La France a annoncé qu’elle prolongerait l’utilisation du passeport sanitaire jusqu’à la mi-2022

Le passeport sanitaire est obligatoire à partir du 21 juillet dans les lieux qui accueillent plus de 50 personnes. Photo : AFP.

Le gouvernement français a annoncé mercredi son intention de prolonger le passeport sanitaire – nécessaire pour accéder aux restaurants, aux espaces culturels et même aux hôpitaux – jusqu’à la mi-2022, malgré le fait que son utilisation devait prendre fin le 15 novembre.

« Ce que nous allons proposer au Parlement, c’est de maintenir encore plusieurs mois, jusqu’à l’été, la possibilité de recourir » au laissez-passer, a déclaré le porte-parole du gouvernement à la presse. Gabriel Attal, à l’issue d’une réunion du Conseil des ministres.

En choisissant l’été boréal comme date limite, le gouvernement français doit présenter le 13 octobre un projet de loi qui prolonge l’utilisation de ce laissez-passer au-delà de la fin des travaux parlementaires de février.

La campagne de vaccination a débuté à la fin de l'année dernière, plus de 76,98 % des citoyens français ont reçu au moins une dose du vaccin et plus de 67,49 % ont reçu le régime complet.
La campagne de vaccination a débuté à la fin de l’année dernière, plus de 76,98 % des citoyens français ont reçu au moins une dose du vaccin et plus de 67,49 % ont reçu le régime complet.

Le passeport sanitaire est obligatoire à partir du 21 juillet dans les lieux qui accueillent plus de 50 personnes, ainsi que dans les bars, restaurants, hôpitaux (sauf urgences) et grands centres commerciaux.

Son application a généré des protestations hebdomadaires et, alors que la mobilisation s’essoufflait, plus de 60.000 personnes ont manifesté contre elle samedi dernier en France.

« Les 18 derniers mois nous ont montré qu’il fallait rester prudent et vigilant », a déclaré Attal, qui a souligné que la volonté de Paris est de maintenir le moins de restrictions possible.

Le porte-parole a ajouté ce vendredi lors d’une conférence de presse que « la sortie de la quatrième vague de l’épidémie de coronavirus se confirme de jour en jour, le nombre de cas quotidiens détectés a diminué de 23% en une semaine », un fait qui a été récompensé en en grande partie à la vaccination.

Depuis le début de la pandémie, plus de 7 millions de cas ont été enregistrés, 6,75 millions guéris et plus de 116 000 morts

La campagne de vaccination a débuté à la fin de l’année dernière, plus de 76,98 % des citoyens français ont reçu au moins une dose du vaccin et plus de 67,49 % ont reçu le régime complet.

Attal constate que la situation épidémiologique s’améliore sur l’ensemble de la France métropolitaine.

Un seul département, Bocas del Ródano, a détecté plus de 100 cas d’infections pour 100 000 habitants.

Dans 60% des départements français, a-t-il ajouté, le nombre de cas pour 100 000 habitants est plus faible.

« Comme vous le savez, à partir de la semaine prochaine dans ces départements les masques seront abolis dans les écoles »Attal, a rapporté l’agence de presse Spoutnik.

Selon l’Agence française de santé publique, depuis le début de la pandémie, plus de 7 millions de cas ont été enregistrés, 6,75 millions guéris et plus de 116 000 sont décédés.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.