La France interdit à ses ministres d’utiliser le cloud Office 365 de peur que Microsoft ne partage des informations sensibles avec le gouvernement américain

La France est allée plus loin dans la protection de sa souveraineté numérique. Selon un circulaire intérieure auquel vous avez eu accès Acteurs publics, le directeur de la ‘Direction interministérielle du numérique’, considérée comme le département des systèmes d’information de l’Etat français, a interdit aux ministres d’utiliser Microsoft 365 (anciennement Office 365).

Comme l’explique l’agence, Microsoft 365 « n’est pas conforme à la doctrine cloud du centre » et oblige donc les différents agents publics à ne pas utiliser la version cloud. Ils pourront continuer à utiliser le logiciel Office, mais pas la solution collaborative dans le cloud.

Objectif : se protéger du Cloud Act américain

La réglementation se heurte à la Loi sur les nuages ​​des États-Unis, où ils peuvent ordonner la divulgation de données stockées en Europe par des sociétés américaines quel que soit votre emplacement. Le gouvernement français craint que Microsoft 365, hébergé sur Azure, n’entraîne une fuite de données et opte donc pour forcer l’utilisation d’outils hébergés sur des serveurs français.

Bleu Microsoft

« Les solutions collaboratives, bureautiques et de messagerie proposées aux agents publics s’inscrivent dans systèmes de gestion de données sensibles», explique le directeur interministériel pour justifier cette mesure. Des données telles que « des données personnelles de citoyens français, des données économiques relatives à des entreprises françaises, ou des applications commerciales relatives à des agents publics de l’Etat.  »

Dites-moi où se trouve votre entreprise Cloud et je vous dirai à quelles lois sur la confidentialité elle doit se conformer : comment la législation sur la protection des données change d'un pays à l'autre

En remplacement du cloud de Microsoft, les ministères Ils pourront utiliser le cloud interne national ou les solutions ayant reçu le label ‘SecNumCloud’, délivré par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information, et qui regroupe des entreprises dirigées par des européens et ayant des serveurs en France. UNE label qui ne compte pour le moment que trois sociétés : Oodrive, 3DS Outscale et OVHcloud.

Selon le communiqué, les agents publics pourront également utiliser les outils de Bleu, société créée par Orange et Capgemini et faisant partie de l’initiative Gaia-X. UNE structure avec des serveurs français à travers lesquels Microsoft pourrait offrir les services Microsoft 365 pour ces fonctionnaires.

Bleu

La grande régulation européenne du monde numérique (DSA et DMA) est là : ce qu'elle implique et comment elle affectera les internautes

En mai, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) déjà adopté une position similaire où as-tu pensé que il fallait trouver des solutions alternatives aux outils collaboratifs des entreprises américaines, au moins dans le domaine de l’enseignement universitaire et de la recherche. Désormais, depuis la direction française des systèmes, ils ont donné l’ordre interne d’avancer dans le processus de désengagement du logiciel dans le cloud d’origine nord-américaine.

Depuis Engadget, nous avons consulté Microsoft à ce sujet. Nous mettrons à jour lorsque nous aurons une réponse.

Image | Matthieu Manuel

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.