La France bat la malédiction du champion du monde – Hernández éliminé

Une nette victoire dans la lutte contre la malédiction du champion du monde – et cela malgré un double choc précoce : la France, championne en titre, a fait un début de Coupe du monde réussi au Qatar et après des problèmes initiaux, elle a également brillé par moments.

Dans le 4: 1 (2: 1) finalement sans faute hier contre l’Australie, le Français déjà blessé a dû accepter le prochain échec – et c’est aussi une très mauvaise nouvelle pour le FC Bayern : Parce que c’était l’arrière gauche munichois Lucas Hernández, qui avait déjà grièvement blessé après huit minutes. Comme l’a annoncé l’association française dans la nuit, il a subi une déchirure du ligament croisé antérieur au genou droit.

Les prédécesseurs de la France en tant que champions du monde – l’Italie, l’Espagne et plus récemment l’Allemagne – ont tous été éliminés au tour préliminaire après leur triomphe. Les Français semblaient également menacés d’un faux départ lorsque Craig Goodwin donnait l’avantage aux Australiens pour leur cinquième participation consécutive à la Coupe du monde (9′). Mais Adrien Rabiot (27e) et Olivier Giroud (32e), en remplacement du Ballon d’Or blessé Karim Benzema, ont renversé la vapeur avant la pause. Kylian Mbappé (68e) et encore Giroud (71e) ont emboîté le pas. Avec son 51e but international, le double buteur rejoint Thierry Henry en tant que meilleur buteur de l’équipe de France.

Les classiques des Beatles en boucle

« De la façon dont ça a commencé, on peut être satisfait au final. Il y a encore place à l’amélioration. Mais on a réagi vite et on a été efficace en tout cas », a déclaré Giroud. « J’espère juste que Lucas n’est pas gravement blessé. Nous lui dédions ce jeu. » Les fans ont rendu hommage à Giroud en scandant son nom en boucle sur l’air du classique des Beatles « Hey Jude ».

Les Français ont également réussi une première victoire contre les Australiens lors du coup d’État de la Coupe du monde il y a quatre ans. À l’époque, ils n’avaient battu l’équipe de Down Under que 2-1.

À N’Golo Kanté, Paul Pogba, Presnel Kimpembe, Christopher Nkunku et Benzema de Leipzig, cinq des meilleurs joueurs français étaient sortis avant le tournoi. Le onze de départ était toujours en vue. Les trois quarts de la ligne défensive étaient composés de joueurs du FC Bayern : Benjamin Pavard, Dayot Upamecano et Hernández défendaient avec l’ancien de Leipzig Ibrahima Konaté, qui joue désormais pour le Liverpool FC.

Mais pour les 3 300 supporters français parmi les 40 875 spectateurs, le match a commencé par un double choc : le professionnel de longue date de la Bundesliga Mathew Leckie a raté Hernández et a servi Goodwin, le joueur de 30 ans a marqué son troisième but international. Pour aggraver les choses, Hernández s’était blessé en se précipitant et avait dû quitter le terrain après près de cinq minutes de traitement. Son frère Theo est venu le chercher. « L’énergie était là. Nous savions que nous pouvions faire une différence, mais c’est là que nous avons atteint nos limites », a déclaré Leckie.

Chanceux à la 22e minute

Les Français ont mis du temps à se remettre de ce premier match et ont eu de la chance à la 22e minute lorsque Mitchell Duke a tiré un peu trop haut à un peu moins de 20 mètres. Et puis ils ont égalisé de manière inattendue à ce moment-là, lorsque Rabiot a dirigé un centre de Theo Hernández sans encombre.

Le match tournait à peine cinq minutes plus tard : Rabiot s’emparait du ballon face à des Australiens peu sûrs, le récupérait de Mbappé d’une houe et servait Giroud. Le joueur de 36 ans n’avait pas marqué lors de la Coupe du monde il y a quatre ans, bien qu’il ait joué à chaque match. Mais même alors, il était un élément important avec sa diligence et son esprit d’équipe.

Les Français avaient en fait le contrôle du jeu qu’ils espéraient depuis le début. C’est aussi une chance qu’ils soient entrés dans les vestiaires avec une avance, car l’Australien Jackson Irvine du FC St. Pauli de deuxième division a pris la tête du poteau dans le temps additionnel en première mi-temps. Après la pause, les Français avaient alors tout sous contrôle. Giroud, qui a raté de peu un coup de pied latéral (50e) et Antoine Griezmann, dont le tir a touché Aziz Behich hors de la ligne (65e), ont d’abord été malchanceux. Mais ensuite, Mbappé a frappé un centre de l’ex-Dortmund Ousmane Dembélé avec une tête et quatre minutes plus tard, Giroud a donné la tête suivante.

Page d’accueil

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *