaire cérébral en 2018, qui avait à l’époque conduit à des informations non confirmées faisant état de son décès.

« Nous avons perdu l’une des plus grandes figures culturelles du Portugal contemporain : historien et critique d’art, sociologue, professeur, réalisateur et animateur de magazines, écrivain de fiction et mémorialiste », a écrit le président de la République sur le site officiel. « A une époque où l’art portugais est depuis longtemps reconnu internationalement, il est juste de rappeler combien nous devons à ceux qui ont inlassablement produit un discours critique et historique sur les arts au Portugal. Et personne ne le fait avec plus d’intensité, de sagesse et de distinction que José-Augusto França », a souligné Marcelo Rebelo de Sousa.

Samedi soir également, la ministre de la Culture a adressé une note de regret à la presse dans laquelle elle regrettait « profondément » la mort de la France, le classant comme « la plus grande figure de la culture portugaise des six dernières décennies et l’un des grands Portugais. penseurs des siècles XX et XXI ». le plus grand témoignage qu’il nous laisse : la manière dont il a éclairé et inspiré des générations successives d’étudiants, de lecteurs et de disciples », a écrit la ministre Graça Fonseca.

PUB • CONTINUEZ À LIRE CI-DESSOUS

José-Augusto França a enseigné à l’Universidade Nova de Lisboa, où il a créé son master en histoire de l’art et où il a fait une de ses dernières apparitions publiques, en avril 2016, aux côtés d’Hélder Macedo et Adriano Moreira.

Avons-nous mal colonisé, avons-nous décolonisé pire ?

Né à Tomar, le 16 novembre 1922, il s’installe enfant à Lisbonne et étudie au Liceu Gil Vicente, à Graça. Il a suivi un cours de sciences historico-philosophiques à la Faculté des lettres. Il n’a fait ses études supérieures qu’en France, où il a obtenu les diplômes de docteur en histoire (1962) et de docteur ès arts et sciences humaines (1967), selon Dictionnaire des historiens portugais (de la Bibliothèque nationale du Portugal et du Centre d’histoire de l’Université de Lisbonne).

Il a publié des dizaines d’ouvrages dans les domaines de l’histoire, de la critique d’art et de la sociologie. Il a été fait Officier de l’Ordre du Mérite (France, 1978), commandeur de l’Ordre de Rio Branco (Brésil, 1978), officier de l’Ordre de Santiago da Espada (1983) et grand officier de l’Ordre de l’Infante D. Henrique (1991). Il a été récompensé par le président Mário Soares en 1992, après le dernier cours qu’il a donné à l’Universidade Nova, avec la Grand-Croix de l’Instruction Publique.

De son vaste ouvrage, nous soulignons des études sur la reconstruction de la Baixa Pombalina, sujet qui était en fait l’une de ses thèses de doctorat à l’Université de Paris IV (Panthón-Sorbonne), et des travaux sur les plus grands artistes portugais du XXe siècle, comme Amadeo de Souza-Cardoso et Almada Negreiros. L’art au Portugal au XIXe siècle (1967) et L’art au Portugal au XXe siècle (1974) sont deux de ses livres les plus connus, avec Lisbonne : Urbanisme et Architecture (1980) ou encore Lisbonne : histoire physique et morale (2008).

Le profil pionnier de l’historien et critique d’art José-Augusto França, ainsi que les recherches qu’il a menées sur la ville de Lisbonne, ont été soulignés par le premier ministre, António Costa, en réaction à la mort du chercheur. « Historien et critique d’art portugais, auteur d’études pionnières qui restent des ouvrages de référence, José-Augusto França a consacré sa vie à la culture. C’était un olysipographe remarquable, que j’ai eu le privilège de connaître », a résumé le Premier ministre, sur son compte Twitter officiel.

Le président de l’Assemblée de la République a également émis une note de regret.

« C’est avec un profond regret que j’ai appris le décès, à l’âge de 98 ans, de José-Augusto França : historien, sociologue et critique d’art avec un vaste ouvrage publié, notamment sur la reconstruction de la Baixa Pombalina — sujet de sa thèse de doctorat à l’université de Paris, la Sorbonne — et sur les plus grands artistes portugais du XXe siècle, comme Amadeo de Souza-Cardoso et Almada Negreiros », écrit Ferro Rodrigues, dans un message adressé à la presse

« Il ne se lassait pas d’écrire et de vivre, accomplissant un programme de création et de vie qu’il ne trahissait ni ne voulait abandonner, comme s’il respirait dans chaque page, dans chaque livre, dans chaque ville visitée, dans chaque écran étudié, dans chaque histoire narrée », soulignait en 2015 le journaliste et écrivain José Jorge Letria dans le livre José-Augusto França : Avec O’Neill parle de fenêtre en fenêtre.

José-Augusto França est décédé aujourd’hui, historien, sociologue et critique d’art, né à Tomar le 16 novembre…

posté par Ville de Tomar au samedi 18 septembre 2021

Ses écrits et ses positions sur les mouvements artistiques de la seconde moitié du XXe siècle ont fait de lui l’une des voix les plus influentes dans le panorama de la culture portugaise, en particulier dans le domaine des arts visuels. Il fait partie du groupe surréaliste de Lisbonne entre 1947 et 1949 (avec António Pedro, Fernando de Azevedo, Marcelino Vespeira, Fernando Lemos et autres). De 1959 à 1964, il a vécu en France, grâce à une bourse du gouvernement français, et il y a écrit La Lisbonne de Pombal (1965) et Romantisme au Portugal (1975).

« Certaines lignes directrices que José-Augusto França a partagées avec les maîtres qui l’ont formé et avec qui il a vécu ont été confrontées », comme « la supériorité de la culture artistique européenne » ou « la dépendance des arts des pays périphériques par rapport aux grands centres », a enregistré l’historienne Raquel Henriques da Silva dans le Dictionnaire des historiens portugais. Cependant, a-t-il ajouté, « les critiques, parfois cinglantes dont l’œuvre de José-Augusto França a fait l’objet, ne remet pas en cause le caractère exceptionnel de sa carrière et de son œuvre, fondateurs de l’histoire de l’art du XXe siècle au Portugal ».

Bien qu’il soit connu comme critique, essayiste et universitaire, il a également publié des œuvres de fiction, dont il est un exemple Nature morte, son premier roman, en 1949, où elle aborde l’esclavage en Angola. Il était le directeur du magazine Colloque artistique (1971-1996) et a dirigé le Centre culturel de Paris (1980-1986). Il a présidé le conseil littéraire du Grémio Literário, à Lisbonne, où il a promu diverses activités culturelles.

« La lecture de ses œuvres est une occasion rare de connaître les thèmes qu’il a abordés, de la reconstruction de la ville de Lisbonne après le tremblement de terre à l’analyse exhaustive de l’art portugais des XIXe et XXe siècles, dans ses rapports avec la société et la vie, voir l’histoire comme un ensemble global et compréhensif, rendant sa présentation passionnante », a publié samedi soir sur Facebook le Centro Nacional de Cultura, dont França était présidente. « Il n’est pas possible d’étudier aucun de ces sujets sans connaître l’enquête complète menée par le professeur França, qui est sans doute la plus exhaustive et la plus éclairante connue sur le sujet. »

José-Augusto França s’est remarié avec l’historienne de l’art Marie Thérèse Mandroux. Au fil des années, il a fait don d’une partie de sa collection à diverses institutions, comme le Musée municipal de Tomar (une collection d’art contemporain, en 2004) ou la Fondation Calouste Gulbenkian (des milliers de ses propres textes, monographies et catalogues d’exposition, en 1992 ).

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.