La France accuse Biden des méthodes de Trump – politique

La France a réagi avec de vives critiques à l’annonce par son partenaire de l’OTAN des États-Unis qu’elle formerait un « partenariat de sécurité » dirigé contre la Chine dans la région indo-pacifique avec la Grande-Bretagne et l’Australie. Washington veut aider l’Australie à construire des sous-marins à propulsion nucléaire. « Je suis en colère. On ne fait pas ça entre alliés », a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. sur la radio France Info. Jeudi soir, la Maison Blanche a tenté de désamorcer le différend. « Nous travaillons incroyablement étroitement avec la France sur de nombreuses priorités communes dans l’Indo-Pacifique, mais aussi au-delà. Nous accordons une importance fondamentale à cette relation, à ce partenariat », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Antony Blinken.

En 2016, la France a signé un contrat de 56 milliards d’euros avec le gouvernement à Canberra pour la livraison de douze sous-marins conventionnels. Les entreprises américaines et britanniques profitent de la résiliation par le Premier ministre Scott Morrison de l’accord avec l’entreprise publique française Naval Group.

Le Drian a qualifié la décision de « unilatérale et brutale » et a comparé les actions du président américain Joe Biden à l’apparition de Donald Trump. Son manque de consultation avec les Européens a été l’élément déclencheur pour le président français Emmanuel Macron de certifier la « mort cérébrale » de l’OTAN en 2019 et d’appeler à des réformes. Ce processus risque d’être rendu plus difficile par la mise en place de l’alliance tripartite avec l’abréviation « Aukus », que les commentateurs français qualifient de « coup de poignard dans le dos ».

La France et l’UE ont été snobées et confrontées à un fait accompli par la déclaration de Morrison, Biden et du Premier ministre britannique Boris Johnson mercredi soir. Sans nommer directement la Chine, « Aukus » vise à renforcer la dissuasion militaire dans l’Indo-Pacifique et à répondre aux « menaces en évolution rapide », a déclaré Biden. Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que les pays concernés devraient abandonner « la mentalité de guerre froide à somme nulle ».

Contrairement à la France, dans laquelle vivent près de deux millions de citoyens d’outre-mer et qui compte 7 000 soldats stationnés dans la région, les autres pays de l’UE de l’Indo-Pacifique ont des intérêts principalement économiques. En avril, la Commission et le Service pour l’action extérieure ont été chargés d’élaborer une stratégie indo-pacifique. Lors de leur présentation, le représentant de l’UE aux Affaires étrangères, Josep Borrell, a déclaré que nulle part le conflit hégémonique entre les États-Unis et la Chine n’est mené aussi intensément que dans cette région.

Dans la stratégie, l’UE met en garde contre un « renforcement militaire important, y compris de la part de la Chine », et déclare que les « tensions croissantes dans des points chauds tels que la mer de Chine méridionale et le détroit de Taïwan » pourraient également menacer la sécurité et la prospérité de L’Europe . L’UE envisage donc d’étendre sa « présence navale dans l’Indo-Pacifique » et de mieux la coordonner. Borrell a souligné que l’UE était le plus grand investisseur dans la région et jouissait d’une grande confiance : « Cette stratégie n’est pas basée sur la confrontation, mais sur la coopération. Interrogé, Borrell a déclaré qu’il avait été surpris par la création des « Aukus ». Il a compris la déception de la France, mais il a vu les développements comme un « réveil » pour que l’UE lutte pour plus d’autonomie européenne.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.