Jugement de rupture. Le gouvernement français doit payer pour l’air pollué.

Le Conseil d’État est en France, entre autres, la plus haute juridiction des affaires administratives. Le gouvernement a maintenant infligé une amende de 254 millions de couronnes pour ne pas avoir suffisamment réduit la pollution de l’air dans certaines parties du pays. Selon les experts, l’air pollué est responsable de 40.000 décès prématurés par an en France, selon l’agence AFP.

Il y a quatre ans, le Conseil d’État avait ordonné au gouvernement de réduire les niveaux de protoxyde d’azote et de microparticules de poussières dans 13 régions de France parce que la qualité de l’air y n’était pas conforme aux normes de l’Union européenne. L’amende infligée aujourd’hui est la plus élevée jamais infligée par le Conseil d’État pour violation de son propre règlement.

« Les mesures prises par le gouvernement ne suffisent pas pour que nous puissions considérer la décision du Conseil d’Etat de 2017 comme pleinement appliquée », a déclaré l’instance dans un communiqué.

Selon elle, Paris et Lyon, deuxième agglomération de France, continuent de faire partie des régions où l’air est trop pollué. Selon le Conseil d’Etat, le gouvernement n’a pas rempli ses obligations dans un total de huit des 13 régions, et il a six mois pour y remédier. Si elle ne le fait pas, elle encourt de nouvelles amendes du même montant tous les six mois.

Les ONG Les Amis de la Terre et Greenpeace, qui ont déposé une plainte auprès du Conseil d’État, ont qualifié la décision du tribunal d’historique, d’autant plus qu’elle continuerait à faire pression sur le gouvernement en menaçant de nouvelles sanctions.

Les amendes prononcées par le Conseil d’État vont généralement aux caisses de l’État, mais comme l’État lui-même en est débiteur, l’organe judiciaire a adopté une nouvelle approche. Les Amis de la Terre recevront une dotation de 100 000 euros (2,5 millions de couronnes). Le reste de l’argent va à divers organismes publics qui luttent contre la pollution de l’air et à quatre associations qui surveillent la qualité de l’air.

Le Conseil d’État s’est récemment de plus en plus préoccupé des questions environnementales, enjoignant début juillet au gouvernement de suivre ses propres objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Si elle ne démontre pas une activité suffisante dans les neuf mois suivant la date de la décision, l’autorité risque également d’infliger une amende. À l’époque, les ONG ont également qualifié la décision de tournant.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *