« La conférence de Paris doit être boycottée »

Le membre du Haut Conseil d’Etat, Abdul Rahman Al Shater, a déclaré à « Agenzia Nova »

La conférence internationale sur la Libye prévue le 12 novembre à Paris « est une ingérence manifeste dans les affaires intérieures libyennes » et la boycotter « est un devoir national ». Le membre du Haut Conseil d’Etat l’a dit aujourd’hui à « Agenzia Nova », Abdul Rahman Al Shater. « La présence de tout responsable ou parti politique libyen à cette conférence est une reconnaissance de la tutelle internationale de la Libye », a ajouté le représentant de l’organe consultatif de Tripoli qui sert de contrepoint à la Chambre des représentants de Tobrouk. « Boycotter cette conférence est un devoir national pour consolider la souveraineté libyenne et rejeter les diktats étrangers », a conclu le membre du « Sénat » libyen basé en Tripolitaine.

Une partie des politiques libyens voit d’un mauvais œil la conférence que la France entend accueillir à Paris le 12 novembre. L’initiative a été annoncée par le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier. « Agence Nova » il a appris de sources diplomatiques européennes que la France a offert la co-présidence de l’événement de Paris également à l’Italie et à l’Allemagne. La proposition de l’Elysée présente cependant au moins deux éléments critiques : d’une part, elle se tient à un peu plus d’un mois de la date des élections législatives et présidentielles du 24 décembre dont, à l’heure actuelle, il n’est pas du tout évident qu’elles se tiennent simultanément et dans le délai imparti ; deuxièmement, la conférence est perçue comme une « duplication » d’une rencontre internationale similaire organisée à Tripoli par le gouvernement d’union nationale le 21 octobre dernier.

Le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, a-t-il déclaré dans un entretien accordé à « Agenzia Nova » à Rome que la prochaine conférence à Paris est « vraiment nécessaire », car « la dernière chose que nous ayons à faire est d’oublier la Libye et de laisser la situation suivre son cours automatiquement ». « La situation en Libye a besoin d’être guidée et la société libyenne a besoin de l’aide de l’Union européenne pour recréer un État juste. Nous devons créer un nouvel État en Libye. Cela n’arrivera pas seul mais l’UE doit rester engagée envers la Libye mais nous devons être honnêtes et cela doit être un engagement à long terme et non à court terme », a expliqué Dendias. « Si l’UE néglige ses devoirs envers la Libye, d’autres acteurs, pas nécessairement avec les raisons les plus claires, seront impliqués et créeront d’autres problèmes », a-t-il ajouté. Le chef de la diplomatie à Athènes a rappelé que la Libye pour des raisons géographiques et culturelles est très proche de l’Union européenne et pour cette raison l’Union ne peut manquer de regarder ce qui se passe sur ce territoire. « Nous ne devrions pas voir le Méditerranée comme une zone qui sépare la Libye de l’Union européenne. La Méditerranée a historiquement connecté les peuples d’Afrique du Nord et d’Europe », a souligné Dendias. Selon le ministre grec, « avoir cette perception que nous devons rester attachés à la Libye avec un engagement à long terme » sera fonctionnel pour « recréer l’État et aider à faciliter la sortie des mercenaires du pays et à transformer la Libye en un pays dynamique et une démocratie moderne dans laquelle la population peut exprimer sa volonté ».

La conférence de vendredi devrait réunir une vingtaine de chefs d’Etat régionaux et internationaux. Quant à la rencontre de Tripoli, en revanche, les dirigeants de la Turquie et de la Russie, les deux pays les plus impliqués dans le conflit militaire libyen de 2019-2020, seront absents : le ministre des Affaires étrangères se rendra à Moscou Serej Lavrov, alors que depuis Ankara, on ne sait pas encore qui ira. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré la semaine dernière qu’il avait dit à son homologue français Emmanuel Macron que son pays ne participera pas à la Conférence internationale de Paris sur la Libye prévue le 12 novembre en raison de la présence de la Grèce, d’Israël et de l’administration chypriote grecque : « Si ces pays participent à la conférence, il n’est pas nécessaire d’envoyer des représentants spéciaux de la Turquie « .

Non du Conseil d’Etat aux élections

En attendant, le Conseil d’État a donné un « non » ferme aux élections dans les conditions actuelles. Un peu plus d’un mois après les élections du 24 décembre, le scénario libyen apparaît très tendu, avec la candidature du général Khalifa Haftar pour inquiéter une partie des institutions et de la population de l’ouest du pays. Des incertitudes subsistent donc sur le déroulement des élections, ainsi que sur les autres grands dossiers, dont la réconciliation nationale et le retrait des mercenaires et des troupes étrangères du sol libyen. « Nous affirmons que les élections se tiendront ponctuellement, le 24 décembre, et qu’elles ne seront pas entravées ni vidées de leur contenu », lit-on dans une note émise par le Conseil d’État. « Nous nous engageons à organiser des élections sur une base constitutionnelle et conformément à la feuille de route, qui doivent être traitées comme un tout et non de manière sélective. Les élections présidentielles sans constitution ni base constitutionnelle sont un projet de dictature, quels qu’en soient les résultats », poursuit le communiqué.

« Nous rejetons les lois électorales actuelles promulguées par la présidence de la Chambre des représentants pour leur violation de la Déclaration constitutionnelle et de l’Accord politique, et parce qu’elles sont légalement contestées et ne sont pas fondées sur un consensus politique », ajoute la note, expliquant que « rejeter les lois électorales ne signifie pas rejeter le principe des élections, et celui qui a promulgué les lois est le premier obstacle aux élections ». Dans la note, il est souligné que « la Haute Commission électorale (Hnec) doit être impartiale et ses décisions doivent être conformes avec la déclaration constitutionnelle et l’accord politique ». Le communiqué indique également que le président de la Hnec, Imad al Sayeh, et les députés qui le soutiennent doivent être tenus pleinement responsables des graves conséquences qui pourraient complètement saper toutes les mesures positives qui ont été prises en faveur de la stabilité, du renforcement de la confiance pour atténuer la polarisation entre les Libyens.

Selon certaines déclarations récentes d’Al Sayeh, les élections en Libye se tiendront au plus tôt à la mi-février, en conjonction avec le scrutin de choisir le futur chef de l’Etat et 52 jours après le premier tour de l’élection présidentielle prévu le 24 décembre. Les candidatures pour les élections présidentielles et législatives sont ouvertes à partir d’hier, lundi 8 novembre. Les candidatures pour les élections présidentielles continueront d’être acceptées jusqu’au 22 novembre, tandis que la date limite pour les élections législatives a été fixée au 7 décembre. Les candidatures à la tête de l’Etat seront acceptées dans les trois bureaux de Hnec a Tripoli, Bengale et Seba, tandis que les candidatures aux élections législatives seront acceptées dans tous les bureaux des administrations électorales affiliées à la Commission. Dans un premier temps, Al Sayeh avait indiqué que des consultations parlementaires se tiendraient un mois plus tard, en même temps que le second tour des élections le chef de l’état, pour ajouter seulement qu’il pense qu’au moins 52 jours sont nécessaires.

Lire aussi d’autres actualités sur Nouvelles de Nova
Suivez-nous sur les réseaux sociaux de Nova News sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, Télégramme

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.